Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Algérie : Un troisième mandat pour Abdelaziz Bouteflika

Vendredi 10 avril, le  Président algérien Abdelaziz Bouteflika a été élu pour un troisième mandat, prolongeant ainsi ses dix années au pouvoir.  Avec l'ancien Premier ministre Abdelaziz Belkhadem, Abdelaziz Bouteflika a modifié la Constitution afin de lever l'impossibilité de se représenter, une révision qui a été approuvée en conseil des ministres en novembre 2008. Selon le site Daily Maghreb [en anglais],  il a emporté cette troisième élection avec 90.24 pour cent des suffrages exprimés.

Les blogueurs algériens et marocains ont beaucoup commenté cette élection. Avant le jour du vote, le blog algérien-américain The Moor Next Door écrivait [en anglais]:

La campagne présidentielle en Algérie est dominée par Abdelaziz Bouteflika, tant dans la substance que visuellement. Sa campagne a été si vigoureuse que Boutelfika a raté le Sommet arabe à Doha, délégant le Ministre des affaires étrangères Medelci à sa place. D'autres candidats ont tenté de faire entendre leur propre voix –  particulièrement Hanoune, qui est trotskyste, et c'est de plus en plus évident aussi pour Mohamed Said, lors de la campagne, même s'il était et reste relativement peu connu. Touati a  pour l'essentiel essayé de copier le programme de  Bouteflika, sous un visage différent  et Younsi et Rebiane ont  utilisé la campagne comme plateforme pour attaquer le régime, le premier étant le plus dissident des deux, sur le plan idéologique.

Larbi [français], pour commenter le score du président Bouteflika, écrit :

Félicitations au Candidat Abdelaziz qui rentre dans notre top 5 à la troisième place.

Bachar Al-Assad reste toujours à la tête du classement avec un score de 97% (réélu le 29 mai 2007).

Au deuxième rang on retrouve un fidèle à l'émission: Zine el-Abidine qui obtient 94,49 % (réélu 24 octobre 2004).

Puis le jeune Abdelaziz qui avec ses 90,24% d’hier est troisième. Un rang honorable tant la compétition est rude et il y a de nombreux joueurs qui ne déméritent pas.

Sur Bilad Tlisman [en arabe], le blogueur algérien Baroudi fustige ceux qui se plaignent de cette situation :

إن الذين يذرفون دموع التماسيح على الحرية هم أولئك الذين حجزوا لوحدهم دون سواهم تذكرة الحجر على هذه الديموقراطية لأن الجزائر برأيهم غاشي وليست أمة وتاريخا وكيانا. الذين يتباكون الديمقراطية هم هؤلاء الذين يمجدون سنوات غيابها. والذين يبكون الديموقراطية في الجزائر هم الطيف السياسي الذي حجز الصحف المعربة وأغلق باب المطابع في وجه كل صوت عربي ذات يوم. الذين يبكون الديموقراطية في الجزائر لأن شخصا اسمه عبد العزيز بوتفليقة فاز بولاية ثالثة هؤلاء هم أنفسهم الذين باركوا الحجر على ثوابت الأمة من لغة ودين وهم الذين باركوا تصفية المدرسة الجزائرية وهم الذين صفقوا طويلا لقتل العربية في عقر دارها بل هم الذين طالبوا بجعلها في المرتبة الثالثة. هؤلاء ليسوا صادقين لأنهم ظلوا يحاربون قيم الأمة و معتقداتها الوطنية بل ويشككون في قدرة الأمة على النهوض بواسطة مقوماتها. إن المواطن في الجزائر أصبح لاهتم لخطاب الديمقراطية لأن من رفعوا راية هذه الديمقراطية ذات يوم كذبوا عليه واحتالوا علينا.
Ceux qui pleurent des larmes de crocodile sur la liberté sont ceux qui ont mis de leurs propres mains cette démocratie en quarantaine étant donné que l'Algérie, selon eux, est une tyrannie et non pas une nation avec une histoire et une entité. Ceux qui font semblant de pleurer sur la démocratie sont ceux qui louent les années de son absence. Ceux qui pleurent sur la démocratie en Algérie appartiennent au spectre politique qui a, à une époque, fermé les journaux en arabe et fermé les imprimeries au nez de chaque voix arabe. Ceux qui pleurent sur la démocratie en Algérie parce que quelqu'un appelé  Abdelaziz Bouteflika a remporté sa troisième élection sont ceux qui ont banni les fondamentaux de cette nation, comme la langue et la religion. Ce sont eux qui ont béni l'assassinat de l'école algérienne,  qui ont applaudi longuement le meurtre de la langue arabe dans sa propre maison, et ont même insisté pour en faire une langue de troisième catégorie.  Ces personnes ne sont pas sincères et ont continué à combattre les valeur de cette nation et ses convictions. Et ont aussi douté de sa capacité  à s'élever en utilisant son propre potentiel.  Les gens en Algérie ne sont pas intéressés par le dialogue démocratique car ceux qui portent la bannière de la démocratie sont ceux qui leur ont  menti  et les ont trahis.

Citoyen Hmida est tout aussi cinglant :

Seul candidat crédible, seul candidat ayant accès aux médias officiels, seul candidat bénéficiant de tous les moyens de l’état pour mener sa campagne, seul candidat à avoir une chance d’être élu, seul candidat à bénéficier du soutien logistique d’un parti, seul candidat à avoir exercé le pouvoir et à en connaître les arcanes et les arnaques, Abdelaziz BOUTEFLIKA a été le seul candidat à pouvoir devenir (ou plutôt à rester) président !

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site