Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Moyen-Orient : Les femmes à la recherche de causes à célébrer

Les blogueuses de tout le Moyen-Orient se sont donné la main pour marquer la Journée internationale de la Femme par des billets de réflexions de circonstance, et célébrant les vies et réalisations de femmes qui les ont touchées [les blogs cités sont en anglais].

En Arabie Saoudite, American Bedu reconnaît que, si de nombreuses femmes dans le royaume n'ont sans doute aucune idée de la signification de cette journée, elles sont «probablement des femmes heureuses, satisfaites de leur vie et conscientes d'elles-mêmes.»

Elle poursuit :

A l'intention de ceux/celles qui se complaisent à lire sur l'absence de droits pour les femmes en Arabie Saoudite, et à considérer les Saoudiennes comme les femmes les plus opprimées au monde, je voudrais souligner que les Saoudiennes bénéficient systématiquement de plus d'opportunités, que ce soit dans l'enseignement, l'emploi, le statut légal, etc… Je sais qu'il y aura foule de détracteurs pour dire qu'elles sont minimes et n'existent que parce qu'un «homme» les a approuvées, mais vous savez quoi ? C'est une réalité en Arabie Saoudite. Et cette réalité ne changera que le jour où les Saoudiennes (je ne parle pas des femmes expatriées, ou d'autres groupes) choisiront de prendre des initiatives de changements – à condition qu'elles les veuillent, pour commencer.

La blogueuse, mariée à un Saoudien, rend aussi hommage à une femme particulière dans sa vie :

Je voudrais saluer ma chère belle-mère saoudienne, Mama Moudi. Elle a beau ne jamais conduire, ni être vue non voilée, elle n'a pas fait d'études, mais elle est l'une des femmes les plus sages, compatissantes, d'un grand soutien (elle accepté que son fils épouse une Américaine !), bonnes et belles (à l'intérieur et à l'extérieur) que je connaisse.

Israelity Bites, en Israël, commente une initiative de l'écrivaine américaine Alice Walker, d'aller à Gaza pour marquer la journée avec 60 autres militantes.

Elle note :

Le Code Pink [note de la traductrice : «Code Rose : Femmes pour la paix] a l'intention de passer trois jours dans l'enclave, et elles ont apporté des paniers-cadeaux avec des produits d'hygiène pour les familles affectées par le blocus de 20 mois sur les marchandises, le bombardement des tunnels de contrebande et la destruction «gratuite» pendant l'opération «plomb durci».

Le feu des roquettes militantes continue, provoquant toujours des frappes aériennes de l'armée israélienne, mais ces femmes sont calmes et déterminées à entrer, pour voir à l'oeuvre leurs dollars de contribuables américaines.

Elle conclut son billet en demandant :

Comment le Hamas fêtera-t-il la Journée des Femmes, je me le demande…

De Palestine, l'activiste américaine Marcy Newmann déplore le fait que cette journée ne soit plus fériée. Elle écrit :

Aujourd'hui, c'est la journée internationale de la Femme. C'était un jour de congé en Palestine, un jour où on ne travaillait pas. Apparemment, ce n'est plus le cas. […] Si c'était encore un jour férié honoré par l'autorité palestinienne, nous pourrions être en mesure de faire des choses comme honorer les palestiniennes prisonnières politiques

Au Koweit, la blogueuse américaine Desert Girl on Kuwait marque la journée en critiquant le ton d'un avertissement aux responsables, émis par l'ambassade américaine, qu'elle qualifie d’ «alarmiste.»

La circulaire a été publiée après qu'une femme américaine s'est plainte d'avoir été harcelée dans un centre commercial, et met les femmes en garde :

Les femmes occidentales au Koweit devraient être particulièrement vigilantes, parce que leur façon de s'habiller et leur liberté de mouvements peuvent attirer l'attention, en partie du fait que de nombreuses femmes du pays s'habillent très différemment.

Desert Girl remarque :

Quelle impression vous fait cette affirmation ? Je ne trouve pas que les femmes ne portant pas le hijab s'habillent très différemment des Occidentales (et pour beaucoup de femmes portant le hijab, la seule différence, c'est souvent le foulard). Je pense très largement que la plupart des femmes occidentales essaient de s'habiller de façon appropriée pour le Koweit – et, encore une fois, pour la plupart, de façon conservatrice selon les critères occidentaux. Je m'habille comme mes amies koweitiennes (qui ne portent pas le hijab), et réciproquement. J'ai des amies américaines musulmanes qui portent le hijab, et certaines qui portent l'abaya et le niqab. Et la «liberté de mouvements» ? Ouais ! Y a-t-il au Koweit un endroit où les femmes koweitiennes ne vont pas – et une heure interdite ? Elles sont libres de leurs mouvements. Je ne comprends pas. Vraiment ça m'énerve.

Heureuse Journée internationale des femmes.

Toujours au Koweit, Teach the Masses fête la journée en rendant hommage à des femmes qui ont changé le monde. Voici ce que dit son bref billet :

Joyeux 8 mars tout le monde !
Rosa Louise Parks : pour être restée assise.
Mère Teresa : pour ne pas s'être assise du tout.
Diana, princesse de Galles : pour avoir fait tout ça et s'asseoir avec élégance
Marie Curie – pour être assise dans un labo et avoir sauvé le monde.
Parmi d'autres.

La Palestinienne Al Falasteeniya rend elle aussi hommage à des femmes, qu'elle décrit comme «mieux que super.» Elle note :

ok, ok, assez de billets sur la journée internationale de la femme, chaque jour devrait être la journée internationale de la femme, pas vrai ? Malgré tout, je veux saisir l'occasion pour vous faire connaître quelques femmes formidables qui à mon avis sont plus que super. En même temps, je veux honorer celles qui ne sont plus avec nous.

Pour voir sa liste, cliquez ici.

Pendant ce temps, Ansam, sur Gather te rosebuds while ye may, écrit à propos d'une exposition d'art, présentant les oeuvres de cinq artistes arabes, qui se tient au Koweit à l'occasion de la Journée internationale de la Femme.

Et pour conclure, la Suédoise Sniff, qui vit aux Émirats arabes unis, fait part de sa surprise de ne pas avoir trouvé beaucoup de campagnes consacrées aux femmes. Elle explique :

Aujourd'hui, Journée internationale de la femme, j'ai fait le tour des médias à la recherche d'articles et de campagnes consacrés à ce thème – et j'en ai trouvé très peu ! Il y en aura peut-être plus à mesure que la journée avancera ?

Restez à l'écoute pour d'autres réactions sur cette journée.

1 commentaire

  • Les pauvres “femmes” ne puissent guère s’aspirer davantage à “cette” liberté d’expression. Car dans ces pays comme dans d’autres du tiers-monde, le pouvoir n’est autre que le désespoir du peuple qui l’a élu et élevé. La démocratie serait de se sacrifier soi-même.

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site