Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Malaisie : Des camps militaires pour “aider” les garçons efféminés

[liens en anglais] A cause de leur caractère efféminé, 66 élèves de l'Etat de Terengganu en Malaisie ont été envoyés dans un camp militaire afin de “les aider à se comporter correctement”.

Le New Straits Times écrit:

Le stage de quatre jours au camp de Besut, le tout premier à y être organisé, a débuté hier. Son but est de remédier aux problèmes touchant les élèves du secondaire.

“Ils ont été répertoriés par leurs écoles qui ont dû, l'année dernière, identifier les étudiants qui affichaient un caractère efféminé,” a déclaré le chef de département Razali Daud.

Il a également annoncé que cette démarche corrective était motivée par le nombre croissant d'élèves efféminés au sein de l'Etat.

“La gravité des symptômes varie, mais ces 66 élèves faisaient preuve d'un comportement inhabituel pour un homme normal de leur âge.”

Dans un autre article publié par The Star, la Ministre de la femme, de la famille et du développement communautaire, Shahrizat Abdul Jalil, a affirmé que les camps militaires devraient être abolis.

“C'est un claire violation de la loi sur les droits de l'enfant”, dit-elle, ajoutant que selon cette loi, chaque enfant a droit à la protection et à l'assistance en toutes circonstances, indépendamment de toute considération sur la race, la langue ou le handicap physique, mental ou émotionnel.

La blogosphère malaisienne est divisée sur la question. Whimsical Lair écrit:

Je pense vraiment que l'on devrait distinguer clairement moralité / légalité / politique / religion. Alors que les gouvernements de chaque nation ont le devoir de maintenir l'ordre (d'où la difficulté de différencier la loi et la politique), ont-ils réellement le droit de dicter de telles normes sociales et morales ? Bien que juguler la liberté d'expression (dans les paroles ou les actes) afin de maintenir la paix puisse dans une certaine mesure être considéré comme un mal nécessaire, le gouvernement de Terengganu pense-t-il réellement avoir le droit de me dicter ma façon de marcher, manger, penser, aimer, etc. ?

Certains Malaisiens sont encore homophobes. Ugly Malaysiana explique:

En fait, je me fiche de savoir si untel devient gay ou non, ça n'a pas d'importance, vraiment, j'aurai plus de nanas pour moi j'imagine, mais ça m'inquiète quand même, imaginez que tous les êtres humains deviennent gays ? Où irait le monde ? Comment pourrait-on se reproduire ? Des bébés-éprouvette ? Mouais … Oui je suis homophobe, hé vous les gars qui ne croyez pas en Dieu, parce que c'est le cas, les gays sont dégoûtants, point final.

Sur Twitter, @motivationMY a demandé à ses abonnés ce qu'ils pensaient du camp, voici quelques unes de leurs réponses :

@niennessa: Ils vont se sentir encore plus rejetés. Croyez-moi, une idée si stupide ne sera bénéfique à personne.

@weejunt: Les stigmatiser de la sorte va certainement les désorienter et les rendre réfractaires à l'autorité.

@fabiannarcis: Ils ont besoin d'amis et de gens qui les comprennent, pas d'aide mec.

@sherylhosulynn: Je trouve que c'est ridicule, et même une forme d'oppression de l'expression individuelle !

Face aux nombreuses critiques reçues de toutes parts, le directeur du programme du camp militaire, Razali Daud a récemment déclaré à la presse :

[…] le programme avait pour but de booster la confiance en soi des élèves indolents durant les activités scolaires et sportives, mais on l'a mal interprété en en faisant un camp militaire destiné aux garçons efféminés.”

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site