Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le palais de Ianoukovich : rien de nouveau pour les Russes

Yanukovich's presidential palace, where dreams came true. (And then crashed back to Earth.) Images mixed by Kevin Rothrock.

Le palais présidentiel de Ianukovich, là ou les rêves se réalisent. Puis s'effondrent. Photo montage Kevin Rothrock.

Quand Viktor Ianoukovich a fui Kiev la semaine dernière, il a quitté sa résidence dans la précipitation. La foule d'Ukrainiens ordinaires et de journalistes qui se sont plus tard rendus dans le palais présidentiel déserté ont eux pris leur temps, bouche bée devant une opulence qui a stupéfié et choqué même les opposants les plus féroces de Ianoukotich. Quand les premiers visiteurs se sont présentés, ils n'ont rencontré que quelques gardes de sécurité, qui ont en fait servi de guides aux journalistes durant la visite. Les gardes les ont eux mêmes invités à prendre des photos [russe, ru] pour révéler au monde “comment le président de l'Ukraine vit.”

Un blogueur russe populaire, qui tient un blog de photos, Ilya Varlamov, a eu accès à la propriété et a  photographié différents aspects de ses 140 hectares.  Elle comprend un zoo privé, avec des animaux exotiques ou domestiques. Le garage contient une collection de voitures de luxe. Amaré à la rive d'un lac privé, un gallion faisait office de restaurant. Et, naturellement, un golf privé ne pouvait pas manquer. Les Ukrainiens se sont par la suite rués pour visiter ce manoir et voir à quoi avaient servi leurs impôts. Une invitation [ru] a circulé sur Twitter, les encourageant à venir voir le palais de leurs propres yeux. 

Le '19e trou flottant’ de Ianoukovich : un galion, qui est un restaurant

Curieusement, la réaction de la blogosphère russe a été généralement molle. Les Russes, il faut l'admettre, sont déjà habitués aux révélations sur la fortune et le mauvais goôt de leurs propres politiciens. Des photos de leurs résidences fuitent régulièrement sur Internet. Valdimir Yakunin, le président des chemins de fer russes, géré par l'Etat, a figuré dans le même genre de scandale l'an dernier, quand le blogueur Alexey Navalni, militant anti corruption, a publié des documents [ru] sur la propriété de 70 hectares de Yakunin, en périphérie de Moscou.  

Avec ce précédent à l'esprit, l'un des lecteurs de Varlamov a plaisanté : Yakounin est probablement jaloux de la propriété de Yanoukovich, plus vaste que la sienne :

Ни в коем случае не показывайте эти кадры Якунину.

Ne montrez pas ces photos à Yakounin.

Un autre blogueur russe, Oleg Kozyrev, s'est souvenu d'une remarque faite par Vladimir Poutine en  2008, quand il s'est comparé à un galérien.

Теперь понятно, что Путин имел в виду, когда говорил, что он раб на галерах. Вот галера Януковича

Maintenant, on voit bien ce que Poutine avait à l'esprit quand il se comparait à un galérien. Voici la galère de Yanoukovich.  

Le journaliste de Lenta.ru Andrey Kozenko a tweeté :

 D'une façon générale, après avoir vu les photos de la résidence (je dois dire que) tous les escrocs ont un gout épouvantable. 

De longues files d'attente pour visiter la résidence de Ianoukovitch 

 

Le journaliste Alexander Plushev a remarqué sur Twitter :

Je me demande combien des notres (les Moscovites) iraient à Novo-Ogarevo [La résidence de Poutine en périphérie de Moscou]. Disons juste, si les circonstances favorables se présentaient…

Vladimir Varfolomeev a répondu en plaisantant :

Attendez une minute : ils ont déjà ouvert les réservations pour les visites ? Mince. Une fois de plus, j'ai tout raté pendant mes vacances.

Andrey Davidov propose une solution innovante :

On pourrait créer un système électronique de gestion des files d'attente

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site