Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le mouvement #Euromaïdan gagne toute l'Ukraine après l'explosion de violence

Bg1fix6IUAE0afZ
Ce billet fait partie du dossier spécial de Global Voices sur le mouvement #Euromaidan en Ukraine.

Les manifestations d'Euromaïdan en Ukraine ont tourné au pire le 18 février 2014, quand les Berkout ou forces de police spéciales ont lancé à Kiev leurs opérations les plus violentes jusqu'à présent contre les citoyens et les sympathisants de l'opposition politique. Loin de calmer la contestation, cela a aussitôt renforcé les manifestations qui se sont même propagées à de nouvelles villes et régions du pays. Le gouvernement a annoncé une loi martiale de fait, quand le Ministère ukrainien de la Défense a fait savoir que l'armée était désormais habilitée à fouiller et détenir les civils, et même à faire feu sur eux.

Dans la journée, les représentants de l'opposition avaient tenté de remettre au Parlement une requête qui aurait limité le pouvoir présidentiel mais l'accès au bâtiment leur a été refusé pour ce faire. Peu après avoir appris cela, les manifestants ont marché sur le bâtiment du Parlement. La situation a alors dégénéré quand les forces de police ont violemment chargé les manifestants aux alentours de 20h, avec des résultats dévastateurs. Le lendemain matin, plusieurs médias indépendants et étrangers ont rapporté que l'offensive policière de plusieurs heures a fait 25 morts et plus de 1.000 blessés, mais le nombre de victimes continue à augmenter. Un journaliste a rapporté qu'au moins 40 personnes ont été brûlées vives rien que dans la Maison des Syndicats à Kiev.

Pendant ces événements, les nouvelles de la répression se sont rapidement propagées par les réseaux sociaux et d'autres canaux, et les faits étaient suivis en direct dans toute l'Ukraine et le monde par plusieurs flux en temps réels. Les protestataires à la fureur ravivée défilaient à nouveau sur l'épicentre de la contestation depuis novembre 2013, la Place de l'Indépendance, mais sont également descendus dans les rues de plusieurs autres villes grandes et petites des 24 régions administratives de l'Ukraine. Les images et informations partagées par les usagers de Twitter et d'autres réseaux sociaux, comme celle ci-dessous de @slava_slav, ont mis les citoyens en colère dans tout le pays et provoqué de nouvelles manifestations :

La Maison des Syndicats sur la Place de l'Indépendance [à Kiev]

La communauté internet de développeurs informatiques la plus populaire d'Ukraine s'est jointe aux autres Ukrainiens en présentant sa position sur les événements du 18 février. Le fondateur de la communauté, Max Ischenko, a écrit :

Вчера украинская власть наконец-то приняла решение. Обьявила открытую войну гражданам Украины. Рубикон пройден.
Всего два выхода для честных ребят: перестать быть гражданами Украины, променяв кафкианскую реальность на нормальный мир или же остаться гражданами, приняв навязанную войну. Третий, трусливый вариант, не рассматриваем — это default route.
Голыми руками на БТР идти не надо, это не наши методы. Программисты лучше действуют головой. Я за ненасильственное сопротивление.

Hier, le pouvoir ukrainien a finalement pris sa décision. Il a déclaré une guerre ouverte aux citoyens d'Ukraine. Le Rubicon a été traversé.

Il n'y a que deux issues pour les honnêtes gens : cesser d'être des citoyens d'Ukraine en troquant la réalité kafkaïenne contre le monde normal, ou rester des citoyens et accepter la guerre imposée. La troisième, une variante lâche, nous ne la considérerons pas : c'est un itinéraire par défaut.

Il ne faut pas aller à mains nues contre les blindés, ce n'est pas nos méthodes. Les développeurs agissent mieux avec leurs têtes. Je suis pour la résistance non-violente.

Après l'information sur la tuerie à Kiev, de nombreuses manifestations ont été revivifiées dans les autres régions, dont certaines viennent de basculer en faveur de la contestation. Les démonstrations les plus radicales de résistance civile, ailleurs qu'à Kiev, proviennent maintenant de la ville de Lviv en Ukraine occidentale,  active dès les débuts dans le mouvement Euromaïdan. Pendant la nuit du 18 au 19 février, plusieurs institutions gouvernementales sont tombées sous le contrôle des insurgés, comme le Service local de la Sécurité Ukrainienne à Lviv et l'Administration d'Etat Régionale.

