Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Syrie : Interrogations sur la véritable identité de la blogueuse arrêtée

Ce billet fait partie du dossier spécial de Global Voices sur le soulèvement en Syrie 2011.

Depuis qu'on a appris qu'une blogueuse syrienne du nom d'Amina Arraf, connue sous le pseudonyme “Gay Girl in Damascus” avait été appréhendée par les autorités lundi 6 juin 2011, de sérieux doutes se sont fait jour que la blogueuse pourrait ne pas être celle qu'elle prétend.

Mercredi, une jeune femme croate habitant Londres et du nom de Jelena Lecic a déclaré à la télévision BBC que les photos d’ “Amina” parues dans la plupart des grands médias (et aussi sur Global Voices) étaient en fait les siennes, volées de son compte Facebook privé. Maintenant que les journalistes et blogueurs analysent les nombreuses entrées en ligne “d'Amina” la confusion ne fait que grandir (liens en anglais).

Jelena Lecic s'exprimant à la BBC (capture d'écran de l'entretien)

Une des versions controversées est celle de la compagne d'Amina, Sandra Bagaria, qui a été l'une des premières personnes à qui les médias ont cherché à parler. Il s'est vite avéré que Sandra, comme beaucoup d'autres, n'avait communiqué qu'en ligne avec Amina. Quand les soupçons s'élevèrent que Sandra pourrait avoir inventé l'affaire, elle s'exprima devant la Radio Publique Nationale aux Etats-Unis, pour démonter les rumeurs.

Elizabeth Tsurkov, étudiante à Jérusalem (@Elizrael), qui était en contact avec Amina avant la supposée arrestation, et a depuis parlé à Sandra, a tweeté :

@Elizrael: Contrairement à ce que des organes de média ont laissé entendre, l'amie en ligne d'#Amina n'avait aucune connaissance de cette tromperie. Elle est plus bouleversée que quiconque.

On s'interroge aussi pourquoi quelqu'un voudrait inventer une arrestation bidon de blogueur/blogueuse de Syrie, alors que les arrestations de ceux qui s'expriment ne sont pas exceptionnelles dans le pays (pour plus d'information, voir la page Syrie de Threatened Voices). Le fait que l'identité en ligne d'Amina existe au mois depuis 2007 sur diverses plate-formes, dont des sites de rencontre et MySpace, n'a fait qu'intriguer davantage les blogueurs.

Le stratège des médias sociaux de NPR Andy Carvin a tweeté :

@acarvin: Je n'imagine pas quelqu'un créer il y a des années un personnage en ligne dormant, attendant des troubles pour se mettre juste à bloguer dessus. Il y a du vrai quelque part.

La blogueuse américaine Liz Henry, qui a fait des recherches approfondies sur le phénomène des “faux-nez” (sur Internet) et a conduit par le passé des discussions avec des blogueurs fictifs révélés, écrit sur son blog :

Dans cette affaire, comment pourrais-je me prononcer à distance ? J'espère que vous voyez pourquoi mon sixième sens s'est éteint pour Amina. Ce n'est pas parce qu'elle écrit très bien avec un sens du drame et de la rhétorique, ou à cause de son orientation sexuelle ou de son activisme que je ne la crois pas. Par exemple, je ne doute pas une seconde de l'existence de Riverbend, qui a blogué si éloquemment depuis Bagdad puis a fui en Syrie avec sa famille. Mais je commence à vouloir vraiment, vraiment des sources dignes de confiance et sérieuses pour Amina. Comment une activiste dont la vie est en danger peut-elle apporter cette crédibilité? Question très difficile.

Pendant ce temps, une vaste inquiétude traverse la blogosphère et la Twittersphère que cette discussion générale sur l'identité d'Amina masque le fait que des milliers de Syriens ont été arrêtés depuis février pour avoir manifesté dans le pays.

La députée européenne Marietje Schaake a tweeté :

@MarietjeD66: Et n'oublions pas les milliers de personnes qu'on arrête, tue et réprime sans qu'on en parle du tout #amina

Ce billet fait partie du dossier spécial de Global Voices sur le soulèvement en Syrie 2011.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site