Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Guinée : la “malvie” à Conakry

Conakry from above via wikipedia CC-license-BY

Vue aérienne de Conakry, via Wikipedia licence CC-BY

Pour beaucoup dans le monde extérieur, Conakry, la dynamique capitale de la Guinée en Afrique de l'Ouest, évoque probablement le 29 septembre 2009, le jour qui a vu le viol et le massacre d'au moins 157 personnes qui protestaient la tentative du chef de la junte, Dadis Camara, de s'emparer de la présidence. 

Mais pour le meilleur ou le pire, cette cité portuaire d'1,5 million d'habitants ne se réduit pas à ce fait sinistre. BAH Mamadou Lamine est un contributeur de l’hebdomadaire guinéen Lynx. Sur le blog Konakry Express, il partage son point de vue sur les difficultés de la vie quotidienne à Conakry et détaille la sombre réalité d'une ville qui ne s'est toujours pas complètement remise de cette tragédie. Son analyse creuse trois aspects principaux : criminalité, insuffisance des infrastructures, santé publique et assainissement. 

Criminalité

Le crime est une cause d'inquiétude quotidienne dans ce centre urbain toujours en mouvement. BAH explique pourquoi

Dès que la nuit tombe, les Conakrykas sont bercés par les tirs d’armes de guerre effectués par les bandits, des bandits souvent en tenue militaire. Ces mêmes individus sèment la terreur dans les rues partout en opérant des car-jackings brutaux et sanglants. Tous les jours des magasins sont dévalisés, des essenceries pillées, des citoyens tués.

L'armée est souvent accusée de contribuer à l'insécurité ressentie dans la ville. La méfiance croissante envers l'armée régulière s'enracine dans l'histoire guinéenne : pendant son règne de 1958 à 1984, le Président Sekou Touré a maintenu une grande partie des forces armées dans la pauvreté. Une situation qui n'a guère changé depuis, de sorte que des militaires sont souvent pris la main dans le sac à rançonner les citoyens à cause de leur faible solde. L’International Crisis Group a rapporté que [anglais] : 

les conditions de service étaient déplorables, même pour les officiers. Le corps des officiers supérieurs vivait sur de maigres rations et voyait ses privilèges et allocations familiales rognées avec le temps. Il fallait aux soldats de tous rangs trouver des moyens de supplémenter leurs rations

Sur cette vidéo, on peut voir le procès de membres d'un gang accusés d'homicide lors du cambriolage d'un supermarché asiatique :

Circulation

BAH afirme que l’insuffisance des infrastructures est aussi un important facteur d'incertitude quotidienne dans la ville :

Tout est sens dessus-dessous ; les sens interdits sont autorisés et/ou négociables; nos flics lorsqu’il y en a sont pour le dialogue, surtout tarifé. Très souvent ces flics-ripoux sont aidés dans les carrefours compliqués par des citoyens sans tenue. C’est une première mondiale.  

Santé publique et assainissement

Mais l'aspect le plus préoccupant de la vie à Conakry semble être la santé publique et l'assainissement

trash in Conakry on Konakry express vith the author's permission

Ordures dans les rues de Conakry via Konakry Express. Reproduit avec l'autorisation de l'auteur

Les générations d’ordures accumulées depuis des temps immémoriaux dégagent des odeurs pestilentielles renforcées par celles des immondices brûlées à même les rues. Ajoutons à cette savoureuse mixture, les eaux évacuées des fosses sceptiques surannées […] La poussière aussi est omniprésente, obsédante, irrespirable, morbide. [Pour réparer les voies routières] une société industrielle riveraine a versé de la latérite sur la chaussée. C’était au cours de la dernière saison sèche. La boue d’alors s’est transformée en poussière.

Solutions possibles

Malgré cet état de choses, souligne BAH, la ville et le pays regorgent de potentiel de croissance économique, notamment grâce aux ressources minières. La pauvreté endémique (le pays est 178ème sur 187 sur l’Index de développement humain) qui tire la Guinée en arrière pourrait être résolue par une planification économique volontariste et une gestion saine des forces armées. Doing Business, une section de la Manque Mondiale, souligne quelques réformes économiques positives [anglais] :

La Guinée a rendu plus facile la création d'entreprise en permettant à un guichet unique de publier les avis de constitution de sociétés et en réduisant les frais de greffe. La Guinée a aussi instauré un guichet unique pour la création de sociétés et en remplaçant l'exigence d'un extrait de casier judiciaire des fondateurs par une déclaration sous serment au moment de l'enregistrement de la société. 

L'armée est aussi une source potentielle d'instabilité qui pourrait annihiler la quête de guérison et de développement de la Guinée. L'International Crisis Group recommande les mesures suivantes [anglais] pour assainir l'armée :

  • Elaborer une stratégie de sécurité nationale, avec un Livre Blanc pour définir le rôle et le mandat des forces de sécurité et de défense, et travailler à établir un consensus national autour de la réforme, y compris l'assentiment des forces armées
  • Protéger l'armée de la manipulation politique en :  
  • édifiant une capacité de contrôle civil au moyen d'un programme de formation pour les membres des institutions essentielles de supervision et en améliorant les conditions de service, de façon à s'attaquer au malaise et à la corruption générales de l'armée. 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site