A Lviv, la police est injoignable par téléphone, elle a tout bonnement arrêté de décrocher. La majorité des postes de police de la région ont été emportés par les opposants au régime. Des informations courent aussi en et hors ligne disant que des bureaux de police de la ville ont été pillés et des armes à feu volées. L'agence de presse ukrainienne ZIK a rapporté dans un tweet :

A Lviv toutes les armes ont disparu des commissariats de police : A Lviv un certain nombre d'armes ont été volées dans les bureaux de police 

Dans la matinée du 19 février, les étudiants et professeurs de l'Université Nationale Ivan Franko de Lviv ont proclamé une grève illimitée et demandé aux autres universités de faire de même. En attendant, les étudiants s'activent à mettre sur pied des unités d'auto-défense pour protéger les personnes et musées des pillages et des violences. Le jeune utilisateur de Twitter @yostap de Lviv a écrit :

On a annoncé la création de l'unité d'auto-défense et du comité de grève des étudiants.

A Oujhorod, l'Administration d'Etat Régionale est maintenant occupée par les insurgés, et les habitants expriment nombreux leur soulagement que leur cité ait décidé de rejoindre ce que beaucoup appellent une révolution. L'utilisateur @mikekomar a tweeté une photo du bâtiment qui venait de passer aux mains des protestataires :

@ukrpravda_news L'Administration Régionale de Zakarpatska prise d'assaut, et est maintenant entre les mains du peuple ! Oujgorod a fini par se réveiller ! Photo [prise à] 12:35

La même chose s'est produite dans quelques autres capitales régionales. Ainsi à Loutsk, une ville d'une autre région d'Ukraine occidentale, l'Administration Régionale est aussi aux mains des protestataires d'Euromaïdan. Les utilisateurs locaux de Twitter, comme @deep_monday, ont tweeté des images et des informations sur le vif :

Le [Ministère de l'Intérieur] et [l'Administration d'Etat Régionale] sont vaincus, tout brûle, Bachkalenko [le gouverneur de la région de Volhynie Alexandre Bachkalenko] est aussi battu. Nous avons l'impression que ça n'arrive pas à nous 

Un des faits les plus cruels de ces deux jours s'est produit à Khmelnytskyi. Au siège du Service de Sécurité d'Ukraine de cette ville, une femme âgée a été tuée et deux autres personnes, blessées. Elles faisaient partie du groupe de protestataires venus là après avoir appris ce qui se passait à Kiev. Quelqu'un a ouvert le feu depuis le bâtiment du Service de Sécurité d'Ukraine. Selon les témoins, la femme n'était pas armée et se tenait agenouillée devant l'immeuble. L'affreuse image de ce meurtre a été largement partagée en ligne, y compris par le fil Twitter officiel de l'une des organisations du mouvement Maïdan, La Volonté du Peuple :

Khmenytskyi. Les SBU tuent leur peuple.

L’Alliance Démocratique Ukrainienne a précisé :

Nos militants ont transmis que les coups de feu sont venus de l'immeuble de la SBU [Service de Sécurité d'Ukraine] de Khmelnytskyi. Une femme a été tuée. Il y a quelques blessés.

Les régions orientales de l'Ukraine ont aussi perdu leur tranquillité. A Poltava, une manifestation s'est tenue dans le centre-ville. Un compte Twitter s'appelant Poltava Svoboda (Poltava Liberté) a tweeté cette image de manifestation sur place :

Poltava. Le nombre de personnes [rejoignant la manifestation] augmente.

Les gens s'unissent une fois de plus pour aider le mouvement Euromaïdan de toutes les manières possibles. Les uns collectent et apportent vêtements chauds et médicaments, les autres achètent et préparent à manger pour leurs camarades manifestants. Manger est devenu plus crucial que jamais sur les sites de manifestation à Kiev, depuis que la Maison des Syndicats, où la plus grande partie des vivres collectés pour les protestataires était stockée ces dernières semaines, a été incendiée lors de l'opération de police du 18 février, privant totalement les opposants de nourriture.

A Kiev et Lviv, les gens ont aussi donné du sang, et il faudrait plus de donneurs. L'information à ce sujet est aussi diffusée par les médias sociaux et un nouveau mot-dièse #ядонор (#JeSuisDonneur) est apparu aux côté du consacré #Euromaidan. La Twitteuse Ana Toliivna de Lviv est parmi les donneuses de sang et elle invite à faire de même :

#JeSuisDonneur RT @euromaidanlviv : Au 65, rue Pekarska on peut donner son sang pour ceux qui en ont besoin [à] #Euromaidan #Lviv

On collecte aussi de l'argent pour ceux qui sont victimes de la récente accélération des événements. Même ceux qui ont très peu à donner offrent ce qu'ils peuvent pour soutenir le mouvement. L'auteur et journaliste ukrainien Dmitry Gordon a publié cette image d'une vieille dame prouvant son soutien indéniable à la contestation dans son pays :

Cette grand-mère a apporté la moitié de sa retraite mensuelle pour les victimes d'Euromaïdan.

Ce billet fait partie du dossier spécial de Global Voices sur le mouvement #Euromaidan en Ukraine.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site