Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Soudan : L'activiste soudanais, Alim Boushi, enfin libéré

[Liens en anglais sauf mention contraire] L'arrestation de l'activiste politique soudanais et ingénieur Mohamed Hassan Alim, surnommé Boushi a été commentée par de nombreux blogueurs et leurs lecteurs car elle illustre le climat de répression que connaît actuellement le Soudan. Alim a été libéré ce mercredi 17 janvier 2012, après avoir passé 24 jours en prison. Il avait été arrêté après avoir critiqué publiquement et durement Nafie Ali Nafie, un haut responsable politique soudanais, l'accusant de corruption.

Avant sa libération, une blogueuse soudanaise – Mimz - a publié un billet passionnant dans lequel elle exprimait sa colère et expliquait ce qui s'était passé avec Alim.

Pendant les deux dernières années, le gouvernement soudanais a arrêté illégalement de nombreux militants politiques, des membres des partis de l'opposition, des révolutionnaires anti-NCP (Parti du Congrès national), des étudiants et des journalistes qui se sont levés contre l'injustice. Ce qui arrive à ces détenus dans les prisons de sûreté nationale ou les “maisons hantées” est incompréhensible et ne peut être compris par une personne d'esprit.

… A la mi-décembre, Alim a pris la parole à l'université de Khartoum et a courageusement parlé des crimes de Nafie Ali Nafie contre le peuple Soudanais. Il a parlé en ton nom, en mon nom ainsi qu'au nom de millions de citoyens soudanais qui luttent chaque jour pour ramener un morceau de pain à la maison, trouver un emploi et vivre cette vie digne que tous méritent. Il a été le porte-parole des frustrations que tous nous ressentons à cause de notre gouvernement actuel, et a accusé Nafie et ses hommes de corruption.

Pendant trois minutes majestueuses, Alim a été la voix de tous les Soudanais persécutés, qui pendant toute leur vie ont enduré le joug du gouvernement tandis que les membres de ce dernier ainsi que leur famille bénéficiaient de toutes sortes de privilèges tels que de l'argent, des emplois ou autres avantages gagnés avec le sang et la sueur du Soudanais lambda, comme si ce dernier leur appartenait.

Quelques jours après son discours, publié et téléchargé sur Youtube, Alim a été arrêté chez lui. Cette vidéo a été vue plus de 240 000 fois. Amnesty International a pris note des événements et a publié un communiqué sur l'arrestation d'Alim.

Le 26 décembre 2011, Mohamed Hassan Alim a été arrêté chez lui à Khartoum par sept hommes habillés en civil, et qui seraient apparemment des agents du NISS (le Service national de la sûreté et du renseignement). Ces hommes l'ont battu sur le porche de sa maison devant sa mère, puis l'ont mis dans une voiture. Depuis son arrestation, il est tenu au secret dans un endroit inconnu. Il encourt de graves risques de torture ainsi ou de mauvais traitements.

Des blogueurs soudanais et leurs  se sont inquiétés du sort d'Alim. Mimz se sentait particulièrement concernée et fulminait contre l'arrestation d'Alim :

Nous demandons la libération d'Alim, son sang ne se répand pas uniquement sur les mains de Nafie, mais aussi sur les nôtres si nous n'exigeons pas sa protection et sa libération immédiate.

Dans un monde où le courage noble meurt et la lâcheté prospère telle une maladie virale, Alim se détache du lot et apparaît comme le Bouazizi du Soudan.

Alim a accusé Nafie de corruption et de favoritisme… mérite-t-il d'être enlevé et cela justifie-t-il la souffrance de sa mère qui n'a aucune nouvelle, qu'ont-ils fait de lui et quand sera-t-il relâché ?

Zol Sudani partage aussi son opinion sur le sujet dans un blog en arabe, dont voici un extrait traduit :

بوشي كشفنا كلنا، كشف السودانيين فرد فرد، كشفنا أمام أنفسنا.. .. كشف نافع علي نافع و أصحابه مدعي التدين، فأثبت أنهم أضعف من أن يردوا الحجة بالحجة.. كشف الأمن الوطني، فهم ليسوا جهاز لحفظ أمن البلاد و المواطنين كما أقسموا أمام الله و الشعب، فأثبت أنهم موجودون لحفظ النظام ولو على حساب مواطن أعزل

Boushi nous a tous mis à jour. Il a dévoilé les Soudanais, un par un. Il nous a dévoilé à nous-même. Il a vu au travers de Nafie Ali Nafie, et de ses comparses qui se proclament religieux. Il a prouvé que nous étions faibles et incapables de répondre à un discours par un autre discours. Il a exposé les pratiques des services de sécurité en démontrant qu'elle ne se consacre pas à la protection du pays et de ses citoyens alors qu'elle en a fait le serment. Il a prouvé qu'elle est juste là pour protéger le régime, même au prix de l'attaque d'un faible citoyen faible et désarmé.

Des Soudanais, comme @daloya, ont publié sur Twitter des commentaires accompagnés du hastag #FreeAlim demandant où se trouvait ce dernier :

@daloya: La mère de Boushi dit “On m'avait promis que je verrais Boshi deux semaines après son arrestation, et je ne l'ai toujours pas vu” #FreeBoshi #FreeAlim #Sudan

Alim en personne a commenté sa libération auprès de l'agence de presse Bloomberg News : “Je n'avais aucune idée de si j'allais mourir, passer ma vie en prison, ou si j'allais pouvoir revoir ma famille.”

Le 1er janvier 2012, les Soudanais ont célébré le 56ème anniversaire de leur Indépendance. Mais certains blogueurs, tels que D3a Bin Kar, se demandent cependant ce qu'a tiré le pays dernièrement de son indépendance :

On pensait que grâce à l'indépendance, on gagnerait en liberté, égalité, respect des droits de l'homme et qu'on aurait une chance de réaliser tous ces rêves qu'avaient nos ancêtres pour notre cher Soudan.

Depuis 56 ans, le Soudan a connu une guerre civile, un bouleversement politique, une sécheresse, une famine et récemment une sécession.

Des millions d'individus sont morts inutilement, des millions ont été déplacés, des millions se sont couchés le ventre vide chaque nuit. Ce ne sont pas seulement des chiffres, ce sont les millions de personnes qui ne doivent pas avoir vécu ces situations inutilement.

Tout cela aurait pû être évité.

D3a Bin Kar continue son billet avec une liste d'événements clés survenus au Soudan pendant l'année 2011, et termine par une note un peu plus optimiste.

Peut-être que 2012 sera l'année de notre véritable indépendance.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site