Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Viktor Ahn : le triomphe russe d'un ancien sud-coréen banni

dddddddd

Image d'un utilisateur de Flickr ; @CanadianPhotographer (CC BY SA 2.0)

Le patineur vedette de short-track Viktor Ahn, anciennement connu sous le nom d'Ahn Hyun-soo, a ramené à la Russie, son pays d'adoption, trois médailles – trois en or et une en bronze – lors des Jeux Olympiques de Sotchi.

Face à cette série gagnante, des forums en ligne sud-coréens ont été envahis de débats sur les motivations qui ont conduit ce génie du patinage sud-coréen loin de son pays natal et sur l'obsession des médias coréens à considérer Ahn comme “un Coréen”. La culture de groupe qui se perpétue non seulement au sein du patinage coréen mais aussi plus généralement dans la société coréenne n'est pas non plus épargnée par les critiques.

Ahn a fait les gros titres des médias internationaux lors des Jeux Olympiques de 2002, lorsqu'il heurta malencontreusement l'octuple médaillé Ohno. Quatre ans plus tard, sa formidable rivalité avec Ohno se concluait par l'obtention de trois médailles d'or et une en bronze.

Ahn a cependant failli à prendre part aux Jeux Olympiques en 2010. Officiellement pour cause de blessure au genou. Mais sa brouille avec la Fédération Coréenne de Patinage et les persécutions subies par le patineur avant les Jeux de 2006 étaient un secret de polichinelle. En 2010, Ahn a ainsi été abandonné puis banni par sa Fédération. Il quitta alors le pays et devint un citoyen russe en 2011. 

Une “transaction” [coréen] pour laquelle Ahn aurait perçu un salaire élevé, des entraîneurs et professeur particuliers, et la promesse d'un emploi après sa retraite sportive.

Mieux vaut tard que jamais ?

Alors qu'Ahn remportait une médaille de bronze, les médias coréens se sont soudainement pris d'intérêt pour le traitement injuste dont il a souffert, quelques années plus tôt. Même le Président a fait une déclaration [anglais] affirmant que “nous devons examiner si ce changement de nationalité s'est effectué en raison d'irrégularités au sein du milieu sportif tels que le sectarisme, le favoritisme et la corruption parmi les juges”.

Les politiciens s'en sont également mêlés. Le parti au pouvoir Saenuri a posté sur Facebook une photo émouvante, accompagnée d'un texte [coréen] qui indique être “désolé, mais nous vous soutiendrons toujours”. Des excuses tardives qui n'ont pas impressionné les internautes.

De nombreux Coréens étaient plutôt heureux du bonheur retrouvé de leur star exilée, mais ont semblé insensibles, voire choqués, par la soudaine emphase des médias coréens concernant sa nationalité. Voici plusieurs tweets évoquant Ahn.

Si l'Etat lui avait apporté son soutien indéfectible, alors vous pourriez critiquer Ahn Hyun-soo et dénoncer sa trahison et son exil en Russie. Mais ce n'est pas le cas. Il n'a bénéficié d'aucun soutien adéquat, a été pris sous le feu des tirs nourris des divers clans, et a été brutalement frappé (pour avoir refusé d'obéir aux ordres de sa fédération). Cet environnement n'est pas propice à l'entraînement. Rien ne peut justifier les critiques s'abattant sur Ahn.

Ahn a dit aimer le patinage, mais qu'il n'était pas sûr de l'aimer davantage que son pays. Une chose est sûre : il veut encore patiner et vivre en Russie pour toujours. Voilà qui montre comment notre pays provoque la fuite de nos talents plutôt que de les valoriser. Viktor Ahn, prenez cette médaille d'or. Nous ne vous – et ne la – méritons pas.

(1er tweet) Il est devenu citoyen russe et a même changé son nom. Mais les médias insistent pour l'appeler Ahn Hyun-soo. (2ème tweet) Cet athlète, qui ne souhaitait plus s'imprégner de la culture de clans ni se mêler aux luttes de pouvoir, a ainsi changé de nationalité. Mais lorsqu'il gagne deux médailles d'or, quelques médias publient ces lignes ridicules, du genre “Bien qu'il soit russe, son cœur bat pour la Corée”. LOL.

Après avoir appris que certaines personnes tentent de dépeindre Viktor Ahn comme le Ahn Hyun-soo qui aime son pays, soit la Corée du Sud, je n'étais pas surpris. Quand quelqu'un réussit, ils essaient désespérément de s'approprier ce succès en le reliant à la nationalité. Quand quelqu'un échoue, ils prennent leurs distances (comme contre certains Coréens-Chinois) 

1 commentaire

  • […] La star du short-track Viktor Ahn, né Sud-Coréen, a remporté trois médailles d'or sous les couleurs russes. Un succès apprécié par les Coréens pour cet athlète qu'ils n'ont pas su retenir.  […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site