Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les enfants invisibles d'Iran

 

Enfants baloutches en Iran. Photo de Mostafameraji (CC BY-SA 4.0)

L’Iran compte plus d’un million de sans-papiers, et un nombre significatif d’entre eux sont des enfants. L'une des principales causes de cet état de fait inhumain est une loi vieille de plusieurs décennies qui prive les femmes iraniennes mariées à des étrangers du droit de transmettre leur nationalité à leurs enfants. Des milliers d’enfants voient ainsi leur avenir condamné avant même leur naissance. Ces enfants n’ont pas accès à l’éducation ni aux soins de santé et leurs noms ne sont pas même inclus dans la base de données nationale.

En mai 2019, nombreux sont ceux qui se sont réjouis quand le parlement iranien, le Majlis, a amendé cette loi discriminatoire. Le Conseil des gardiens, l'organe qui examine les lois adoptées par les députés, a approuvé l'amendement, en y ajoutant cependant que des “enjeux sécuritaires” pouvaient être invoqués pour refuser l’octroi de la nationalité.

Mais un changement dans la loi ne suffira pas à effacer toutes les discriminations dont les “enfants anonymes” sont victimes. Forte d’une population de deux millions de personnes, la minorité baloutche iranienne [fr], par exemple, vit dans une région sous-développée proche de la frontière avec le Pakistan et l’Afghanistan et souffre de discriminations colossales de la part des autorités iraniennes, dont les politiques empêchent le peuple baloutche de jouir d’une pleine nationalité.

Nasser Boladai, porte-parole du Parti populaire du Baloutchistan (Balochistan People's Party) et président de l’Organisation des nations et des peuples non représentés (UNPO en anglais), a déclaré à Global Voices :

While there are some Baloch children with foreign fathers who have been denied citizenship, for the majority of Baloch children both mother and father are Baloch—that is to say Iranian—whose parents have lived in Balochistan province or other part of Balochistan which are now part of the populated of provinces of Kerman and Hormozgan.

Government estimates put children both of whose parents are Baloch and who lack national identity cards at about 40,000, while other estimates from local sources put the number at twice that—about 80,000 to 100,000.

Alors que certains enfants baloutches de pères étrangers se sont vu refuser la citoyenneté, la majorité des enfants baloutches sont issus de deux parents baloutches, et donc iraniens, et ayant vécu toute leur vie dans la province du Baloutchistan ou dans d’autres zones du Baloutchistan qui font maintenant partie des provinces de Kerman et du Hormozgan.

Le gouvernement estime à environ 40 000 le nombre d'enfants ayant des parents baloutches et ne possédant pas de carte d'identité nationale, alors que d'autres sources locales estiment que le phénomène touche deux fois plus d’enfants, entre 80 000 et 100 000.

Des témoignages de Baloutches révèlent la profondeur de leurs tourments : des mères dont le plus grand rêve est d'envoyer leurs enfants à l'école aux femmes qui se demandent pourquoi les autorités ont confisqué leurs cartes d'identité iraniennes, les laissant ainsi impuissantes.

Une bureaucracie kafkaïenne

Une des raisons pour lesquelles certains enfants baloutches n’ont pas de carte d’identité iranienne est que leurs parents vivent dans des régions isolées et, étant analphabètes, n’ont jamais obtenu leur propre carte et ne l’ont pas non plus demandée pour leurs enfants.

D'autres se retrouvent pris au piège de la bureaucratie kafkaïenne de l’Iran. Dans certains cas, on leur demande de passer des tests ADN, ce que beaucoup ne peuvent pas se permettre financièrement. Dans d'autres cas, des cartes d'identité nationales précédemment émises sont confisquées, prétendument pour vérifier leur authenticité. Certains militants politiques et activistes de la société civile considèrent ces actes comme faisant partie d’une politique discriminatoire visant certains groupes religieux ou ethniques, notamment les sunnites et les Baloutches.

Nasser Boladai rapporte que, dans certains cas, les autorités iraniennes confisquent ou annulent les actes de naissance de Baloutches lorsque ceux-ci viennent renouveler leurs documents ou demander une carte d'identité. Certains Baloutches pensent que ces mesures visent à punir les membres de la communauté qui n’adhèrent pas à la propagande du régime. Nasser Boladai pense également qu'elles sont utilisées comme “un prétexte pour changer la démographie de la région et faire des Baloutches une minorité dans leur terre d'origine”. Selon lui, pour atteindre cet objectif, le gouvernement envisage de transférer deux à cinq millions de personnes dans les provinces du Sistan-Baloutchistan et du Hormozgan, dans la région côtière du Baloutchistan.

“Ne pas avoir de carte d'identité signifie qu'il est difficile d'avoir une identité individuelle et collective reconnue dans la société”, a déclaré à Global Voices Azadeh Pourzand, chercheuse spécialisée dans les droits humains et directrice exécutive de la Siamak Pourzand Foundation. “Par conséquent, il convient de garder à l'esprit les nombreux défis émotionnels et psychologiques que rencontrent les enfants baloutches qui sont privés d'une carte d'identité”. Sans pièce d'identité, il est impossible d'accéder aux services publics tels que les soins de santé ou l'école. “L'une des principales raisons (mais pas la seule) derrière cette situation qui privent des milliers d'enfants baloutches d'éducation scolaire”, poursuit-elle, “est qu’ils ne possèdent pas de carte d'identité, une réalité qui a été critiquée y compris par certains responsables gouvernementaux dans la presse et les médias contrôlés par l’État. Malgré cela, très peu de mesures sont prises pour mettre fin à la situation désastreuse des enfants baloutches”.

Azadeh Pourzand ajoute que, même lorsque les enfants parviennent à aller à l'école, ils le font dans des bâtiments mal construits et mal entretenus, qui les exposent à un risque “de voir les plafonds et les murs de l'école s’écrouler sur eux à tout moment. De même, le manque d’accès à l’eau potable, à des sources d’énergie pour assurer une température suffisante dans l’école et dans les foyers, et les conditions sanitaires déplorables pèsent sur cette région pauvre du pays”.

“Compte tenu de l’historique de discriminations à l'encontre des minorités ethniques et religieuses dans la République islamique ainsi que des persécutions ciblées de ces groupes”, déclare Azadeh Pourzand, “cette carence d'infrastructures, cette négligence économique ainsi que l'ampleur de la pauvreté semblent intentionnelles, et constituent donc par conséquent une forme de discrimination, qui en engendre elle-même d'autres formes”.

Exode

Selon Nasser Boladai, dans l’idéal, les Baloutches devraient pouvoir rester dans leurs villages et poursuivre les activités qui sont traditionnellement les leurs, l’agriculture ou l’élevage, mais du fait du manque d’infrastructures et de la difficulté à exploiter la terre, beaucoup ont été forcés de quitter leurs villages. Au fur et à mesure que les Baloutches se sont installés à la périphérie de villes comme Chahbhar, Zahidan et même Téhéran comme travailleurs journaliers, leur situation a commencé à attirer l'attention. “Souvent, ils sont harcelés ou battus et forcés de quitter leur domicile et de trouver un autre logement”, explique Nasser Boladai. “Il semblerait que le nombre d'apatrides baloutches augmente au lieu de diminuer”.

La politique répressive des autorités iraniennes à l'égard des minorités ethniques et religieuses fait partie intégrante de l'ADN de la République islamique depuis sa création. Dans ce jeu qui dure depuis des décennies, des milliers de Baloutches se sont vu devenir non pas des citoyens de seconde classe, mais pratiquement des êtres invisibles.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site