Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Portugal : Réflexions sur l'Egypte

O Egipto está mergulhado no caos há seis dias. Porém, as manchetes dos jornais portugueses ignoram o melindre da situação.

L'Egypte est plongée dans le chaos depuis six jours.Toutefois, les gros titres des journaux portugais ignorent la sensibilité de la situation.

C'est ce que dit  Eduardo Pitta dans son blog Da Literatura. Dans le même temps, la blogosphère portugaise, surprise par la vague de révolution en Tunisie et en Egypte ces dernières semaines, a suivi attentivement les événements et a comblé le manque de discussion dans les médias traditionnels, l'associant aux problèmes de son pays. Dans cet article, nous avons sélectionné certaines des réflexions relayées par des citoyens portugais sur le scénario de changement selon une perspective locale, nationale, internationale et comparative.

Le jour de la célébration du 120ème anniversaire de la première révolte républicaine au Portugal  – l’ “insurrection civique” du 31 janvier 1891, qui marqua la première étape visible d'un long mouvement pour renverser la Monarchie, lequel ne devait aboutir qu'en 19100 – Francisco Seixas da Costa parle d'Histoire dans son blog Duas ou Três. Le lien avec la situation actuelle en Egypte est facile à saisir, après avoir lu son article intitulé  “O ocidente e a ‘rua árabe’” (“L'occident et la “rue arabe” ‘”):

Ora a História ensinou-nos – ensinou-nos? – que todos os formatos institucionais que não sejam regularmente legitimados de forma democrática têm, a prazo, uma necessária fragilidade. (…)
Se a vida internacional não fosse uma coisa muito séria, quase poderíamos dizer que se torna hoje irónico ver o mundo ocidental a fazer figura de “barata tonta” face ao terramoto que abala o mundo islâmico: tanto se sente tentado a prolongar (sem o assumir abertamente) uma “realpolitik” que acaba por ser cúmplice de certas situações que (apenas retrospetivamente) acha intoleráveis, como aparece excitado (mas, lá no fundo, receoso com o que dai pode resultar, poque não dispõe de influência para condicionar o rumo das coisas) perante o aflorar desorganizado da vontade popular em certos Estados.

L'Histoire nous a enseigné -vraiment ?- que tous les formats institutionnels qui ne sont pas démocratiquement légitimés de manière régulière ont une date de péremption, une inévitable fragilité. (…)

Si la vie internationale n'était pas chose aussi sérieuse, nous pourrions presque dire qu'aujourd'hui il s'avère ironique de voir le monde occidental jouer le rôle du “canard sans tête” face au tremblement de terre qui est en train de secouer le monde islamique. Autant le monde occidental se sent tenté de prolonger (sans l'admettre ouvertement) une  “realpolitik” qui finit par être complice de certaines situations qu'il trouve intolérables (du moins avec le recul), il semble aussi excité face à l'éclosion désorganisée de la volonté populaire dans certains Etats (mais, en son for intérieur, il a peur de ce qui pourrait en surgir car il n'a pas le pouvoir d'aiguiller les choses).

No blog Cantigas do Maio, Aurelio Malva partilha uma imagem alusiva à Revolução dos Cravos, que depôs o regime ditatorial em Portugal - Estado Novo - vigente desde 1933 até ao 25 de Abril de 1974. Imagem editada por Miguel Fontes

Sur le blog de Cantigas do Maio, Aurelio Malva publie une image faisant allusion à la Révolution des oeillets du Portugal, qui déposa en 1974 la dictature fasciste au pouvoir depuis 1933. Le 25 avril 1974, les canons des fusils furent décorés avec la fleur rouge. Image réalisée par Miguel Fontes

Les blogueurs révolutionnaires partagent les mêmes idées mais extrapolent à la crise sociale et économique au Portugal lequel connaît un taux de chômage élevé – 11% – et une méfiance généralisée envers le système politique. Le 23 janvier, ont eu lieu au Portugal les élections présidentielles qui ont recueilli le plus haut niveau d'abstention connu jusqu'alors avec plus de  53,37% de non-votants. Une récente étude [Pt] a montré que 58% des Portugais considèrent leur qualité de vie pire que celle d'il y a 25 ans lorsque le pays entra dans la Communauté économique européenne. C'est peut-être pour cette raison qu'Elixir, dans le blog A Especiaria, pense que ce serait surprenant si:

a seguir às notícias que nos chegam do Egipto, as televisões [viessem] a abrir os seus telejornais com uma notícia do género: Registaram-se hoje, em Lisboa, graves incidentes entre a polícia e manifestantes da UNIÃO DOS DESEMPREGADOS PORTUGUESES. Os desempregados, sem receber subsídio há longos meses, pilharam lojas de produtos alimentares, supermercados e Bancos.

suite aux nouvelles qui nous viennent d'Egypte, la télévision ouvrait ses journaux du soir avec ce type d'histoire : Aujourd'hui à Lisbonne, de graves incidents entre la police et des manifestants de l'Union des chômeurs portugais ont été rapportés. Les chômeurs, n'ayant pas reçu leurs allocations chômage depuis des mois, ont pillé des magasins alimentaires, des supermarchés et des banques.

