Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Costa-Rica : Les relations entre l'Eglise et l'Etat en question

 

Photo by Radio Rover and used under a CC license.     

Photo Radio Rover sous licence CC.

L'Eglise catholique est placée depuis quelques semaines dans l'oeil du cyclone par les nombreuses accusations d'actes de pédophilie commis par des prêtres à travers le monde. La question est particulièrement prégnante au Costa Rica du fait que c'est un Etat confessionnel, en ce que l'Etat reconnaît le catholicisme comme la religion officielle et a une relation de plus en plus étroite avec l'Eglise. Les blogueurs costa-ricains s'inquiètent réellement à ce sujet, et sur la Toile les opinions abondent sur les effets potentiels de cette polémique sur un pays dont les habitants sont en majorité catholiques.

Lauren Latifa écrit sur son blog Club Sodoma [en espagnol, comme tous les liens] :

Estoy sorprendida en cómo una noticia de este nivel como el de las olas de pedofilia dentro de la iglesia católica, puede llegar a pasar como algo leve y sin mayor discusión. ¿Pero los jerarcas católicos reconocen que se dan grandes errores dentro de la iglesia? Obviamente no lo reconocen, solo pretenden en muchas circunstancias silenciar estas acusaciones indemnizando a las víctimas, hasta trasladan a esos sacerdotes abusadores de iglesia en iglesia y siguen abusando de los niños, todo para no debilitar el poder “de la iglesia”.

Je n'en reviens pas qu'une information de l'importance de celle de la vague de pédophilie à l'intérieur de l'Eglise catholique, puisse passer pour insignifiante et sans discussion importante. Mais les hiérarques catholiques reconnaîtront-ils qu'il y a de grandes erreurs à l'intérieur de l'église ? A l'évidence ils ne le reconnaîtront pas, ils prétendent seulement en de nombreuses circonstances faire taire ces accusations en indemnisant les victimes, et même ils mutent ces prêtres abuseurs de paroisse en paroisse et ils continuent à abuser des enfants, tout cela pour ne pas affaiblir le pouvoir “de l'église.”

Se référant à la déception générale, l'auteur du blog “Cultura, Cultura Política y Económica” écrit :

Los abusos sexuales a menores son de los actos delictivos más abominables que un adulto puede cometer. Y si estos delitos son cometidos por religiosos, de los que se espera un plus de honestidad, la decepción y el escándalo aún son superiores a los ojos de la sociedad.

Les abus sexuels sur les mineurs comptent parmi les actes criminels les plus abominables que puisse commettre un adulte. Et si ces crimes sont commis par des religieux, dont on attend un surplus d'honnêteté, la déconvenue et le scandale sont encore plus grands aux yeux de la société.

La déconvenue s'applique aussi à l'absence de punition pour ces prêtres, comme commente le blogueur H3Dicho :

Un cura que sea sospechoso de pedofilia debe ser removido inmediatamente de su cargo mientras se le investiga, y debe ponerse a la orden de las autoridades. El problema es que la iglesia siempre ha preferido mantener “investigaciones internas”, y para no poner mal el nombre de la “iglesia” no lo hacen público, por lo que sus delitos sexuales quedan impunes.

Un curé soupçonné de pédophilie doit être immédiatement relevé de sa charge pendant qu'on enquête sur lui, et doit se mettre à la disposition des autorités. Le problème est que l'église a toujours préféré s'en tenir aux “investigations internes”, et pour ne pas mettre à mal le nom de “l'église”, ils ne le font pas publiquement, de sorte que leurs crimes sexuels restent impunis.

Cristian Cambronero, auteur du blog Fusil de Chispas écrit qu'au Costa Rica il y a toutes sortes de crimes de ce type :

En Costa Rica no solo se han presentado este tipo de abusos, hay un cura condenado a prisión y supimos de un obispo que encubrió a un sacerdote prófugo de la justicia, acusado de violación. ¿Y el Obispo? Ahí sigue, en la Conferencia Episcopal, levantando el dedo acusador cada vez que puede,enfiestándose con estafadores, y dándole instrucciones a los diputados blandengues de cómo gobernar según “la moral y las buenas costumbres”.

