Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le nouveau blockbuster de Netflix “Tyler Rake” critiqué pour sa représentation de la capitale du Bangladesh

Extrait du film "Tyler Rake". Un pont traversant une rivière est embouteillé. Un avion en feu survole la scène.

Capture d’écran de la bande-annonce du film original de Netflix Tyler Rake, qui nous montre un pont à Dhaka au Bangladesh.

Sauf mention contraire, tous les liens de cet article renvoient vers des pages en anglais, ndlt.

Le thriller d’action américain Tyler Rake [fr] (titre anglais Extraction, précédemment intitulé Dhaka), un film original de Netflix, a fait sa première le 24 avril et s'est rapidement hissé en haut du classement des films les plus regardés avec plus de 90 millions de vues, 4 semaines après sa sortie. Le film a suscité un vif intérêt auprès des habitant·e·s du Bangladesh puisque l’histoire se déroule dans la capitale bangladaise, Dhaka [fr]. Cependant, peu de temps après la mise en ligne du film, des critiques et des débats ont émergé en raison de sa représentation inexacte et stéréotypée du Bangladesh et des Bangladais·es.

La façon dont Dhaka a été représentée dans Tyler Rake, le film original de Netflix, était ridicule. Ils ont fait en sorte que Dhaka ait l’air d’être remplie de bidonvilles, ce qui montre bien pourquoi ils nous regardent de haut. C’est pathétique, la manière dont ont nous fait croire que les pires endroits sur Terre se trouvent à Dhaka. Pathétique ! #ExtractionNetflix

De nombreux ratés

Tyler Rake met en vedette Chris Hemsworth [fr] de la célèbre série de films Avengers et marque les débuts du fameux coordinateur de cascades d'Hollywood Sam Hargrave [fr] en tant que réalisateur. Les protagonistes du film, Tyler Rake (Chris Hemsworth) et Nick Khan (Golshifteh Farahani) acceptent un travail de mercenaire afin de secourir le fils d’un baron de la drogue indien, lui-même incarcéré. Kidnappé par un rival bangladais de son père, il est emmené illégalement à Dhaka. Le film est inspiré de Ciudad, un roman graphique écrit par Ande Parks qui se déroule dans une ville réelle du Paraguay, Ciudad del Este. Joe et Anthony Russo l’ont adapté pour le grand écran, en changeant de décor, situant l’histoire dans une ville d’Asie du Sud à la place.

Bien que la majeure partie du film se déroule au Bangladesh, il a principalement été tourné dans les villes d’Ahmedabad et Mumbai en Inde,  ainsi qu’à Ban Pong, en Thaïlande. Cependant, de vraies images de Dhaka ont été utilisées pour le film, comme l’a indiqué Sam Hargrave sur son compte Instagram.

Dhaka dans Tyler Rake versus Dhaka en vrai.

[image] Les images en regard montrent Dhaka dans le film (à gauche) et la vraie ville (à droite). Les captures d'écran du film montrent des plans surplombant la ville, qui semble recouverte d'un brouillard orange. Les couleurs sont estompées, ce qui donne une impression de masse d'habitations et de bateaux sans distinction. La ville réelle est présentée en regard, à hauteur de vue, par temps clair. On voit les couleurs des différents immeubles, du linge étendu sur les toits, un parapet et des bateaux navigant sur la rivière.

Les critiques bangladais se sont plaints du manque de recherche sur la culture locale et de l’usage d'un filtre jaune pour dépeindre Dhaka comme un lieu insalubre et exotique. Le portrait du Bangladesh en tant qu’État raté a également été critiqué. En effet, l’histoire implique un baron de la drogue obligeant un officier supérieur des forces de l'ordre bangladaises à déployer son armée contre le personnage interprété par Chris Hemsworth.

Aminul Islam Emon, un architecte basé à Dhaka, a déclaré à propos du film après l’avoir regardé :

বেশি মারপিট। স্টোরি বলে কিছু নাই। স্টান্টবাজি দিয়ে কভার করার চেষ্টা।

বিদেশীদের চোখে ঢাকা শহরকে দেখার জন্যই আগ্রহ নিয়ে ছবিটা দেখলাম। বাংলাদেশিদের বেশির ভাগই এই ছবি দেখে অপছন্দ করবে। কারন ঢাকাকে খুব বাজে ভাবে দেখানো হয়েছে।

Trop de violence. L’histoire n’est pas captivante. Les cascades et l'action tentent de corriger cela.

J’ai regardé ce film dans le but d’observer Dhaka à travers le regard d’un étranger. La plupart des Bangladais·es n’aimeront pas regarder ce film parce que Dhaka y est très mal représentée.

Le banquier et cinéphile Muqit Al Rahman a envoyé cette critique à Global Voices, en soulignant le fait que le casting local était inexact :

How Dhaka has been portrayed can certainly irritate any Bangladeshis without a doubt. There are certain details which are at times annoying and at times funny e.g. many Bangladeshi characters speaking in Kolkata (from West Bengal, India) accent. Characters based in India having generic Bengali names such as Ovi and Saju is also unacceptable and last but not the least, the way Bangladeshi defence forces were portrayed in the movie was far from the truth.

Honestly speaking, in such movies over-exaggerated ultra-fantasized portrayal is definitely not something new. For a movie, with such a simple storyline, Dhaka could just be any random city from certain countries in Asia, South America and Africa. But, I would like to look positively at why Dhaka was chosen.

