La souche britannique du COVID-19 arrive à Trinité-et-Tobago

Le virus COVID-19 est représenté par une sphère entourée de pics proéminents, dans des tons jaune-orange.

Une illustration du virus COVID-19 par Robert Couse-Baker sur Flickr, sous licence CC BY 2.0

L’article d'origine a été publié en anglais le 22 janvier 2021. Tous les liens renvoient vers des pages web en anglais.

Trinité-et-Tobago, qui a assez bien géré la pandémie jusqu'à présent, avec 7450 cas au total depuis mars 2020, et un bilan actuel de 343 cas actifs et 133 décès, a enregistré son premier cas du variant B117, transmis par l'intermédiaire d'un citoyen trinbagonien de retour du Royaume-Uni.

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) des États-Unis ont déclaré que ce variant spécifique originaire du Royaume-Uni, dont on estime que le risque de transmission serait jusqu'à 70% supérieur au virus initial, pourrait bien devenir la souche dominante de COVID-19 d'ici mars 2021.

Pour aider à réduire la probabilité d'infiltration, le gouvernement de Trinité-et-Tobago a récemment mis à jour ses politiques d'exemption et ses protocoles de quarantaine pour les voyageurs résidant au Royaume-Uni. Depuis le 22 décembre, en plus de l'obtention d'un test PCR négatif, toute personne venant du Royaume-Uni doit être placée en quarantaine dans un centre supervisé par l'État pendant une période de 14 jours, soit une semaine de plus que ne l'imposaient les mesures précédentes.

C'est une mesure logique pour de nombreux utilisateurs de réseaux sociaux, en particulier au vu du fait que le cas index pour le variant B117 avait fourni un test de réaction en chaîne par polymérase (PCR) négatif 72 heures avant le voyage :

Un citoyen de retour du Royaume-Uni a introduit le variant B117 du COVID-19 à Trinité-et-Tobago.

Le test PCR de ce citoyen était négatif 72 heures avant le voyage, comme il se doit. Ne faites pas de jugements hâtifs.🇹🇹 #Portez vos masques #Désinfectez #Lavez-vous les mains #Gardez vos distances 😷.

À son arrivée à Trinité-et-Tobago, le patient a été placé dans un établissement de quarantaine d'État et dès que le test COVID-19 est revenu positif, il a été transféré dans un hôpital public du centre de Trinité où il a été maintenu en isolement. Le variant a été détecté via des tests de séquençage du génome menés par l'Université des Indes occidentales. 

Les voyageurs d'autres pays sont toujours obligés de rester une semaine en quarantaine d'État suivie d'une semaine supplémentaire de quarantaine à domicile, ainsi que de fournir un résultat de test PCR négatif 72 heures avant le voyage.

Au cours de la semaine du 15 au 22 janvier, Trinité-et-Tobago a enregistré en moyenne 20 nouveaux cas de COVID-19 par jour.

Bien que la plupart des gens aient accepté l'inévitabilité de l'arrivée de la nouvelle souche à Trinité-et-Tobago, la réponse en ligne à cette nouvelle a été variée, certains utilisateurs applaudissant l'efficacité des autorités tandis que d'autres se montraient préoccupés par ce que cela pourrait signifier pour la proposition de la réouverture des établissements scolaires, par exemple.

La pression au sujet de la réouverture des frontières du pays était un autre sujet abordé par plusieurs utilisateurs de Twitter. Les frontières de Trinité-et-Tobago sont fermées depuis la mi-mars 2020. Bien que les exemptions et les efforts de rapatriement aient commencé, de nombreux citoyens qui se déclarentbloqués” à l'étranger disent que le processus ne se déroule pas assez rapidement. D'autres ont remis en question sa transparence, et certains ont même engagé des poursuites judiciaires contre le gouvernement.

D'autre part, la nouvelle de l'arrivée du variant B117 dans le pays a donné plus d'élan à ceux qui ne sont pas en faveur d'un assouplissement des restrictions d'entrée sur le territoire national :

Mais certains d'entre vous veulent des frontières ouvertes. Imaginez si nous n'avions pas les procédures de quarantaine que nous avons actuellement en place, étant donné que nous constatons déjà une augmentation des chiffres …

Cependant, le médecin en chef de Trinité-et-Tobago, le Dr Roshan Parasram, a démenti les rumeurs selon lesquelles les frontières resteraient fermées jusqu'en 2022 à cause de la nouvelle souche.

Le ministère de la Santé du pays a poursuivi ses efforts de sensibilisation du public, soulignant l'importance du port du masque, du lavage des mains et de la distanciation sociale pour aider à se protéger contre le virus. Une conférence virtuelle a en outre été organisée le 22 janvier afin de fournir des informations supplémentaires au public.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site