Dans un article intitulé  “Semelhanças situacionais: Egipto, Tunísia, Portugal (“Situations similaires:  Egypte, Tunisie, Portugal”), P.A.S. du blog Causa Vossa [Your Cause], dresse aussi un parallèle entre les pays, l'illustrant d'un récent article [Pt] sur le manque d'ouvertures d'opportunités de travail dans les marchés publics :

Quando os regimes do nepotismo se tornam reféns de alguns, frutos amargos de corrupção e arrogância, os povos têm o direito e o dever à manifestação do seu descontentamento.
Quando os regimes de aparência democrática se tornam reféns da corrupção e de grupelhos  ARROGANTES, também só na aparência democráticos, não terão os povos também aqui o  direito e o dever à manifestação do seu descontentamento.
«90% dos contratos públicos foram feitos por ajuste directo»
Que diferença, então, entre o Egipto, a Tunísia e Portugal?

Lorsque les régimes de népotisme sont pris en otage par quelques-uns, fruit amer de la corruption et de l'arrogance, les gens ont le droit et le devoir de manifester leur mécontentement.

Lorsque les régimes apparemment démocratiques sont pris en otage par la corruption et des cliques arrogantes, elles aussi démocratiques seulement en apparence, les gens ici n'auront-ils ni le droit ni le devoir de manifester leur mécontentement.

“90% des contrats publics ont été passés de gré à gré”

Quellle est la différence entre l'Egypte, la Tunisie, et le Portugal?

Dans une perspective plus internationale, Santiago Macias, du blog Avenida da Saluquia, considère [Pt] que le coeur du débat est différent:

Os filhos de Mubarak partiram para Londres. E a preocupação do Ocidente é saber se o Egipto resiste ou não à deriva islamita.

Les fils de Moubarak sont partis pour Londres. Et la préoccupation de l'Occident est de savoir si l'Egypte peut résister au courant islamique.

RAM, du blog Frágil corrobore cette opinion et demande [Pt]:

qual o sentido da revolução em curso?
Conduzirá ela a uma democracia formal num país árabe cuja importância está longe de ser despicienda ou, pelo contrário, abrirá alas à radicalização islâmica do regime?
É bom lembrar a recente subida ao poder de Hassan Nasrallah no Líbano e o regresso à Tunísia do líder do partido islamita Nahda, Rachid Ghannouchi.

Où va la révolution en cours? Mènera-t-elle à une démocratie officielle dans un pays arabe dont l'importance est loin d'être négligeable, ou au contraire se déploiera-t-elle en une radicalisation islamique du régime?

Il convient de rappeler la récente ascension au pouvoir de Hassan Nasrallah au Liban et le retour en Tunisie du chef du parti islamiste,  Rachid Ghannouchi.

D'un autre côté, de nombreux blogueurs se distancient de ces questions qui divisent ”l'Orient” et “l'Occident” tout autant que de la vision “nombriliste” qui aimerait voir une autre révolution au Portugal. Profitant de ce moment historique en Egypte pour faire l'éloge de la richesse de sa culture, Kitris, dans le blog Contra Ordem [Contre Ordre], dit que l’ Egypte est une “patrie commune ” [Pt]:

Pátria comum do Espírito e de todas as ciências, pedra angular de todas as construções imperiais do Mediterrâneo, terra amada de Deus que nela fez conhecer a sua grandeza e a suavidade da sua presença, ali prefigurando as grandes religiões do livro. Terra escolhida para a fundação do monaquismo, lugar de vitória sobre todos os diabos, o Egipto é terra tão nossa – que ali aprendemos a pensar, a viver e a construir – como de qualquer outro povo que ali tenha vivido até hoje.

La patrie commune de la spiritualité et de toutes les sciences, la pierre angulaire de toutes les constructions d'empires en Méditerranée, la terre aimée de Dieu qui y a fait connaître sa grandeur et la douceur de sa présence, préfigurant là les grandes religions du Livre. Terre choisie pour la fondation du monachisme, lieu de victoire sur tous les démons, l'Egypte est une terre qui est autant “la nôtre”  – terre où nous avons appris à penser, à vivre et à construire – que celle de tout autre peuple qui y a vécu jusqu'à présent.

Ana Paula Fitas, du blog A Nossa Candeia, parle de la chaîne humaine qui a été formée pour “protéger et défendre l'inégalé et précieux Musée du Caire  où l'histoire des civilisations mésopotamienne, méditerranéenne et égyptienne conserve bien mieux une grande partie du meilleur de l'Humanité que l'Humanité ne préserve la mémoire de ces temps”, et lance cet appel final :

Que o Egipto solte amarras rumo a uma democracia possível, desejável e justa para todos, capaz de viabilizar um Mediterrâneo de Paz e de Cidadania, é o que todos desejamos… para que a Revolução do Jasmim se cumpra – como o símbolo a que recorreu, colocando flores na ponta das espingardas… Não deixem perverter a Revolução! Viva a Luta pela Democracia no Magrebe!

Que l'Egypte se libère de ses chaînes et prenne le chemin d'une  démocratie possible, souhaitable et juste pour tous, capable de permettre une Méditerranée de la Paix et de la Citoyenneté, c'est tout ce que nous désirons… afin que la Révolution de jasmin  se réalise – et comme son nom le symbolise, avec des fleurs à la pointe des fusils… Ne les laissez pas pervertir la Révolution! Longue vie au combat pour la Démocratie au  Maghreb !

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site