Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Japon : Que penser du Web japonais (2)

Cet article et le suivant, la partie III , s'intéresse aux discussions dans la blogosphère et la Twittersphère japonaises qui ont suivi l'entretien controversé, “”Le web japonais est ‘décevant’ : entretien avec M. Mochio Umeda”, résumé dans la Partie I [en français]. Au moins l'entretien a-t-il relancé un débat sérieux sur comment on perçoit le web japonais et l'évolution qu'il connait.  Mochio Umeda a joué un rôle important dans notre perception actuelle au Japon, en ouvrant un blog populaire sur les tendances du web anglophone en 2003.  Son influence s'est étendue au grand public quand il a publié son livre “Web Shinkaron” (”La Théorie de l'évolution du Web”) en 2006.  Il a joué un rôle d'éducateur et d'évangéliste pour le Web 2.0 au Japon.

@tsuda a écrit sur Twitter [en japonais, comme tous les liens suivants, sauf mention contraire]:

『ウェブ進化論』の凄さは、一見最新のネット事情をわかりやすく説明する「解説書」の体裁を取っていながら、物心ついたときからネットが側にある若者に対して「既得権益層を潰しちゃえよ!」というメッセージを発信していたところにある。

Le génie du “Web Shinkaron” est que, sous la forme d'un “guide pratique pour le web”, le livre transmet en fait le message “Brisez l'establishment !” aux jeunes qui ont grandi avec Internet.

Dans ce contexte, la plupart des réactions initiales à l'entretien ont été  des commentaires  sur Mochio Umeda lui-même, y compris des attaques personnelles contre lui, qui lui reprochent de ne pas être conscient des responsabilités que lui donnent son ‘influence.  Par exemple, le blogueur Takayuki Fukatsu, après avoir souligné que  sa société, Hatena [en français] , avait raté l'occasion d'investir le marché américain, a fait ces commentaires sur son blog :

「Web進化論」みたいな、宗教的なカリスマになったからには、衆民にご利益と実績を示し続けないと、宗教は機能しないと思うんよ。煽ってムーブメントを作り出したからには、梅田さんなり、はてななりがそれを実践しないと、「あぁ、あの人の言っていたことは机上の空論だったのだなぁ」と、逆にみんなそれを諦めちゃうんじゃないかと。それが、「web進化論的なるものは日本では失敗する」っていう共通認識が、いまのwebのがっかり感の基盤なんじゃないかなと。煽るだけ煽ってリタイアしながら、日本のwebが「残念」とか言われても、どうしろというのかと。

Depuis que M. Umeda a atteint un statut de personnalité culte avec “Web Shinkaron”, il est obligé de continuer à accorder des bonus au public et d'étaler des succès, sinon, la ‘religion’ ne marchera plus.  Il est l'un de ceux qui ont attisé les flammes et qui ont lancé le mouvement ; par conséquent M. Umeda ou Hatena, doit concrétiser sa vision, sinon, le public l'abandonnera et dira : “J'en ai assez de toutes ces paroles.”  La perception commune que “le monde du Web Shinkaron ne marchera pas au Japon” est la base de cette déception que nous partageons.  Que devrait-on faire?  Il a attisé toutes ces flammes et puis a pris sa retraite mais il ose appeler le web japonais “une déception”.

Comme Mochio Umeda l'avait prévu, certains ont blâmé Hatena [NdT:  important FAI japonais, propriétaire d'une plateforme de blogs et d'un site Internet de partage d’animations et de vidéos] pour l'état actuel du web japonais, avec des réactions variables sur son désenchantement.  L'économiste Nobu Ikeda insiste sur le fait que le web ne s'est pas développé au-delà du domaine de sous-groupes culturels.

この「残念」な状況を作り出した大きな原因は、はてなである。梅田氏が「バカなコメントが多い」といったように、実名の生産的な批判より匿名の悪罵のほうが圧倒的に多いことが「上の人」を萎縮させ、日本のウェブのレベルを下げているのだ。その結果、アメリカのブログは著名人が既存メディアの枠を超えてリアルタイムで議論する場になり、大手メディアに対抗する存在になりつつあるのに、彼も嘆くように日本のブログはますます劣化している。

日本をだめにしているのは、このような日本企業の家父長的な構造と、それにチャレンジしないでストレスを飲み屋やウェブで発散するサラリーマンだ。はてなは結果的には、こうした卑怯者に「ガス抜き」のプラットフォームを提供することによって、この救いのない(梅田氏も嫌悪する)システムを延命する役割を果たしている。このアーキテクチャを個人が変えることはできないが、はてなの取締役である梅田氏には現状を改善する意思決定は可能だ。それをしないで他人事のように「残念」というのは、加害者の開き直りにしか見えない。

