Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Échec de tous les étudiants libériens au test d'admission à l'université

Alors que le Liberia fête le dixième anniversaire de l'Accord de Paix signé à Accra, mettant un terme à quatorze années de guerre civile, près de 25 000 jeunes ont échoué au test d'admission à l'Université du Liberia. C'est la première fois qu'aucun candidat ne réussit ce test.

Liberia's president Ellen Johnson Sirleaf, a Nobel peace laureate,  acknowledges that the education system in Liberia is "in a mess". Public Domain photo from the US State Department.

La présidente du Liberia Ellen Johnson Sirleaf, lauréate du Prix Nobel, reconnait que l'éducation au Liberia ‘a “un gros problème”. Photo domaine public, du Département d'état des Etats Unis 

La BBC a rapporté que la Ministre de l'Education du Liberia, Etmonia David-Tarpeh, avait du mal à croire qu'aucun candidat n'ait réussi ce test. Dès lors, elle espère rencontrer des responsables universitaires pour discuter du problème. Elle décrit ce taux d'échec comme un “crime de masse”.

Toutefois, un consultant privé, James Dorbor Jallah, engagé par l'université pour organiser l'examen d'entrée, a confirmé cette affirmation. Il a déclaré que les temps durant lesquels les étudiants pouvaient être admis à l'Université du Liberia grâce à la corruption ou à leurs relations étaient révolus.

Sur Twitter, les internautes ont manifesté leur choc et leur incrédulité.

C'est ainsi que Calestous Juma (@calestous), professeur kényan à l'Université de Harvard, décrivait cette nouvelle :

Le roi Léopold II de Belgique était l'unique propriétaire de l'Etat Indépendant du Congo, actuellement appelé République Démocratique du Congo, de 1885 à 1908 .

Saran Kaba Jones (@sarankjones), une entrepreneuse sociale et une avocate militant pour l'accès à l'eau potable, trouve cela triste mais pas surprenant :

Mbas Ndriver (@Kenfreykj), un professionnel kényan de l'informatique, se demandait comment aucun étudiant n'a été assez malin pour tricher :

Un autre internaute kényan, Eja Nla. (@Muntez_), déclarait que l'échec devrait être illégal pour les étudiants :

Ebenezer Flomo (@ebflomo), le cofondateur de l'association à but non lucratif Help Encourage Liberia's Little Ones (@helpHELLO), notait que les écoles du Liberia ne possédaient aucun livre :

Beaucoup d'écoles au Liberia manquent de matériel de base et de nombreux enseignants sont peu qualifiés.

En Russie, Denis Eyong (@eyongdenis) demande :

“Comment un pays déchiré par une guerre civile peut se rétablir ?”, demande Tomoko Perez (@Tomoshiga), à New York :

Le journaliste et activiste des droits de l'Homme gambien Sulayman Makalo (@MakaloMansa) partageait une remarque d'un responsable universitaire :

Nuesity! (@Nues_Ibunos) remarque :

L'internaute ghanéen Tenace Kwaku Setor (@kwakutii) a mis en garde ses compatriotes :

Se référant aux pauvres performances de l'an dernier en Tanzanie, le Rwandais katabarwa robert (@Proud2bRwandan) écrit :

Six étudiants sur dix ont échoué l'an dernier à l'examen national d'entrée à l'université en Tanzanie (le National Form Four examination)

Mika Mäkeläinen (@Mikareport), un journaliste travaillant à la Finnish Broadcasting Company, a mis en garde ceux qui veulent étudier à l'Université du Liberia:

Daniel McLaughlin (@DanielJMcLaugh), du Royaume-Uni, plaisante :

A. K. Ohemeng-Boamah (@akobII), de Guinée, accuse le système éducatif :

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site