Un activiste biélorusse porté disparu retrouvé mort en Ukraine

Belarusian activist Vital Shyshou, photo courtesy of Belarusian House in Ukraine (BDU) on Telegram.

L'activiste biélorusse Vitali Chichov, photo de Maison Biélorusse en Ukraine (BDU) sur Telegram.

[Sauf mention contraire, tous les liens de ce billet renvoient vers des pages en russe — ndt]

Selon la police ukrainienne, l’activiste biélorusse Vitali Chichov dont la disparition remonte au 2 août, a été retrouvé mort dans un parc près de son domicile à Kiev.

Vitali Chichov, qui avait quitté le Bélarus à l’automne 2020 et craignait les persécutions d’État suite à des manifestations, vivait à Kiev. Il y avait fondé la Maison Biélorusse en Ukraine (BDU), une organisation à but non lucratif qu’il gérait et qui protégeait les citoyens biélorusses ayant fui les persécutions du régime d'Alexandre Loukachenko.

Ses pairs activistes ont déclaré sa disparition dans un publication du BDU sur Telegram, dès le 2 août au matin, annonçant que Vitali Chichov était sorti pour son jogging matinal habituel mais « n’était jamais revenu ». Selon le communiqué de la police ukrainienne datant du 3 août après des recherches approfondies, il a été « retrouvé pendu, dans un parc de Kiev, non loin de son lieu de résidence ». 

La leader de l’opposition biélorusse Sviatlana Tsihanouskaya, qui est également exilée en Lituanie, a exprimé ses condoléances à la famille de l’activiste.

Je suis bouleversée par la nouvelle du décès de l’activiste Vitali Chichov qui a été retrouvé pendu à Kiev. Mes pensées vont à sa famille. C’est inquiétant de réaliser que même ceux qui fuient le Bélarus ne sont pas en sécurité. Je remercie les autorités ukrainiennes 🇺🇦 d’avoir ouvert une enquête sur cette affaire.

Dans un autre mise à jour sur leur compte Telegram, les membres de la BDU ont affirmé qu'ils suspectaient des agents d'État du Bélarus de surveiller Vitali Chichov, alors que celui-ci se trouvait en Ukraine et disait avoir été mis en garde de possibles provocations.

За Виталиком велась слежка. О фактах были соответствующие уведомления полиции. Также нас неоднократно предупреждали как местные источники, так и свои люди в РБ о всевозможных провокациях вплоть до похищения и ликвидации. Виталий стоически и с юмором относился к этим предупреждениям, заявляя, что хоть так возможно БДУ выйдет из инфовакуума.

Vitali était surveillé. Par conséquent ces faits ont été communiqués à la police. Nous avons été mis en garde à de nombreuses reprises par nos sources locales et des personnes au Bélarus, du risque de possibles provocations, pouvant aller jusqu'au kidnapping et à la liquidation. Vitali est resté stoïque face à ces mises en garde. Il les gérait parfois même avec un peu d’humour, déclarant que de cette façon la BDU irait au delà du vide de l’information.

Yuri Shchuchko, également activiste auprès du BDU et qui a participé aux recherches à la suite de la disparition de Vitali Chichov, a déclaré sur Current Time, une chaine de télévision gérée par  RFE/RL et Voice of America, que le visage de Vitali Chichov portait des traces de violence laissant penser qu’il a été battu. 

Yuri Shchuchko se demandait si des officiels des services de sécurité du Bélarus (KGB), dont on sait qu’ils ont opéré en Ukraine par le passé, pouvaient être responsables et a qualifié l’incident de : « projet sur le modèle habituel (du KGB) ».

Dans leur communiqué sur l'affaire Chichov, la police Ukrainienne a indiqué avoir « ouvert une enquête criminelle, en vertu de l'article 115 du Code pénal ukrainien (meurtre avec préméditation) et qu'elle vérifierait toutes les versions, y compris celle du meurtre déguisé en suicide ».

Le régime biélorusse d’Alexandre Loukachenko n’est pas étranger aux pratiques de répression transnationales. Le premier août 2021, l’athlète biélorusse Krystina Tsimanouskaya a été écartée des Jeux Olympiques [fr] par des représentants du sport biélorusse qui ont tenté de la faire embarquer de force sur un vol vers le Bélarus. Elle a demandé à bénéficier d’une protection policière avant de recevoir un visa humanitaire de la Pologne. 

En mai 2021, le Bélarus a fait atterrir un vol Ryanair [fr] reliant initialement la Grèce à la Lituanie et survolant son territoire, avant d'arrêter le journaliste d'opposition Raman Pratasevich, qui demeure depuis assigné à résidence.

En juillet 2016, le journaliste biélorusse Pavel Sheremet, qui avait mené une enquête sur la corruption au sommet du pouvoir de son pays, a été tué [en] dans un attentat à la voiture piégée à Kiev. Cinq ans plus tard, l’enquête sur sa mort est toujours en cours [en] et son meurtre demeure impuni. Des activistes et des groupes pour la défense des droits des médias ont demandé [en] une enquête minutieuse et transparente afin d’identifier les responsables du meurtre de Monsieur Sheremet.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site