Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Rencontre avec Bali Subalian, activiste pour la langue bunun de Taïwan

Selfie pris par Yuway. Au fond, Bali et Yawi, souriants, font le signe V avec leurs doigts.

Bali Subalian (à gauche) et ses co-animateurs Yawi (au milieu) et Yuway (à droite). Photo fournie par Bali Subalian.

[Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des pages en anglais, ndt.]

À la suite du succès de la campagne sur les médias sociaux de l'année dernière, qui célébrait la diversité linguistique en ligne dans toute l'Asie, ce projet collaboratif se poursuit en 2020. La gestion du compte Twitter @AsiaLangsOnline sera assurée chaque semaine à tour de rôle par un·e militant·e et défenseur·e des langues, qui partagera son expérience, ses meilleures pratiques et les enseignements tirés de son travail de revitalisation favorisant l'utilisation de sa langue maternelle, avec un accent particulier sur le rôle d'Internet. Cette campagne est une collaboration entre Rising Voices, la Digital Empowerment Foundation et la O Foundation.

Chaque semaine, l'hôte à venir répondra à plusieurs questions sur son parcours et donnera un bref aperçu sur sa langue. Cette fois-ci, nous découvrons les sujets que Bali Subalian / Ching Hao Chen (@balisubalian) compte aborder pendant sa semaine sur @AsiaLangsOnline.

Rising Voices (RV) : Veuillez nous parler de vous.

Bali Subalian (BS): I’m Bali and also a member of the Bunun community, an indigenous people in Taiwan. I am a graduate student in linguistic anthropology, researching semantic change in the Bunun language. Besides me, the two co-hosts, Yawi and Yubay, have been sharing thoughts on indigenous language through different means, especially on social media like Facebook and Instagram. In recent months, since the outbreak of the pandemic, the three of us have been designing an abundance of digital materials about COVID-19.

Bali Subalian (BS) : Je suis Bali et également membre de la communauté Bunun [fr], un peuple autochtone de Taïwan. Je suis étudiant en master d'anthropologie linguistique, et mes recherches portent sur le changement sémantique dans la langue bunun. En plus de moi, mes deux collègues, Yawi et Yubay, partagent depuis un certain temps leurs réflexions sur les langues autochtones par différents moyens, en particulier sur les réseaux sociaux comme Facebook et Instagram. Ces derniers mois, depuis le déclenchement de la pandémie, nous avons tous les trois conçu un grand nombre de documents numériques sur le COVID-19.

RV : Quelle est la situation actuelle de votre langue sur Internet et hors ligne ?

BS: Growing up in a Mandarin-speaking society as indigenous people, we are seen more as good students than as members of each community. In addition, the elders of our family are able to frequently speak our language, but unfortunately we are exceptions.

However, we still enjoy sharing our ideas and feelings about our daily lives and different issues in our language. Luckily, the elders are excellent language teachers and willing to offer us a great deal of assistance, which has fostered our proficiency in the language.

BS : Ayant grandi dans une société de langue mandarine en tant que personnes autochtones, nous sommes perçus plus comme de bons étudiants que comme des membres d'une communauté. De plus, les anciens de nos familles parlent fréquemment notre langue, mais malheureusement nous sommes des exceptions.

Cependant, nous aimons toujours nous exprimer dans notre langue pour partager nos idées et nos sentiments sur notre vie quotidienne et sur différents problèmes. Heureusement, les anciens sont d'excellents professeurs de langue et sont prêts à nous offrir une grande aide, ce qui a favorisé notre maîtrise de la langue.

RV : Sur quels sujets prévoyez-vous de vous concentrer au cours de la semaine pendant laquelle vous gérerez le compte Twitter @AsiaLangsOnline ?

BS: In managing the @AsiaLangsOnline account, we will cover four topics: the introduction of our two languages (Bunun and Ayatal), digital materials about the pandemic and contemporary vocabulary, challenges faced by our languages, and finally thoughts about the one-year anniversary of same-sex marriage in Taiwan. We will write in Bunun and Atayal on alternate days, alongside English.

BS : Pendant notre période de gestion du compte @AsiaLangsOnline, nous couvrirons quatre sujets : la présentation de nos deux langues (bunun et ayatal), des documents numériques sur la pandémie et sur le vocabulaire contemporain, les défis auxquels nos langues sont confrontées, et enfin des réflexions sur le premier anniversaire de la légalisation du mariage pour les personnes de même sexe [fr] à Taïwan. En plus de l'anglais, nous alternerons entre le bunun et l'atayal, au rythme d'une langue par jour.

RV : Quelles sont les principales motivations de votre activisme numérique pour votre langue ? Quels sont vos espoirs et vos rêves pour votre langue ?

BS: Our motivation in doing this is quite simple : we crave representation for our two languages. Also, we are just eager to speak our languages and fortunately, we have learned a lot in our communities, which pushes us to be active in recording and collecting all of the information in the cloud.

BS : Notre motivation pour ce faire est assez simple : nous avons soif de représentation pour nos deux langues. De plus, nous sommes simplement excités à l'idée de parler nos langues et heureusement, nous avons beaucoup appris dans nos communautés, ce qui nous pousse à être actifs dans l'enregistrement et la collecte de toutes les informations dans le cloud.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site