Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Inde : Les entreprises s'impliquent dans la campagne électorale

Dans mes billets précédents pour le dossier spécial Global Voices sur les élections générales indiennes de 2009,  j'ai analysé comment les politiciens et les partis politiques indiens [en anglais, comme tous les blogs et sites cités] utilisaient Internet et les moyens de communication mobiles durant la campagne électorale, puis comment les associations menaient des campagnes  en ligne pour l'enregistrement des électeurs et la transparence.

Quelque que soit l'intérêt de ces initiatives, les campagnes en ligne les plus efficaces de ces élections générales indiennes de 2009 sont l'œuvre de trois grandes entreprises: Jaago Re de Tata Tea, My Idea de Idea Cellular et Lead India/ Bleed India de The Times of India (Live Mint/ Thaindian/ Exchange4Media/ Hindustan Times).

Dans mon passé professionnel, comme gardien d'une grande marque indienne, j'étais convaincu que les campagnes en ligne en Inde pouvaient être indépendantes, et n'avaient pas besoin  de publicités dans les médias traditionnels. Les stratégies employées pour ces trois campagnes réussies m'ont porté à réaliser que les campagnes en ligne des entreprises dans ce pays continueront à être dépendantes des publicités dans les médias traditionnels.

Tata Tea Jaago Re

La campagne Jaago Re a été lancée par Tata Tea et Janaagraha en septembre 2008 (communiqué de presse) pour encourager les électeurs à s'inscrire dans les collèges et les corporations de 35 villes dans tout le pays et pour atteindre l'objectif de quatre millions d'électeurs inscrits. L'enregistrement se fait via une application interactive sur son site web et dans les portails, ce qui aide à identifier les utilisateurs et leur circonscription électorale, à préparer une carte d'électeur prête à être imprimée en 5 minutes, les guide vers le centre d'enregistrement le plus proche et les informe par SMS lorsque leur nom est ajouté aux listes électorales.

La campagne, qui est menée par une petite équipe de jeunes âgés d'une vingtaine d'années (The Week), dispose d'un comité consultatif qui comprend l'ancien Chef de la Commission électorale M. T S Krishnamurthy, le fondateur du groupe Infosys, M. Narayan Murthy, et M. Rang De Basanti, directeur  de Rakeysh Omprakash Mehra (Hindustan Times/ Indian Express/ Time Of India). La campagne a réussi à convaincre des directeurs de grands collèges et des compagnies à atteindre 100 pour cent d'enregistrement (TOI/ TOI/ Mid Day/ TOI/ Deccan Herald) et même à convaincre la commission d'accepter des demandes d'inscription groupées.

La compagnie Tata a diffusé des publicités intéressantes pour inviter les jeunes à prendre part à sa campagne Jaago Re. Ci-dessous, la principale publicité pour  Jaago Re:


Jaago Re Use Your Finger! Use it to Vote! (Jaago Re utilise votre doigt! Utilisez-le pour voter!)

:

L'entreprise Tata Tea s'est aussi  associée avec des chaines de télévision pour créer de petites campagnes comme  Bindass TV's iChange , toujours pour soutenir sa campagne Jaago Re.

La publicité Jaago Re Bindass TV Ungali Utha Vote Kar

Publicité Jaago Re Disney ‘Si j'étais Premier ministre”:


Publicité Jaago Re Channel V VJ Juhi ‘Vote ya Vaat':

Jaago Re a aussi une présence très forte dans les réseaux sociaux en ligne avec plus de 15000 membres sur  Facebook et plus de 13 000 membres sur Orkut.

La campagne organise maintenant des concerts de rock Shut Up & Vote avec le groupe Thermal And A Quarter (TAAQ)de Bengalore dans 10 villes pour encourager la jeunesse indienne à s'engager dans le processus électoral

(DNA/ Indian Express/ IBN Live/ Indian Express/ DNA):

La campagne Jaago Re s'est révélé être un énorme succès.  Non seulement elle a suscité un très grand nombre d'articlesde presse et de billets sur les blogs, et a attiré beaucoup de compliment à Tata Tea pour son initiative (Business Standard), mais elle a réussi aussi jusqu'à présent à faire enregistrer 531 395 électeurs sur les listes électorales, malgré des débuts laborieux dus aux lenteurs de la bureaucratie  (Time Of India).