Au Costa Rica il n'existe pas seulement ce type d'abus, il y a un curé condamné à la prison et nous avons découvert un évêque qui a couvert un prêtre en fuite accusé de viol. Qu'en est-il de l'évêque ? Le voilà, à la conférence épiscopale,qui lève un doigt accusateur à chaque occasion, s'acoquinant avec des escrocs, et donnant des instructions aux députés timorés sur la manière de gouverner selon “la morale et les bons usages“.

En dépit de l'impopularité que traverse l'Eglise catholique dans le pays, la présidente élue Laura Chinchilla, qui sera investie le 8 mai, prend des contacts avec la hiérarchie catholique, en vue de resserrer les liens entre l'Etat et Eglise, ce qui a provoqué le mécontentement de beaucoup dans le pays. Cristian Cambronero s'en plaint également, en ces mots :

No pocos dijeron que fuimos exagerados el primer día de este mes cuando dijimos que Laura Chinchilla se estaba casando con los Obispos, tras una reunión de la surgió “una comisión” para coordinar “un mecanismo permanente de relación entre el próximo Gobierno y la Iglesia Católica”, según reseñó La Nación (…) Hoy el mismo periódico nos cuenta que los Obispos que apadrinaron a Chinchilla durante la campaña presidencial, incluso violentando la disposición constitucional, ahora impulsan un Corcordato: un acuerdo bilateral entre El Vaticano y el Estado, que otorga a la Iglesia Católica una serie de privilegios de los que no gozan otras iglesias.

Bon nombre diront que nous avons exagéré le premier jour de ce mois en disant que Laura Chinchilla se mariait avec les évêques, après une réunion d'où est sortie “une commission” pour coordonner “un mécanisme permanent de relations entre le prochain gouvernement et l'Eglise Catholique”, comme l'a rapporté La Nación (…) Aujourd'hui, ce même journal nous relate que l'évêché a parrainé Chinchilla durant la campagne présidentielle, jusqu'à violer la constitution, et maintenant ils veulent impulser un Corcordat : un accord bilatéral entre le Vatican et l'Etat, conférant à l'Eglise Catholique une série de privilèges dont ne jouissent pas les autres églises.

La sitution semble avoir fait perdre toutes ses illusions à l'auteur du blog ASOJOD, qui déclare :

En ASOJOD hemos repudiado, desde nuestros inicios, el contubernio entre la Iglesia (s) y el Estado, pues presupone una imposición sobre la libertad individual y, como en el caso de Costa Rica, otorga gollerías a una agrupación a costa de los costarricenses. Hoy día, nuestro dinero se usa para financiar a la Iglesia Católica, que mediante las Temporalidades de la Iglesia, cuenta con partidas del Presupuesto de la República bastante altas. Además, la Iglesia sigue determinando la orientación de algunas políticas públicas, específicamente las relacionadas con la educación sexual y la salud sexual-reproductiva, de forma tal que, mediante su influencia espiritual y política, pisotea la libertad de los individuos para decidir la forma en que desean vivir.

A l'ASOJOD, nous avons répudié, dès nos débuts, la connivence entre l'Eglise(s) et l'Etat, parce qu'elle implique une contrainte sur la liberté individuelle et, dans le cas du Costa Rica, elle favorise un groupe aux dépens des Costa-Ricains. Aujourd'hui, notre argent sert à financer l'Eglise Catholique, ce qui a travers les activités temporelles de l'Eglise, compte parmi les chapitres du budget de la République, déjà assez élevés. De plus, L'Eglise continue à déterminer l'orientation de certaines politiques publiques, en particulier celles qui sont en rapport avec l'éducation sexuelle et la santé sexuelle et reproductive, de telle sorte que, à travers son influence spirituelle et politique, elle foule aux pieds la liberté des individus de décider comment ils veulent vivre.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site