Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Au Nicaragua, la loi contre les violences faites aux femmes a besoin de soutien

Tous les liens de cet article renvoient vers des pages en espagnol.

Une campagne intitulée “Yo apoyo la ley 779″ [“je soutiens la loi 779″] a été lancée sur les réseaux sociaux pour exiger le respect d'une loi qui protège l'intégrité physique, psychologique et morale des femmes. Pour participer à cette campagne, les internautes sont invités à écrire une phrase de soutien, se prendre en photo avec cette phrase et la télécharger avec le tag #yoapoyolaley779.

La loi 779, ou Loi générale contre les violences faites aux femmes, a été adoptée au Nicaragua le 26 janvier 2012, pour entrer en vigueur en juin de la même année.

Cette loi interdit notamment la médiation entre victimes et agresseurs, indépendamment du type d'agression. À cause de cet aspect de la loi, depuis mars de cette année, des dirigeants religieux et des magistrats de la Cour Suprême de Justice (CSJ) en appellent à une réforme de la loi, alléguant qu'une médiation devrait être possible lorsque la condamnation est inférieure à 5 ans.

Foto de @AnabellZavala en apoyo a la Ley 779

@AnabellZavala apporte son soutien à la Loi 779 : “Ce qui serait inconstitutionnel, ce serait que la Loi 779 n'existe pas.”

Ce sont les membres de l'Association démocratique des avocats du Nicaragua (Adanic) qui ont été les premiers à réclamer le rejet de cette réforme, la considérant inconstitutionnelle. L'association a fait appel à ses adhérents et plus largement à la population pour exiger de la Cour Suprême de Justice (CSJ) qu'elle tranche les recours formés contre la loi 779.

Sur son blog, Carlos Lucas a déclaré à propos de cette loi :

No es perfecta y ni siquiera revolucionaria y aunque llega algo tarde, tomando en cuenta el enorme daño físico, vidas, estado sicológico de las mujeres y sus familias, que había venido provocando su vacío, pero la puesta en marcha de la Ley 779 o Ley Integral contra la Violencia hacia las Mujeres de Nicaragua, comienza a sacudir- y más si se si aplica firmemente- nuestra forma de pensar y conceptos sobre familia, matrimonio, unión de pareja, hogar, felicidad, armonía familiar, amor, etc.

Tan es así, que sobre esta Ley 779, apenas dictada en el 2012, ya hay en Nicaragua, toda una reaccionaria conspiración contra algunos de esos avances en el tema de la violencia contra la mujer.

Elle n'est ni parfaite ni révolutionnaire et elle arrive certainement un peu tard, si l'on considère les importants dommages physiques, les vies, l'état psychologique des femmes et de leur famille ayant souffert de son absence. Cependant la mise en œuvre de la Loi 779 ou Loi générale contre les violences faites aux femmes du Nicaragua commence à ébranler — et ébranlera encore plus si elle est appliquée avec fermeté — nos modes de pensée et nos conceptions sur la famille, le mariage, le couple, le foyer, le bonheur, l'harmonie familiale, l'amour, etc.

Au point que cette Loi 779, tout juste promulguée en 2012, a déjà fait naître au Nicaragua une véritable conspiration réactionnaire contre certaines de ses avancées dans le domaine des violences faites aux femmes.

Début mai 2013, Mgr Abelardo Mata a comparé devant la presse la Loi 779 à l'Antéchrist, en ajoutant que cette nouvelle loi sépare les familles en ne permettant pas de médiation entre l'agresseur et sa victime. Ces déclarations de l'évêque d'Estelí ont suscité de nombreuses réactions dans l'opinion publique et notamment, à nouveau, sur les réseaux sociaux.

Imagen de campaña protesta contra el Obispo Mata

Tag au pochoir de Rodrigo Rodriguez. Campagne de protestation contre Mgr Mata

Le groupe féministe La Corriente a réalisé une vidéo destinée à l'évêque Mata, qui montre quatre militantes du mouvement parodiant la chanson “Maldita Primavera” de Yuri :

D'autre part, des militants ont lancé sur les réseaux sociaux la campagne “¡Cuidado, Obispo Mata” [“Attention, Monseigneur Mata !”]. Sur son blog, Rodrigo Rodriguez s'interroge :

¿Es la ley 779 REALMENTE tan grave para el sistema de justicia -pensemos por un momento que nuestro sistema de justicia es bien aplicado, sólo para ejemplificar esto- y el ejercicio de los derechos humanos en nuestro país, como para compararla con el significado del anticristo, entendido desde una visión cristiano-católica como un adversario decisivo del hijo de Dios (ese ser invisible, omnipresente, todopoderoso que controla y decide nuestro destino)?

En serio… ¿en realidad es tan grave?

La loi 779 est-t-elle VRAIMENT si grave pour notre système de justice – imaginons un instant que notre système de justice soit bien appliqué, uniquement pour illustrer notre propos – et pour l'exercice des droits humains dans notre pays, pour qu'on la compare à l'Antéchrist, entendu selon une perspective christiano-catholique comme un adversaire majeur du fils de Dieu (cet être invisible, omniprésent et tout-puissant qui contrôle et décide de notre destinée)?

Sérieusement… c'est vraiment si grave ?

Sur le blog 24 retazos de locuras, on peut voir une autre vidéo réalisée par le groupe Jóvenes por la ley 779 [les Jeunes en faveur de la Loi 779], qui les montre en train d'interpréter eux aussi la chanson que La Corriente a consacrée à Monseigneur Mata :

Avec son texte “¿Por qué defiendo la ley 779?” [“Pourquoi je suis en faveur de la Loi 779], le mouvement Católicas por el Derecho a Decidir [Catholiques pour le Droit de Décider] apporte son soutien à la loi :

En Nicaragua las cifras de Violencia Intrafamiliar y Sexual registradas en las Comisarías de la Mujer,han venido incrementándose anualmente de 31759 en 2009 a 34763 en 2010. El Instituto de Medicina Legal IML refleja en el 2012, la realización de 5371 peritajes, de las cuales 4726 fueron realizados a mujeres y 642 fueron realizados a hombres (en este último caso, los agresores son hombres incluidos los agentes estatales).

Au Nicaragua, les chiffres de la violence intra-familiale et sexuelle enregistrés par les Commissariats pour Femmes augmentent tous les ans : ils sont passés de 31 759 en 2009 à 34 763 en 2010. En 2012, l'Institut de Médecine Légale IML a réalisé 5 371 expertises médicales, dont 4 726 sur des femmes et 642 sur des hommes (dans ces derniers cas, les agresseurs sont des hommes, y compris des représentants de l'État).

Le document souligne que “tous les ans, au Nicaragua, plus de 80 femmes sont assassinées, conséquence de la violence extrême exercée à leur encontre”.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site