Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'ouragan Dorian se dirige vers les Caraïbes, mais les Bahamas peuvent encore ressentir sa colère

Image ISS060 qui montre l'ouragan Dorian en dehors de la République Dominicaine le 29 août 2019. Image éditée et publiée par Stuart Rankin, CC BY-NC 2.0.

Alors que l'ouragan Dorian, la première tempête majeure de la saison des ouragans atlantiques de 2019, se renforce et passe à la catégorie 4, une grande partie des Caraïbes pousse un soupir de soulagement en voyant que la tempête n'était pas aussi puissante quand elle a traversé les Îles Vierges américaines et quand elle a survolé Porto Rico le 28 août. Les météorologues ont prédit que la tempête pourrait atteindre la catégorie 5 pendant son chemin vers la Floride :

C'est à peu près aussi parfait qu'un ouragan dans l'océan Atlantique.

L'ouragan Dorian est de catégorie 4 et atteindra certainement la catégorie 5 plus tard dans la journée.

C'est une catastrophe qui guette le nord des Bahamas.

Depuis le début de son voyage dans la région, Dorian grandit en force et en intensité. Les Bahamas se préparent pour le mauvais temps, car la tempête devrait continuer sa course le long du nord-ouest de l'archipel. On estime que les vents des ouragans s'étendent jusqu'à 45 km du centre de la tempête, ce qui entraîne entre 25 à 37 centimètres de pluies au nord ouest des Bahamas et de cinq et dix centimètres dans le centre des Bahamas, des conditions qui peuvent causer des inondations et faire des morts.

Holly Bynoe, conservatrice de la Galerie nationale des arts de Bahamas, a publié sur Facebook :

The Bahamas is not ready for any storm–much less a significant cat 3/4 hurricane–we are not even ready for a few inches of rain. The northern islands and its people cannot go through this trauma, again. At this point, it seems unending and relentless.

Les Bahamas ne sont pas prêts pour un […] important ouragan de catégorie 3/4, nous ne sommes même pas prêts pour quelques centimètres de pluies. Les îles du nord et leurs habitants ne peuvent pas subir ce traumatisme, encore une fois. A ce stade, cela paraît interminable et implacable.

Elle a également détaillé les tempêtes qui ont précédemment affecté l'archipel, les milliards de dollars de dommages qui en on résulté et les tentatives d'investissement dans l'énergie verte et des infrastructures plus solides, en concluant :

I know we rebound quickly and in the Caribbean, it is our nature to do so. […]

However, we must be asking ourselves other questions now, more in-depth inquiries about our futures, the countries we want to occupy, the spaces that we want to build, the peace we want to inhabit and the WHOLE citizens we aspire to be. If we do not, we fall into the trap of being generationally traumatised peoples moving into a future of rising sea levels, mounting temperatures and being re-colonised by systems of embedded failure.

Je sais que [aux Bahamas] nous nous relevons rapidement et dans les Caraïbes aussi, c'est dans notre nature. […]

Cependant, nous devons nous poser d'autres questions maintenant, des questions plus approfondies sur notre avenir, les pays que nous voulons occuper, les espaces que nous souhaitons construire, la paix qui doit nous habiter et les citoyens ENTIERS que nous voulons être. Si nous ne le faisons pas, nous tombons dans le piège d'être la génération de peuples traumatisés qui se dirigent vers un avenir où le niveau de la mer augmentera, les températures grimperont et où l'on sera re-colonisés par des systèmes défaillants par nature.

De son côté, le premier ministre des Bahamas, Hubert Minnis, a émit un ordre d'évacuation pour certaines parties de Grand Bahamas et les îles Abacos, car il affirme que c'est une tempête qui ne devrait pas être prise à la légère.

Mr Bynoe a répondu a la nouvelle en disant :

I am on my goat knees praying for the safe passage through the tempest for the people of the Abacos and Grand Bahama. I just watched the evacuation notice and my heart and mind can not fathom what the next 48 hours will look like for them. Gut wrenching terror as they prepare for landfall.

Nassau will not be in the direct path of Dorian but we are in the cone and will experience tropical storm conditions. To say this is fortunate feels unfair in the face of what’s to come.

Je prie à genoux pour que les habitants de Abacos et de Grand Bahama puissent traverser la tempête en toute sécurité. Je viens de voir l'avis d'évacuation, et mon cœur et mon esprit ne savent pas à quoi ressemblera les prochaines 48 heures pour eux. La terreur me serre les entrailles pendant qu'ils se préparent à la tempête.

Nassau ne sera pas directement sur la route de Dorian, mais nous sommes dans le cône et nous aurons des conditions de tempête tropicale. Dire cela est une chance mais c'est injuste face à ce qu'il va arriver.

La puissance de la tempête n'a pas empêché Josh Morgerman, chasseur d'ouragans américain, qui était déterminé à se rendre aux Bahamas avant que l'accès ne soit fermé :

Allons-y. Dernier vol pour les îles Abacos, aux Bahamas, avant la fermeture. Je déteste passionnément l'île Roulette. Mais je déteste rester les bras croisés pendant trois jours et lécher les bords ternes d'une arche qui se défait à nouveau. Je risque de m'enflammer dans cette poursuite. Bon.

Dorian devrait aller plus au nord, même avec les Bahamas sur sa ligne de mire. Mais le fait que cette une tempête avance lentement et lourdement, font penser certains qu'elle pourrait être la tempête la plus violente à son arrivée sur la côte des États-Unis en 30 ans.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site