Découvrez les plats préférés du chef népalais Santosh Shah

Le chef cuisinier Santosh Shah arbore un demi-sourire. Il a des joues rebondies et porte une blouse blanche.

Santosh Shah. Image reproduite avec sa permission.

Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des pages en anglais.

Après avoir terminé deuxième dans l’édition 2020 de l'émission « MasterChef : The Professionals » sur la BBC, le chef népalais basé à Londres, Santosh Shah, est devenu célèbre au Royaume-Uni et au Népal. À l’approche de la finale, le chef de 35 ans a présenté au jury une variété de plats peu connus en dehors du Népal.

Né et élevé à Karjanha, dans le district de Siraha, dans les plaines du sud du Népal, Santosh Shah a gravi les échelons et est devenu un chef couronné de succès. Après avoir échoué dans ses études secondaires, il a déménagé en Inde pour travailler comme plongeur dans un hôtel cinq étoiles. C'est à partir de là que sa carrière a commencé.

Dans une interview pour le Nepali Times, M. Shah explique qu’il a pris un risque en déménageant à Londres en 2010, mais que cela valait le coup car il a commencé à travailler avec des chefs renommés. Lorsqu'il a participé à la compétition MasterChef, il disposait de deux années d’expérience dans la cuisine népalaise, qu'il proposait dans plusieurs restaurants de la capitale britannique. Le jury a apprécié les plats qu’il a préparés et présentés, comme le pouding de millet kodo [fr], l’amot (cuir de fruit à la mangue), le gombo farci croustillant, le yomari [fr], le chili de poulet et le crabe au curry. 

Pouding de millet kodo, cuir de fruit à la mangue, biscuits au poivre du Sichuan à base de beurre clarifié et de farine de pois chiche, mangue grillée, citron vert et sorbet à la menthe. Je tenais vraiment à présenter ces plats.

— Santosh Shah (@chefsantoshshah) le 16 décembre 2020

L’expatrié népalais Arun Chaudhary a tweeté :

En présentant la cuisine népalaise au monde entier, du papadum tubulaire (fofi) au terai au yomari, le chef Santosh Shah, originaire du village de Karjanha à Siraha, a atteint la finale. Meilleurs vœux, mon cher ami. Continuez à faire honneur au Népal.

Global Voices a discuté avec le chef Santosh Shah sur WhatsApp pour connaître les plats népalais qu'il préfère et qu’il souhaiterait faire connaitre.

« J’adore le biriya (un mets délicat de la région du Téraï) », a-t-il déclaré. «Le biriya cuit avec des pommes de terre fraîchement récoltées est mon plat préféré. » Ce plat est fait avec de la jarosse (aussi appelée gesse cultivée, ou pois gras), et des feuilles de moutarde ordinaires ou à feuilles larges enveloppées d'une pâte à base de haricots mungo. On fait sécher ce mélange au soleil avant de le stocker en prévision de la saison des pluies, lorsque les légumes verts deviennent introuvables.

L’airkanchan est aussi un plat que Santosh aimerait faire connaitre. C’est une spécialité népalaise également populaire dans le Bihar, le Jharkhand et d’autres États indiens. Les feuilles de taro sont collées avec de la farine de riz ou de la farine de pois chiche, puis découpées en rondelles, que l'on fait frire dans de l’huile de moutarde. On les trempe ensuite dans une sauce au lait caillé garnie d'épices – c’est épicé, salé et acidulé !

Consultez la page Instagram de Santosh pour découvrir plus de spécialités culinaires népalaises :

 

 

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site