Le naufrage d'un navire transportant des substances chimiques provoque l'un des pires désastres écologiques au Sri Lanka

Plage déserte de sable doré, bordée de palmiers

Les plages vierges de Negombo (Sri Lanka) sont menacées par les plastiques et débris brûlés rejetés par le cargo X-Press Pearl en train de couler au large des côtes du Sri Lanka. Photo de Amila Tennakoon (2011), via Flickr, sous licence CC BY 2.0.

Le 20 mai 2021, un cargo singapourien, le X-Press Pearl, a pris feu en Mer des Laquedives à 18 kilomètres au large de la côte ouest du Sri Lanka, près de la capitale Colombo. Après une semaine de lutte contre l'incendie, la perte totale du navire a été déclarée et il a commencé à couler, déversant des débris brûlés. Le X-Press Pearl transportait 1 846 conteneurs de substances chimiques et produits cosmétiques, dont 28 conteneurs de granulés en plastique et 25 tonnes d'acide nitrique et d'hydroxyde de sodium, produits hautement inflammables qui avaient été chargés dans un port de l'État de Gujarat en Inde. Au-delà des débris brûlés, la menace d'une marée noire plane car le navire contenait plus de 300 tonnes de carburant dans ses réservoirs.

Au cours des deux dernières semaines, alors que le navire se consumait dans l'incendie, des explosions ont été entendues. Les débris brûlés et résidus de pétrole ont déjà fait d'énormes dégâts sur les plages avoisinantes de la côte sri lankaise. L'ampleur de ces dégâts en fait l'un des pires désastres écologiques au Sri Lanka.

Rangana Shamil Fernando, journaliste, a partagé des vidéos filmées par la marine du Sri Lanka :

Dernières vidéos du navire en train de sombrer #MVXPressPearl.                                                                       Utilisées avec l'aimable autorisation de @srilanka_navy #lka #SriLanka

Selon certaines sources, une fuite d'acide citrique a commencé le 11 mai et le navire est arrivé au Sri Lanka pour demander de l'aide après que d'autres ports voisins lui ont refusé l'accès du fait de cette fuite.

Azzam Ameen, journaliste, a partagé des images prises par l'Armée de l'air sri lankaise :

L'impact sur le milieu marin est important : images de l'incendie et des zones côtières prises par l'Armée de l'air sri lankaise aujourd'hui à 13h

#MVXPressPearl

La marine sri lankaise a secouru 25 membres d'équipage du cargo après que des parties du navire ont été arrachées dans des explosions. La marine indienne a aidé à maîtriser l'incendie.

#OperationSagarAaraksha2 Le cargo #MVXPressPearl, transportant des produits chimiques, a coulé et touché le fond. Une partie de la superstructure et de la portion avant sont encore visibles. Des navires de la #GCI , dont le patrouilleur antipollution Samudra Prahari, sont prêts à intervenir avec leur équipement antipollution. Les sauveteurs évaluent actuellement la situation.

Dégâts environnementaux

Au cours des deux dernières semaines, des microplastiques et des débris calcinés provenant du navire en feu ont été portés par les vagues jusqu'aux plages populaires voisines de Negombo.

Maleesha Gunawardana, fervente protectrice des océans, a tweeté :

Près de 3 milliards de granulés en plastique ont été rejetés dans nos eaux. S'ajoute à cela un risque de marée noire alors que le navire est en train de couler. Nous sommes en présence du pire épisode de pollution marine de notre existence au Sri Lanka.

#MVXPressPearl #SriLanka

Les autorités sri lankaises ont interdit la pêche dans un rayon de 80 kilomètres autour de la côte, impactant ainsi 5 000 bateaux de pêche et pêcheurs qui en dépendent pour survivre.

Pearl Protectors, une organisation sri lankaise de protection de l'environnement, a tweeté des nouvelles régulières de la catastrophe.

De Wattala à Negombo, la côte est lourdement polluée. Des débris tels que des morceaux d'épave du navire, des parties de conteneurs flottantes, des parties brûlées du cargo et des produits chimiques, du pétrole et des cendres ont recouvert les zones avoisinantes. L'impact environnemental marin est grave.

#MVXPRESSPEARL #épave #lka

La bande côtière de la Province de l'Ouest du Sri Lanka est désormais recouverte de #granulés en plastique.

