Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bolivie : Commémoration de la mort de Tupak Katari il y a 229 ans

Le 14 novembre est une date importante dans l'histoire des pays andins car on y commémore la mort, il y a 229 ans, du chef  Tupak Katari.

Entre 1720 et 1730 se développait déjà dans la région andine un sentiment anticolonial envers la domination des autorités espagnoles.  Aux alentours de 1780, une série de révoltes éclatèrent sur les hauts plateaux des Andes, signe du mécontentement des peuples indigènes.  En 1781, Tupak Katari prit la tête d'une grande rébellion indigène et assiégea le centre de la ville de La Paz où étaient installés les Espagnols. Ce mouvement anticolonial était un affront fait au pouvoir établi, et de fait, Katari, après avoir été capturé, fut condamné à mort.

Statue de Tupak Katari sur la place de Ayo Ayo. Photo de l'auteur Cristina Quisbert

En souvenir de ce chef indigène, plusieurs commémorations se sont déroulées en différentes localités. Ainsi, le 14 novembre, une cérémonie a eu lieu sur la place de la communauté des Peñas dans la commune de Batallas à La Paz.  C'est justement en ce lieu qu'en 1781, le chef  Tupak Katari fut attaché à quatre chevaux par les bras et les jambes pour être ensuite écartelé. Dans une autre commune de la province d'Aroma à La Paz, Radio Atipiri relate sur son blog la cérémonie de dimanche :

Dans la commune de Ayo Ayo, dans l’ayllu (communauté) Sullcavi, dans la communauté Lacaya (lieu de naissance de  Julián Apaza), les habitants et les autorités autochtones ont accompli des cérémonies rituelles en remerciement de la lutte pour la liberté que soutint le chef indigène Tupak Katari.

Ils ont fait des offrandes aux quatre endroits où les Espagnols, après avoir écartelé Julián Apaza, abandonnèrent ses membres dans le village de Peñas.

Les commémorations de la commune de Ayo Ayo, qui ont commencé le 12 novembre, se sont prolongées jusqu'au 15, jour où, dès les premières heures de la matinée, les autorités autochtones et les membres des différentes communautés ont commencé à se rassembler sur la place principale. Après une minute de silence suivie d'une cérémonie rituelle, a commencé la commémoration. A la mi de la matinée, l'assistance a été appelée à se rendre à l'endroit d'où une marche devait partir.

Les chefs des communautés indigènes ouvrent la marche, photo de l'auteur Cristina Quisbert.

Radio Atipiri offre dans son blog le compte-rendu suivant des cérémonies qui se sont déroulées le lundi 15 :

Plusieurs délégations des coopératives agricoles des 20 provinces du Département de La Paz sont arrivées dans la commune de Ayo Ayo jouant de la musique et portant le costume traditionnel de chaque communauté et ayllu.

Photo de l'auteur , Cristina Quisbert

Fanfare indigène bolivienne, photo de l'auteur Cristina Quisbert

Les communautés se sont réunies sur la route La Paz-Oruro et à l'intersection vers la commune de Ayo Ayo.  Aux environs de 11 heure, la marche commémorative est partie en direction de la place centrale Tupak Katari, où s'est déroulé le défilé en souvenir de l'écartèlement et de la mort de Julián Apaza (Tupak Katari).

Le défilé des communautés. Photo de l'auteur Cristina Quisbert

Les participants sont arrivés en costume traditionnel. Par exemple, les femmes arboraient des châles couleur café, des pull-over blancs, des chapeaux noirs et des jupes plissées en flanelle rouge. Les Mallkus (les chefs autochtones) sont arrivés en  ponchos wayrurus (rouge et noir), ceints de l'écharpe-ceinture symbole de l'autorité, en chapeaux noirs et écharpes couleur café.

Il y a 229 ans, les bourreaux de Tupak Katari, après l'avoir écartelé, exhibèrent ses restes démembrés en différents lieux de La Paz à titre d'exemple pour les rebelles. Ainsi, son cœur aurait-il été emmené dans la région d'El Alto. Le journal Cambio décrit l'hommage qui y a été rendu:

La levée du drapeau qui a lieu traditionnellement chaque lundi à 7 heures du matin dans la ville d'El Alto  sous la responsabilité des autorités municipales, militaires, policières et des habitants, s'est transformée hier (le 15 novembre) en une émouvante cérémonie de commémoration du martyr Julián Apaza, plus connu sous le nom de Túpac Katari. A cette occasion, le projet de loi pour la Route Tupac Katari (las Rutas de Túpac Katari) a été présenté.

Le 19 novembre a également eu lieu un festival de musiques et de danses autochtones dans les principales rues de la ville d'El Alto et une rencontre organisée par l'Université indigène Tupak Katari est prévue pour les 26 et 27 novembre prochains.

Bien que le temps ait passé, les peuples autochtones gardent en mémoire le message que cria Tupak Katari: “Je reviendrai et nous serons des millions!”

Le défilé des femmes. Photo de l'auteur, Cristina Quisbert

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site