Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Equateur : Adieux à Georges le Solitaire, tortue de 150 ans

En Equateur, « Georges le Solitaire », des Iles Galápagos, était la dernière tortue géante de son espèce. Il a été retrouvé mort dans la matinée du dimanche 24 juin 2012, dans le centre d'élevage de tortues géantes de Puerto Ayora, sur l'île de Santa Cruz.

Georges était le dernier représentant de l'espèce des Chelonoidis abingdonii. Agé d'environ 150 ans, il est mort de causes naturelles. Selon l'autopsie, la tortue emblématique souffrait de problèmes d'organes internes en raison de son âge avancé.

Plusieurs tentatives ont été réalisées pour conserver l'espèce, étant donné qu'il en était le dernier représentant. Mais comme l'explique Vicente Tagle León (‏@vichetagle), elles ont toutes échoué :

‏@vichetagle : Il ya eu beaucoup de tentatives pour assurer la reproduction de #solitariogeorge‬, mais ça n'a jamais marché. Les îles Galapagos et le monde entier ont perdu un symbole!

Depuis que les sources officielles du Parc national des îles Galapagos [ES] ont annoncé la nouvelle, les commentaires, adieux et allusions en hommage à Georges se sont multipliés sur les réseaux sociaux Twitter et Facebook.

Georges Le Solitaire, Wikimedia Commons, sous licence Creative Commons (CC BY-SA 2.0)

Marco Chile, originaire des Iles Galápagos, a publié un éditorial [ES] en hommage à Georges sur Facebook. Il écrit notamment :

Nous sommes plus d'un dans les îles Galapagos et à travers le monde à avoir été très touchés en apprenant la mort de Georges. En particulier ceux qui ont grandi près de cette tortue devenue un symbole de lutte  pour la survie d'une espèce, condamnée à l'extinction en raison de l'action d'autres espèces envahissantes et de l'irresponsabilité et la méconnaissance des premiers colons.

Sur Twitter, l'étiquette #SolitarioGeorge s'est rapidement convertie en Tendance en Equateur :

La Voz del Tomebamba (‏@tomebamba), une radio équatorienne, rapporte :

@tomebamba: La mort de ‪#SolitarioGeorge‬ a ému l’‪#ecuador‬. 70 tweets par seconde. pic.twitter.com/FlbyQNJ6 /via @gustavomerino

Andrés Ponce G. (@AndresPonce28) rappelle que Georges apparaissait sur un des billets de l'ancien monnaie équatorienne :

@AndresPonce28: J'avais oublié que Georges le Solitaire apparaissait sur les billets de 5 000 sucres [la monnaie équatorienne] yfrog.com/kg4lzunj

Carla Villamarin (‏@carlitavu) écrit quant à elle :

@carlitavu: Le pays est en deuil :( ‪#SolitarioGeorge‬ RIP♥ dans nos coeurs pour toujours

Le 7 juillet, le journaliste Andrés L Morales A. (@AndYMoralesA) a publié une photo d'une marche en souvenir de Georges le Solitaire :

@AndYMoralesA: Marche en souvenir de ‪#solitariogeorge‬ dans les rues de Pto Ayora ‪#galapagos‬ http://twitpic.com/a54g7j

La direction du Parc national des Iles Galapagos a décidé de rendre hommage à Georges le Solitaire en faisant construire un centre d'interprétation [ES] qui portera son nom. Le Parc a également lancé une campagne afin de permettre à ceux qui l'ont connu de partager des photos de Georges. Ces photos ont donné lieu à une exposition [ES] le 8 juillet.

De même, le 5 juillet dernier le Ministère coordinateur du patrimoine a lancé la procédure afin que Georges le Solitaire fasse partie du patrimoine culturel de l'Equateur.[ES] 

La mort de Georges réduit à 10 le nombre de tortues terrestres dans les Iles Galapagos. C'est une espèce en voie d'extinction, et la disparition de Georges nous rappelle qu'il est urgent d'unir nos forces afin de la préserver.[ES] 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site