Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Trois suggestions pour une bonne gouvernance en République Centrafricaine, à Madagascar et au Mali

Trois pays d'Afrique francophone se débattent pour s'extraire de crises de société prolongées, nées de systèmes politiques en faillite. Depuis cinq ans, la République Centrafricaine, Madagascar et le Mali ont connu des coups de forces politiques impliquant la participation de factions armées : 

Les trois pays sont confrontés à un défi de longue durée avant qu'un système politique durable puisse être stabilisé. Voici les trois conditions identifiées par les sociétés civiles de ces trois pays pour démarrer la reconstruction du système politique.

Madagascar   

Emmanuel Jovelin, maître de conférence à l'Université de Lille, et Lala Rarivomanantsoa, professeur à l'Université d'Antananarivo, ont écrit un livre intitulé “Opinion publique et bonne gouvernance à Madagascar“. Les auteurs y examinent une multitude de problèmes relatifs à la perception qu'ont les Malgaches de leurs représentants politiques. Un des chapitres les plus dignes d'intérêt propose une grille d'évaluation de la gouvernance à Madagascar. Leur avis : 

Le gouverné n'est pas, comme on a toujours tendance à le croire, une masse informe que le gouvernant pourrait modeler à sa guise. L'opinion qu'il se fait de la gouvernance prend des formes variées parfois contradictoires pour mettre en place une administration efficace. […] Mais l'ensemble des opinions recensées dans cette étude peut constituer la base d'une gouvernance respectant les règles de la démocratie […] La succession des différents régimes depuis l'Indépendance peut s'expliquer par une faiblesse des structures intermédiaires de dialogue (à travers l'administration et au sein de la société civile) qui n'ont pas fonctionné comme on aurait pu le souhaiter.  

Ci-dessous, la grille d'évaluation qu'ils proposent de la performance de l'administration actuelle :

Screenshot of the  framework to evaluate governance in Madagascar from an extract of the book by Jovelin, Rarivomanantsoa - CC-license-BY

Grille d'évaluation de la gouvernance à Madagascar, extrait du livre de Jovelin, Rarivomanantsoa – licence CC-BY

République Centrafricaine

En République Centrafricaine, l'escalade du nombre de victimes de la guerre civile devient alarmante : le bilan des morts atteint déjà au moins 500, d'après la Croix Rouge locale.

Map of the battles in late 2012 in the CAR civil war via wikipedia CC License-BY

Carte de l'avance des rebelles et des combats fin 2012 dans la guerre civile centrafricaine via Wikipedia Licence CC -BY

La vidéo ci-après illustre le degré de peur et d'insécurité à travers le pays :

Le blog OCBG de Bangui rend compte d'une réunion de l'Observatoire de la bonne gouvernance de la République Centrafricaine :

En Centrafrique ou ailleurs, par crainte ou par méfiance et quelquefois désintérêt à la chose politique, nombreux sont ceux qui se cachent [..] Notre pays a été marqué par des mutineries successives, des coups d’état et des rebellions ce qui affecte sa stabilité et son développement économique [..] En effet, les centrafricains attendent des gouvernants de demain : L’organisation d’une véritable armée nationale ; la garantie sécuritaire des populations sur toute l’étendue du pays ; l[a] création des infrastructures (écoles, routes, hôpitaux, bâtiments administratifs etc.,) les accords de Libreville ne peuvent résoudre les problématiques récurrentes à notre pays, dans la mesure où Libreville a été qu’une course à l’échalote et des maroquins, aucun des protagonistes n’a posé la question relative à l’urgence sociale qui prévaut

Mali

La crise malienne a été partiellement résolue par l'intervention militaire française en 2013, mais la présence des forces de paix n'empêche pas l'agitation de se poursuivre dans les territoires du nord.

 A Tuareg rebel in northern Mali on wikipedia CC-license-BY

Un rebelle touareg dans le nord du Mali, sur Wikipedia licence CC-BY

A la lumière des nombreuses questions de gouvernance non réglées, Michael Bratton, Massa Coulibaly et Fabiana Machado rendent compte de leur étude auprès de citoyens maliens, interrogés sur leurs attentes d'une bonne gouvernance [PDF] : 

Les Maliens préfèrent la démocratie aux autres régimes politiques mais leur perception de la démocratie est culturellement distincte. La satisfaction malienne de la démocratie est souvent vue en termes de performance personnelle de responsables politiques individuels. Ils jugent la légitimité de l'Etat en fonction de la confiance populaire dans les institutions publiques et des perceptions des fonctionnaires comme n'étant pas corrompus. [..] Les Maliens continuent à considérer l'Etat comme le pourvoyeur le plus fiable d'emploi. Ils font passer le consensus et l'unité avant la compétition politique et économique. 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site