La façon dont Dhaka a été représentée est très certainement susceptible d'irriter n’importe quel·le Bangladais·e. Il y a quelques détails qui, parfois, sont agaçants et d'autres fois amusants, par exemple plusieurs personnages bangladais parlant avec un accent de Kolkata (du Bengale occidental, en Inde). Il est également inacceptable que des personnages originaires d'Inde aient des noms bengali communs comme Ovi et Saju, et pour couronner le tout, la façon dont les forces de défense bangladaises ont été représentées dans le film est bien éloignée de la réalité.

À dire vrai, dans ce genre de film, la représentation exagérée et ultra-fantasmée n’est certainement pas quelque chose de nouveau. Pour un film avec un scénario aussi simple, Dhaka aurait pu être n’importe quelle ville d'Asie, d'Amérique du Sud ou d'Afrique. Mais j'aimerais aborder de façon positive les raisons pour lesquelles Dhaka a été choisie.

Je n’ai pu regarder que les 20 premières minutes de Tyler Rake. L’accent bangla est pathétique… j’en ai assez vu…

Pourtant, les critiques n’étaient pas toutes mauvaises. Global Voices a également interviewé par email le rédacteur et critique de film Reza A. Rabbi , qui a perçu Tyler Rake comme un film d’action divertissant.

Screenplay, Actions and Locations are the areas where the director could show his magic and I think he did it pretty well. Especially the action sequences.

I did not see such raw and vibrant action sequences in any other Hollywood movie in recent past. Hargrave changed the original region – a city of Latin America where the events in the graphic book took place and replaced it with Dhaka, the capital of Bangladesh. If you are a Bangladeshi, you will spot the discrepancies in a minute. From the accent of local people to the details of the police forces and everything in between will be unsettling for you.

But if you look at other Hollywood movies set in an international location, you will see that lack of proper details and resemblance is not a new thing and you rather have loved those movies if they were not set in your own backyard. Apart from some drone shots, the whole Dhaka part of the movie was shot in India and Thailand.

And here I have to give full marks to the team. Although it had its issues, the details of their portrayal of Dhaka was eye-catching. Even in a 5-second shot, there were both static or dynamic things happening in the background that reminds you that it's Dhaka that you are watching.

So, as per story and screenplay goes, ‘Extraction’ is just another enjoyable action film from Hollywood which had a pretty much cliche story – Mercenary, Kidnapping, Extraction etc. But all in all, it was enjoyable and you got a previously undiscovered location.

Le scénario, les scènes d'action et les lieux de tournage sont les domaines dans lesquels le réalisateur pouvait montrer ses talents et je pense qu'il a plutôt bien réussi. Surtout les séquences d'action.

Je n’ai pas vu de séquences d'action aussi crues et vibrantes dans un film hollywoodien ces dernières années. [Chris] Hargrave a modifié l’emplacement original – une ville d'Amérique latine où se déroulaient les événements du roman graphique – et l’a remplacé par Dhaka, la capitale du Bangladesh. Si vous êtes Bangladais·e, vous remarquerez immédiatement les incohérences. De l’accent de la population locale aux détails des forces de police, absolument tout sera déconcertant pour vous.

Mais si vous jetez un œil aux autres films hollywoodiens se déroulant à l’étranger, vous remarquerez que le manque d’exactitude et de ressemblance n’est pas quelque chose de nouveau et vous avez sûrement aimé ces films s'ils ne se déroulaient pas dans votre propre pays. Hormis quelques scènes tournées par drone, la partie du film se déroulant à Dhaka a été tournée en Inde et en Thaïlande.

Là je me dois d'adresser mes félicitations à l’équipe. Bien qu’ils aient des défauts, les détails de leur interprétation de Dhaka étaient frappants. Même sur un plan de 5 secondes, il y avait des éléments statiques ou dynamiques en arrière-plan qui vous rappelaient que c'était Dhaka qui était dépeinte à l'écran.

Ainsi, conformément à l'histoire et au scénario, Tyler Rake n'est rien d'autre qu'un film d'action hollywoodien plaisant dont l'histoire est assez convenue – mercenaire, kidnapping, extorsion etc. Mais au final, c’était agréable [à regarder] et tourné dans un lieu qui n'avait pas encore été exploré.

L'incorporation de ce titre de rap bangla a sûrement apporté une touche d'authenticité au film :

Javed Iqbal, un Bangladais expatrié, s'est dit être plutôt optimiste sur Facebook :

যে কোন পাবলিসিটিই ভাল পাবলিসিটি। [..] তারা দর্শকদেরকে নতুন লোকেশন দিতে চেয়েছে। নেটিফ্লিক্সের প্ল্যান, আগামী ৫ বছরে তারা ইন্ডিয়াতে দশ কোটি নতুন গ্রাহক চায়। তাই ওরা ইন্ডিয়ার ওপর প্রচুর টাকা ঢালছে। এই সিনেমাও সেটার একটা উদাহরণ। বাংলাদেশেও তাদেরকে আসতে হবে।

Il n'y a pas de mauvaise publicité. […] Ils voulaient offrir aux spectateur·rice·s un nouveau lieu. Netflix projette d’avoir 100 millions de nouveaux abonnés en Inde dans les 5 prochaines années. Donc ils investissent beaucoup d’argent dans des contenus liés à l’Inde. Ce film en est un parfait exemple. Ils doivent également venir au Bangladesh.

Au vu du succès de Tyler Rake, Joe Russo a annoncé qu’une suite était déjà en cours de production. Cependant Rafeul Hasan a rappelé à Hollywood de prendre l’authenticité au sérieux la prochaine fois :

Next time Hollywood centres a movie around Dhaka, they better get everything right down to the last details.

La prochaine fois qu'Hollywood centrera un film sur Dhaka, il vaudrait mieux que tout soit juste dans les moindres détails.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site