Il s'agit d'une catastrophe environnementale sans précédent !

Toute l'industrie de la pêche de la moitié ouest du #Sri Lanka et du sud de l'#Inde sera gravement touchée à court terme.

Ic: Colombo Gazette #mvxpresspearl

L'organisation a également souligné les conséquences dans un communiqué sur Facebook :

Large areas of the Western Province coast have been affected due to the recent MV X-Press Pearl ship accident. Due to the complexity of its cargo, several environmental challenges have arisen. These include high toxic levels both at sea and on the coast. A bunk oil spill, ashes and ship debris at sea and on the shorelines, high amounts of plastic pellets spilled onto the ocean now covering large swaths of coastline along the western side of Sri Lanka, toxic fumes mixed with monsoon rains resulting in toxic rain and poor air quality.

De vastes surfaces de la côte de la Province de l'Ouest ont été impactées par l'accident récent du navire MV X-Press Pearl. Plusieurs défis environnementaux se présentent du fait de la complexité du cargo. Parmi ces défis, on relève notamment : des niveaux de toxicité élevés en mer et sur la côte, le déversement de pétrole, les cendres et débris du navire en mer et sur les littoraux, des quantités importantes de granulés en plastique déversés dans l'océan qui recouvrent à présent de vastes portions de la côte ouest du Sri Lanka, mais encore des fumées toxiques qui, en cette période de mousson, génèrent des pluies toxiques et une qualité atmosphérique médiocre.

Hemantha Withanage, directrice générale du Center for Environmental Justice (organisation de défense de l'environnement et de litige d'intérêt public au Sri Lanka) a écrit dans un article sur Groundviews :

Although the impact on biodiversity is yet to be assessed, there are several reefs located in the area and the fauna and flora associated with the reefs will be seriously affected. Turtles, moray eel and stingray have washed up on beaches.

Bien que l'impact sur la biodiversité n'ait pas encore été évalué, plusieurs récifs de cette zone ainsi que la faune et la flore qui en dépendent vont être durement touchés. Des tortues, des murènes et des raies ont d'ores et déjà échoué sur les plages.

Actions de sauvetage

Des centaines de membres des forces armées et d'autre personnel aident au nettoyage en ramassant les débris dans des dizaines de lieux sur toute la côte.

Roel Raymond, journaliste, a tweeté :

Le nettoyage des déchets du #MVXPressPearl se poursuit pour le 6e jour d'affilée.

14 zones prioritaires ont été identifiées et selon la Marine Environment Protection Authority (MEPA), des progrès réguliers sont observés. 🙌🏼 #SriLanka #lka

Les autorités sri lankaises mettent en place des stratégies pour atténuer les dégâts sur l'environnement et ont commencé à enquêter sur les causes de l'accident.

La MEPA prépare un plan stratégique en cas de marée noire provoquée par l'accident du #MVXPressPearl, navire au destin tragique.

Dans une vidéo publiée par la MEPA du Sri Lanka sur Facebook, on peut voir le processus minutieux visant à prélever les petits granulés de plastique du MV X-Press Pearl en perdition.

L'inquiétude monte quant à la possibilité que les débris soient emportés par les courants marins vers d'autres zones de la côte ouest du Sri Lanka. Charitha Pattiaratchi, professeur à l'Université d'Australie occidentale, a partagé ses prévisions quant à la trajectoire des granulés de plastique :

Dans le même temps, les autorités sri lankaises ont décidé de poursuivre les propriétaires du X-Press Pearl en justice pour pollution marine et ont ouvert une enquête.

Buvini Liyanagamage, informaticienne, a tweeté :

#DernièresNouvelles

Le capitaine du #MVxpressPearl, son ingénieur en chef et son deuxième mécanicien ont interdiction de quitter le #SriLanka sur décision du tribunal correctionnel de #Colombo. #lanka #colombo #covid19 #marine

Cette affaire a lancé un débat sur le cadre légal relatif à de tels sujets dans ce pays. Selon Kamanthi Wickramasinghe, qui s'est exprimé dans un éditorial en ligne du Daily Mirror, le Sri Lanka manque de cadre légal adéquat et de stratégies préventives pour faire face à une catastrophe maritime de cette envergure.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site