Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bangladesh : Le meurtre d’un couple de journalistes reste à élucider

[Sauf indication, tous les liens de ce billet sont en bengali] Récemment, un meurtre brutal a ému tout le pays et continue à faire beaucoup de bruit. Le 11 février 2012, les journalistes Sagar Sarwar et sa femme Meherun Runi [anglais] ont été assassinés dans leur propre appartement à Dhaka, la capitale bangladaise. Leur fils âgé de cinq ans, Megh, les a retrouvés morts à son réveil ; il a par la suite déclaré qu’il avait déjà vu les assassins [anglais]. Sarwar était rédacteur des actualités et Meherun Runi rédactrice en chef de la chaine télévisée ATN Bangla. Au cours des seize dernières années, dix-sept journalistes ont été assassinés et la plupart des cas sont toujours irrésolus.

Bientôt un mois a passé, sans que la police ait réussi à arrêter les coupables. En attendant, ce retard a bien alimenté le moulin à rumeurs ; les familles des journalistes mais aussi la société civile ont condamné ce piétinement. Des manifestations, des chaines humaines et des rassemblements ont été organisés un peu partout dans le pays pour demander l’arrestation et la comparution devant la justice des criminels.

La famille Sarwar. Image de Siam Sawrar Jamil. Droits d’auteur Demotix (12/02/2012)

La famille Sarwar.Image de Siam Sawrar Jamil. Droits d’auteur Demotix (12/02/2012)

La raison de ce meurtre n’a toujours pas été élucidée. La police a indiqué aux média que l’enquête préliminaire a révélé que les assassins étaient connus de la famille et que le crime était prémédité.

Le blogueur Orpheus adhère à l’idée de préméditation du meurtre sur le blog Sachalayatan :

J’ai lu les informations, suivi quelques liens. Dans toutes mes recherches, il est clairement expliqué que les meurtriers sont entrés dans la maison par quelque moyen et qu’ils avaient déjà planifié leurs actes.  La méthode de la cuisinière cassée est un leurre utilisé fréquemment par les assassins dans le but de maquiller le motif. Le fait de tuer deux adultes sans faire de bruits susceptibles de réveiller l’enfant demande une préparation minutieuse. Cela n’aurait pas été possible si les tueurs étaient de parfaits inconnus.[…]

Le blogueur Naishad suggère que la police devrait vérifier les appels téléphoniques du couple pour y déceler des indices :

Ils devraient relever tous les numéros de leur liste d’appel et vérifier si ces numéros étaient actifs la nuit du meurtre et surtout s’ils étaient utilisés sous la même station de base émettrice-réceptrice que le domicile des journalistes. Ils pourraient trouver d’importants indices.

Le lendemain du crime, le Ministre de l’intérieur Sahara Khatun a déclaré que les coupables seraient arrêtés dans les 48 heures. Mais ces derniers courent toujours. Ashikweblog doute que les assassins se fassent prendre dans les 48 jours :

Je regrette sincèrement de dire que les 48 heures promises sont depuis bien longtemps révolues. Mais si les 48 heures s’étendent à 48 jours, nous devons patiemment attendre.

La colère des citoyens suite à ce meurtre a été alimentée par une remarque faite par la Première Ministre Sheikh Hasina. Lors d’une table ronde, elle a dit que « le gouvernement ne pouvait pas monter la garde devant chaque chambre à coucher ». Mortuza Khaled Milton réagit à ces propos :

On ne peut accepter ce genre de rhétorique. Je rends responsable le gouvernement de ce qui se passe dans le pays. Et si aucun gouvernement ne peut assumer cette responsabilité alors nous nous retrouvons face à un échec ou à une incompétence.

Jahangir Alam Akash exprime une opinion similaire :

La sécurité n’est pas seulement une idée pour le Bangabhaban (le palais présidentiel) ou le Ganabhaban (la résidence du Premier Ministre). Le gouvernement devrait en outre prendre la responsabilité de sécuriser chaque édifice de l’État.

L'incapacité à arrêter les meurtriers a entrainé la diffusion d’une note porteuse d’une rumeur sur Facebook. Beaucoup croient en la véracité de cette note. D’un autre côté, nombreux sont ceux qui pensent qu’il s’agit d’une manipulation. Un blogueur considère que « l’échec du gouvernement à respecter le délai de 48 heures nourrit la rumeur ».

Tambira suggère que l’on devrait appeler des enquêteurs étrangers afin de mettre fin à ce fiasco et arrêter enfin les criminels :

Nous avons déjà demandé de l’aide à des étrangers dans le passé. Nous le ferons également dans le futur. Alors pourquoi pas maintenant ?

Journalists and civil society are protesting this brutal killing all over the country.।

Partout dans le pays, journalistes et citoyens protestent contre ce meurtre brutal. Image de Siam Sarwar Jamil. Droits d’auteur Demotix (12/02/2012)

Certains se disent préoccupés par les excès des chaînes télévisées privées. Par exemple, le lendemain du meurtre des journalistes, ils n’ont pas cessé de questionner le fils du couple assassiné. Tous les journaux publient des articles sur cette affaire quotidiennement. La Cour suprême a donné un ultimatum de 24 heures au Secrétaire de l’information pour arrêter cette vague d’articles sans fondements. Cependant de nombreux journalistes ont protesté contre cette initiative la qualifiant de censure [anglais]. Farzana99 commente sur Somewherinblog.net :

Le côté positif de cette histoire, votre Honneur, est qu’il n’est pas facile de taire les journalistes et les média. […] Les gens manifestent. Vous ne pouvez ignorer leurs voix.

Une chaîne humaine a été organisée grâce à une campagne Facebook [anglais] devant les bureaux des Nations Unies à Bonn, en Allemagne, afin de porter cette affaire au niveau international.

Fakir Ilyas pense que le meurtre de Sagar-Runi peut affecter les prochaines élections :

Il est triste de constater que malgré leurs efforts combinés, les agences de renseignements ne puissent résoudre le meurtre de Sagar et Runi. Le gouvernement doit trouver la réponse. Sinon, le peuple les jugera lors des prochaines élections. Le Parti au pouvoir ne voudrait pas voir leurs taux de popularité chuter.

Nijhoom Majumbar est préoccupé par cette histoire et pour la sécurité du peuple. Dans une page Facebook intitulée « Nous voulons que justice soit faite pour Sagar et Runi », il commente :

J’exigerai la justice dans ce meurtre de toutes mes forces. Je souffre vivement pour Megh [le fils de Sagar et Runi]. Mon fils pourrait se retrouver à sa place, Runi aurait pu être ma femme, et moi, assassiné comme Sagar !!! Où allons-nous ? Où cela s’arrêtera-t-il ? Vers qui devrons-nous nous tourner ? Est-ce ce que nous désirons pour le Bangladesh, une vallée des morts ????

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site