La blogosphère indienne est véritablement amoureuse de la campagne de Jaago Re. Rashmi Bansal pense qu'avec cette campagne, Tata Tea a fait preuve d'une implication sociale supérieure à celle de toute autre marque. se demande pourquoi seuls les vendeurs de boissons organisent des publicités sur le thème des élections. Les blogs Rajesh Kumar Indian Homemaker et Chavvi Sachdev racontent leur inscription en ligne sur les listes électorales. Le blog  Sanjukta a eu une interview intéressante avec la coordinatrice de Jaago Re, Mme Jasmine Shah.

Idea Cellular My Idea

La campagne  My Idea de Idea Cellular est une prolongation de sa campagne pour une démocratie participative dans laquelle une politicienne, aidée de son assistant feru en high-tech Abhishek Bachchan, recueille les opinions des citoyens dans sa circonspection électorale en utilisant les téléphones portables :

La campagne, organisée par Pinstorm, demande aux électeurs de soumettre des idées qui pourraient changer l'Inde et de voter pour les idées présentées par d'autres. Jusqu'à présent, en l'espace d'un mois, 2 000 idées ont été soumises et plus de 140 000 choix ont été exprimés (Indian Television). Cependant, c'est la campagne à double visage de Lead India/ Bleed India du quotidien The Times of India, qui suscite les discussions les plus intéressantes dans la blogosphère indienne.

TOI Lead India

La campagne Lead India reprend les thèmes de sa campagne de 2007, dans laquelle elle a organisé une “chasse au talent” nationale pour trouver les leaders indiens de la prochaine génération. Dans son blog new avatar ,elle veut aider l'électorat indien à faire le bon choix aux prochaines élections, en fournissant une plateforme pour un débat politique significatif et soutenir la campagne No Criminals in Politics (Pas de criminels en politique)

TOI Bleed India

En même temps, la campagne Bleed India de Times of India fait la parodie de Lead India et demande:

Diriger l'Inde? Mais vers où? Dans l'Allée du jardin? Jusqu'au tournant ? Et par qui? Nos dirigeants ? Lol!

Pendant que le quotidien Times of India cherche, donc, à trouver de nouveaux leaders pour une nouvelle ère  (bonne chance gentlemen!), nous nous posons au contraire la question Qui Saigne l'Inde ? (Bleed India);

Maitres de l'Arnaque, Tigres de la Corde Raide, méritent la reconnaissance de leur génie à se plaçer au-dessus de la loi, au-delà de la loi, en la faisant et la défaisant..wah! wah! Mesdames et messieurs…vous nous avez gouvernés et vous  avez saignés.

Est  ensuite proposée une parodie élaborée du typique politicien indien, Pappu Raj, avec son profil Facebook personnel et sa page Facebook (Exchange4Media).

Anondan démolit sur son blog la campagne presse de  Lead India alors que Rajiv Dingra se demande qu'est-ce que la dichotomie de cette double campagne Lead India/ Bleed India cache. Sur Twitter, de nombreux utilisateurs tels que Deepak et Kanika, trouvent la campagne de Bleed India “amusante et créative”, alors que Sumant et Aadisht croient que Bleed India est au contraire”un buzz qui a mal tourné” et “d'un sarcasme mal fichu”.

Les opinions sont partagées pour déterminer si les campagnes de Jaago Re, My Idea and Lead India/ Bleed India, sont la preuve d'une implication sociale des entreprises, ou s'il ne s'agit que d'une tentative flagrante de générer du “buzz” pour leurs marques, mais si l'engagement est un marqueur de réussite, ces campagnes sont les plus significatives dans cette période électorale en Inde.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site