Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

En Floride, un enfant de 10 ans poursuit le gouvernement américain en justice pour sa mauvaise politique climatique

Levi Draheim, 10 ans, est le plus jeune plaignant dans une poursuite intentée par 21 jeunes qui affirment que le gouvernement fédéral violent leurs droits constitutionnels en soutenant l'utilisation continue des combustibles fossiles qui contribuent au réchauffement climatique.
Photographie : Deepa Fernandes/PRI

Cet article de Deepa Fernandes est d’abord paru sur PRI.org le 23 janvier 2018. Il est republié ici dans le cadre d'un partenariat entre PRI et Global Voices. Sauf mention contraire, les liens de cet article renvoient à des pages en anglais.

À dix ans, Levi Draheim est un petit génie des mathématiques, même s'il n'aime pas particulièrement cette matière. Il joue « Humoresque » de Dvořák au violon avec assurance et son animal de compagnie est un crabe nommé JJ. Comme la plupart des enfants, Levi déteste ranger sa chambre.

Pourtant Levi n'est pas comme la plupart des enfants de dix ans : il poursuit le gouvernement fédéral des États-Unis en justice pour violation de ses droits constitutionnels en soutenant l'utilisation continue des combustibles fossiles qui contribuent au réchauffement climatique.

Levi vit sur une île barrière [fr] sur la côte centrale est de la Floride. Les projections d'élévation du niveau de la mer combinées à l'augmentation de l'érosion des plages signifient que sa maison sera probablement dans l'eau d'ici trente à quarante ans et son île, complètement submergée d'ici la fin du siècle. C'est une réalité contre laquelle même les adultes vivant dans les villes menacées de Floride ne font pas grand-chose, ce qui rend le militantisme de cet enfant encore plus inhabituel.

Levi a été le témoin direct du changement climatique. Lorsque l'ouragan Irma a balayé la Floride en septembre 2017, sa ville de Satellite Beach a été très durement frappée. Une semaine après l'ouragan, une pluie torrentielle s'est abattue, inondant de nombreuses rues. Levi et sa famille ont dû évacuer et sa rue a été inondée.

« C'était tellement profond que… ça arrivait presque jusqu'à mi-hauteur de la voiture », dit-il.

L'école de Levi a également été inondée et a dû fermer.

Avant l'inondation, Levi allait à l'école trois jours par semaine et était scolarisé à domicile les deux autres. Il aimait aller à l'école parce qu'il pouvait y passer du temps avec d'autres enfants. Il ne pourra plus les voir aussi souvent : l'école a subi des dommages irréparables. Sa mère, Leigh-Ann Draheim, doit désormais lui donner des cours à la maison à plein temps.

Mais c'est le dernier de ses soucis.

« Toute notre rue était sous l'eau, nous avions des sacs de sable et des choses comme ça », explique-t-elle. « Nous craignons que s'il pleuve fort, on ait le meme problème, encore et encore ».

La famille vit sur ce qu'on appelle une île barrière, une longue bande de sable fin au large du continent. Les prévisions d'élévation du niveau de la mer ne sont pas bonnes pour cette partie de la côte de Floride.

« L'île barrière finira par disparaître parce qu'elle se trouve au niveau de la mer », dit Leigh-Ann. Levi intervient pour en expliquer davantage.

« Bon, il y a ces cartes et d'autres choses de ce genre et cela montre que toute cette rue sera complètement immergée. On est à zéro mètre au-dessus du niveau de la mer. Donc, même si les calottes glaciaires polaires fondent un petit peu, elles iront dans l'océan qui va se jeter dans la lagune de l'Indian River, qui va inonder notre maison », explique-t-il.

Les dunes de sable solides constituent une protection naturelle contre l'élévation du niveau de la mer, mais même celles-ci s'érodent à Satellite Beach.

Levi voulait me montrer comment les dunes de sable, qui forment un mur sur le côté atlantique de l'île, sont dévorées.

Sa mère et lui m'ont emmenée sur une partie de la plage où les dunes sont plutôt érodées.

« Le panneau juste ici dit : Dunes interdites », dit Levi.

Levi ne fait pas que parler du changement climatique, il essaie aussi de le combattre. Entre autres, sa mère et lui ont aidé à restaurer les dunes en plantant dans le sable un type d'herbe appelé uniole maritime (Uniola paniculata).

« [L'uniole maritime] est ce qui maintient vraiment les dunes ensemble, contre l'érosion par exemple, l'uniole maritime est tout ce qui les retient, en fait » a poursuivi Levi.

Mais il ne s’agit pas de travailler tout le temps sans jamais s'amuser. Levi peut aller à la plage en vélo, il fait du bodyboard quand il veut. Il aime sa vie ici.

Pourtant, on ne peut nier qu'il vit les effets de l'élévation du niveau de la mer et des conditions météorologiques extrêmes. À bien des égards, il lui était tout naturel de se joindre aux vingt autres enfants du pays poursuivant le gouvernement fédéral en justice parce que celui-ci ne fait pas assez d'efforts pour arrêter le changement climatique. Il est le plus jeune du groupe.

« En gros, je pense que le changement climatique est comme une catastrophe nationale et qu'il affectera tout le monde », affirme Levi. « Par exemple en Floride, on peut voir des effets évidents, comme deux ouragans la même année et on a dû évacuer à cause d'eux, et l'érosion des plages, des trucs comme ça ».

Dans ce cas, Levi n'a pas tout à fait raison. Les scientifiques ne pensent pas que le changement climatique cause davantage d'ouragans. Mais il y a des preuves qu'en général, il empire les ouragans et autres tempêtes.

Levi n'est pas qu’un jeune et mignon visage pour le mouvement. Il essaie constamment d'en apprendre davantage, dit-il, pour pouvoir en faire plus. Il écoute les informations, pousse sa mère à lui enseigner des concepts climatiques à la maison, et il écoute attentivement ses compatriotes plus âgés qui se sont constitués partie plaignante lorsqu'ils parlent.

Levi s'est joint à l’action en justice des jeunes intentée par l'organisation à but non lucratif Our Children’s Trust, après que le pasteur de son église en a parlé à sa mère. Leigh-Ann a demandé à Levi s'il voulait être impliqué et l'enfant de neuf ans n'a pas hésité.

Levi et sa mère sont membres d'une église unitarienne universaliste locale. C'est une église plutôt détendue et libérale. Pendant la messe, Leigh-Ann est pieds nus et Levi fait rebondir une balle pendant tout le service. Au thé du matin après la messe, les fidèles discutent avec fierté du militantisme de Levi.

Il est l'un des seuls enfants de l'église, mais il est chéri.

Le procès devrait débuter le 5 février 2018. Levi dit que qu'ils gagnent ou qu’ils perdent, il espère, lui, que le président américain Donald Trump sera en train de regarder.

« C'est un peu dur de voir que la personne la plus puissante au monde nie que le changement climatique est un problème et qu'il n'en sera jamais un », dit Levi. « Et donc, c'est juste un peu dur ».

Quoi qu'il arrive, Levi affirme qu'il allait continuer à se battre. Il ne veut pas que son île paradisiaque disparaisse.

Puis il s'élance, des roulettes attachées à ses chaussures, et atterrit sous un mûrier où il remplit sa bouche de baies sucrées et juteuses.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site