Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Angola : de nouvelles pièces de monnaie arrivent sur le marché

En mai dernier, la Banque Nationale d’Angola (BNA) [le lien est en anglais], a mis en circulation des pièces de monnaie d’une valeur de 5 kwanzas (monnaie angolaise). Celles-ci viennent s’ajouter aux pièces de 1, 2, 10 et 50 kwanzas (en anglais) déjà sur le marché.

1 kwanza (image empruntée au blog Aerogama)

L’auteur du blog After all I’m just a boy walking around (en portugais), explique pourquoi cette nouvelle pièce a été introduite sur le marché :

Com este objectivo pretende-se defender o consumidor, contribuindo para maior rigor nos trocos e menores perdas por parte deste. Ainda hoje ao almoço, a conta acabava em 7,50 kwanzas o que não me fez receber os 2,50 kwanzas a que tinha direito (mesmo sendo um valor residual, somado muitas vezes, dá um valor grande). Num país com extrema pobreza parece-me uma medida adequada a proteger os mais pobres.

Ils entendent ainsi protéger les consommateurs, en leur permettant de faire de la monnaie plus facilement, et du même coup, de réduire les éventuelles pertes enregistrées lors d’échanges entre consommateurs. Tenez par exemple. Pour ce déjeuner, ma facture finissait par une somme de 7,50 kwanzas, ce qui m’aurait couté 2,50 kwanzas  qui m’étaient dû (et même si cela parait insignifiant comme somme d’argent, toujours est-il qu’au bout d’un certain temps, ça en fait une grosse). Dans un pays extrêmement pauvre comme celui-ci, cela me semble être une bonne manière de protéger les plus pauvres.

L’usage des pièces de monnaie a soulevé quelques doutes au sein de la population. Selon Jornal de Angola (journal d’Angola, en portugais), « pour bon nombre de gens, ces pièces sont un obstacle, parce que plusieurs boutiquiers ne les acceptent pas ». Toutefois,  il y en a qui soutiennent la mise en circulation de ces pièces, arguant qu’elles devraient circuler autant dans le secteur formel qu’informel, à cause de la « mauvaise conservation des petites coupures de billets » actuellement en circulation.

Afonso Loureiro du blog Aerograma, écrit (en portugais) à ce propos :

Faz sentido que se cunhem moedas para substituir as notas de denominações mais baixas, que se estragam muito depressa. Por trocar de mãos muitas vezes por dia, a vida média de uma nota de 50 kwanzas deve ser de apenas alguns meses, por exemplo.

Il est utile de mettre en circulation ces nouvelles pièces pour remplacer les petites coupures de billets, qui deviennent alors très vite inutiles. Parce qu’elles passent entre de nombreuses mains chaque jour, la durée moyenne de vie d’un billet de 50 kwanzas est de quelques mois seulement, par exemple.


La question des pièces d’argent en Angola a inspiré des artistes tels que Manuel Guedes dos Santos Lima, qui dans son poème intitulé « Kwanza », ironise sur le Kwanza (le plus grand fleuve d’Angola), et la devise nationale qui porte ce même nom. L’auteur de MultiBlog, publie son poème et affirme que «  la vrai monnaie de l’Angola est le dollar ».( Photo : billets de banques de différents pays, photo sur Flickr de DanieVDM, Licence CC by – remixed).
En fait, à travers la mise en circulation de ces nouvelles pièces sur le marché, le gouvernement angolais vise à réduire l’usage du dollar, qui règne en grand maitre dans le pays. La monnaie américaine a pu s’imposer sur le marché national grâce à l’instabilité politique et militaire dont l’Angola a souffert pendant près de 30 ans, causée par une guerre opposant notamment deux grande entités politiques du pays, à savoir l’Unita et le MLPA.
Selon le journal O País [le pays, en portugais], la politique d’harmonisation des prix est en pleine réévaluation, ceci  est dû au fait que deux devises différentes cohabitent sur le marché depuis des années, et il ne sera pas facile d’imposer un nouveau rythme aux Angolais, puisqu’ils s’y sont déjà habitués. Et malgré les mises en garde de l’Institut National pour la Protection des Consommateurs (INADEC, Instituto Nacional de Defesa do Consumidor), il est naturellement très difficile de changer la donne.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site