Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ukraine : YouTube remet de l'ordre dans la police de la route

Le 22 janvier dans la ville d’Odessa [en français] au sud de l’Ukraine, un agent de la police a été filmé [en anglais] alors qu’il parlait vertement à un automobiliste dont il avait fait arrêter le véhicule, et qu’il faisait des commentaires désobligeants sur la langue ukrainienne. La vidéo montre plus précisément l’automobiliste s’adresser à l’agent en ukrainien et l’agent lui répondre en russe qu’il “ne comprend pas [cette] langue de demeurés.”

La vidéo expose [en russe] de nombreuses fautes commises par l’agent de police, mais c’est cette remarque qui a attiré l’attention des Ukrainiens. En Ukraine, la langue officielle est l’ukrainien [en anglais], langue maternelle de 67.5% de la population, si l’on en croit le recensement de 2001. La seconde langue la plus utilisée est le russe, avec 29.6 % de la population considérant qu’il s’agit de leur langue maternelle. Bien que la principale langue parlée à Odessa soit le russe, d’après la constitution du pays, c’est l’ukrainien qui doit être utilisé en public, notamment, par les agents d’état en service [en ukrainien].

A la suite de la diffusion de cette  vidéo sur YouTube, le Ministre ukrainien de l’Intérieur a demandé [en ukrainien] à la Division de la Police de la Circulation de conduire une enquête interne. Il en est ressorti que  le sergent a enfreint au moins trois lois, dont la Constitution, dans l’exercice de son travail. Le résultat de cette enquête s’est traduit pour lui par la perte immédiate de son emploi.

Cet incident, même s’il a été largement médiatisé, n’est pas le premier d’infractions commises par des agents de la police de la circulation et dénoncées sur Internet. Ainsi en août 2010, c’est la vidéo d’un inspecteur de la police de la circulation à Haisyn insultant un automobiliste qui a circulé sur YouTube, et cette publication sur Internet s’est soldée par le licenciement de l’agent [en russe]. Un autre agent de police de la ville de Dzhankoy en Crimée a été interrogé puis licencié [en russe] après la mise en ligne d’une vidéo qui le montrait en train de harceler un automobiliste.

Les Ukrainiens ont entendu parler d’une initiative civique appelée  “Contrôle de la Route ». D’après le site internet [en russe] de ce projet, le principal conseil qu’il prodigue aux automobilistes est de connaître leurs droits et de filmer ouvertement leur échanges avec les agents de police. Ainsi “Contrôle de la Route” assure [en russe] que c’est l’un de ses militants qui a filmé le sergent cité plus haut.

A la suite de ces incidents récents, le Ministre ukrainien de l’Intérieur a ordonné [en ukrainien] la mise en place de stages supplémentaires de sensibilisation à la loi pour ses inspecteurs de la police de la circulation, tout en soulignant le caractère inacceptable des tournures de langage désobligeantes ou de discriminations, quelles qu'elles soient, des agents envers des citoyens. De plus, dans une interview de décembre 2010 à la chaîne de télévision “1+1″ un représentant de la Division de Police de la Circulation de Kiev a admis que l’usage des caméras permettait à la fois aux conducteurs et aux agents de police “d’éviter des situations ambiguës” [en ukrainien].

Le nombre d’agents qui sortent de leurs prérogatives continuant de croître, de plus en plus d’automobilistes ukrainiens installent maintenant des caméras à l’intérieur de leur véhicule [en ukrainien].

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site