Un grand responsable pour cette situation décevante est Hatena.  Comme le commentaire de Monsieur Umeda “qu'il y a beaucoup de commentaires stupides,” le fait que les attaques anonymes sont plus fréquentes que la critique constructive signée de vrais noms en a fait s'en tenir à l'écart les cadres, ce qui a par la suite fait baisser la qualité du web japonais.  Par conséquent, la blogosphère américaine est devenue un lieu pour les discussions en temps réel par des cadres qui outrepassent les frontières des médias actuels.   Pendant ce temps, la blogosphère japonaise, comme il s'en plaint, continue à se détériorer.

[…]

Ce qui abaisse le Japon est la structure patriarcale des entreprises japonaises et les “salarymen” qui ne remettent pas en cause le statu quo mais soulagent leurs frustrations en ligne sur Internet ou dans les bars.   Avec le recul, Hatena a offert un lieu où ces lâches peuvent se défouler et joue le rôle d'un respirateur artificiel pour ce système nul (que M. Umeda déteste aussi).  Une personne en tant qu'individu ne peut pas changer cette architecture, mais il est possible pour Monsieur Umeda, comme dirigeant d'Hatena, de prendre des décisions pour améliorer la situation.  Résumer la situation par le mot “décevant” sans avoir fait un effort, comme si c'était le problème de quelqu'un d'autre, est la fuite d'un des responsables.

Peu de blogueurs ont essayé de comparer le web anglais au web japonais.  La journaliste Nobuyuki Hayashi [en japonais], l'exception notable, a écrit un éblouissant article sur les différences dans les champs des deux webs, leur étendue, leur compétitivité, leur rentabilité, et la diversité entre les deux sphères culturelles.
L'article  “Qu'est-ce qui se passe avec le web japonais – décevant ou fascinant?” [en anglais] a été publié par le blogueur Adamu sur son blog Mutantfrog Travelogue,  à la suite d'un échange de messages sur Twitter entre Marxy et Chris Salzberg de Global Voices.  Il y a un bon débat dans la section de commentaires, où les différences de langues ont ajouté une nouvelle dimension au débat.

Le blogueur Eiji Sakai, qui blogue en anglais, en japonais, et en vietnamien, nous demande combien de nous ont une compréhension suffisante du web anglais pour offrir des remarques constructives sur la perspective de Monsieur Umeda.  Il se demande si le complexe d'infériorité des Japonais envers les USA et la Silicon Valley a influencé leurs réactions, et se demande si elles auraient été aussi violentes si Umeda vivait à Saïgon et non pas dans la Silicon Valley.
La blogueuse Michi Kaifu pense que les réactions à l'entretien justifient un peu la colère d'Umeda.  Elle compare sa vision du web à une version virtuelle de l’École d'Athènes [en français] et donne son opinion :

サブカルにもEコマースにもどんどん使われて大歓迎だけれど、この「アテネの学堂」の世界に限って言えば、「知的エリート」だけの世界である。すぐにメシのタネになるわけでもないのに、へとへとになるほどの頭脳エネルギーを絞って、知の形成過程に参加することに甘美な楽しみを見出せるような類の人だけの世界である。それが、全然ないわけじゃないだろうけど、あまりに小さく弱いと見える。つまり、彼は日本(あるいは日本語世界)の知的エリートたちがふがいないことを攻撃している。同時に、知的エリートの世界に参加したいと潜在的に思っている人たちをつまらない嫉妬で引きずりおろそうとする「大衆の愚」に怒っている。

C'est bien que les groupes underground et le e-commerce fleurissent, ils sont bienvenus, mais le monde de “l'École d'Athènes” est limité à “l'élite intellectuelle”.  C'est pour les gens qui peuvent trouver un doux plaisir à consacrer toute leur énergie au processus de création de connaissance, même si ce n'est pas payé.  Ce monde, même s'il n'est pas totalement absent, a l'air d'être trop petit et faible.
En d'autres termes, M. Umeda critique l'élite japonaise.  En même temps, il est en colère contre “les internautes japonais lambda [qui sont] stupides” , et qui, par futile jalousie, tire vers le bas ceux qui inconsciemment aspirent à participer au monde de l'élite intellectuelle.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site