Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Inde : Exode de musulmans au lendemain du massacre de 32 migrants en Assam

.

L'état d'Assam, dans le Nord-Est de l'inde, est sujet à de graves violence ethnique. Entre un groupe ethnique appelé les Bodos et les minorités musulmanes migrantes, des tensions couvent depuis longtemps au sujet du contrôle des terres et l'installation de colonies.  Image by Reporter#21795 Copyright Demotix (25/7/2012)

L'Assam, un État du Nord-Est de l'inde, est sujet à de graves violences ethniques : des tensions entre l'ethnie Bodo et une minorité de migrants musulmans couvent depuis longtemps au sujet du contrôle des terres et de l'installation des villages. Photo Reporter#21795. Copyright Demotix (25/7/2012)

Sauf indication contraire, les liens dirigent vers des pages en anglais.

Une éruption de violence ethnique a provoqué la mort de 32 villageois musulmans et déclenché un exode des musulmans de la région.

Des séparatistes Bodo armés ont ouvert le feu aveuglémment sur des migrants musulmans au cours de trois différentes attaques les 1er et 2 mai 2014 dans les districts de Kokrajhar et Baska. On compte des enfants parmi les victimes. Lors d'une des attaques, des dizaines de maisons ont été incendiées avant que les tireurs n'ouvrent le feu.

Des informations non confirmées suggèrent que les villages auraient été pris pour cible en raison de leurs votes au cours des récentes élections générales. Les forces de police ont arrêté 22 personnes liées à ces attaques.

Des centaines de villageois musulmans ont été vus quitter les environs avec leurs possessions. Les autorités ont fait appel à l'armée et ont imposé un couvre -feu afin d'essayer de contrôler la situation.

La tribu Bodo [Fr], dont la langue principale est le Bodo, a longtemps accusé les musulmans d'entrer illégalement en Inde en traversant la frontière depuis le Bangladesh. Les rebelles appartiennent à une faction d'un groupe armé clandestin, le Democratic front of Bodoland (le Front démocratique du Bodoland), qui demande la souveraineté pour le Bodoland  et le peuple Bodo, qui représente 10 % de la population de l'État d'Assam [Fr].

Des migrants hindiphones d'autres Etats indiens ont également été pris pour cible. Des militants du Front démocratique du Bodoland sont suspectés d'avoir tué 7 civils en janvier 2014. Ils auraient intercepté 4 bus nocturnes en provenance de différentes régions du Nord du Bengale et en auraient extirpé des passagers pour les exécuter.

Des groupes de militants Bodo ont juré de ne pas laisser les migrants vivre dans les villages sous la juridiction du Bodoland Territorial Council (Comité territorial du Bodoland), un organisme autonome.

Le journaliste et blogueur Habib Siddiqui donne quelques informations sur le contexte de ce conflit :

Les musulmans qui vivent dans l'Assam ne sont pas des immigrants bangladeshi. Comme beaucoup d'autres habitants de la région, ils y habitent depuis des siècles, déjà avant la division du pays entre Inde et Pakistan. Simplement du fait de leur identité musulmane et de leurs racines bengalies, ils sont perçus comme des étrangers ou des nouveaux immigrants dans l'État haineux d'Assam, dont l'histoire sanglante a connu plusieurs pogroms anti-musulmans.

Omar Abdullah, le ministre en chef de Jammu et du Cachemire, a suggéré qu'il y avait un lien entre les critiques prononcées à l'encontre des immigrants Bangladeshi dans un discours du premier ministre candidat de l'alliance démocratique Narendra Modias menée par le parti Bharatya Janata et les attaques injustifiées de musulmans dans l'Assam.

Sur Twitter, l'ingénieur Tanvir Salim, qui vit aux Etats-Unis, explique les motivations politiques qui pourraient être derrière ces attaques : 

Dans l'Assam, des groupes de musulmans croient que leur communauté a subi ces attaques car les rebelles leur reprochent de ne pas soutenir les candidats Bodo. Une honte !

L'utilisateur Dipankar remet en question les tactiques des rebelles Bodo :

L'armée est partout dans l'Assam, et ce carnage horrible a pourtant lieu à Baksa. Pourquoi le mouvement Bodo se perd-il dans ces violences anti-musulmans ?

L'utilisateur Rohit Vats, suggère quant à lui que ces accès de violence n'ont rien à voir avec la religion : 

Les suspects habituels essayent de donner un air anti-minoritaire au conflit qui oppose les Bodo aux musulmans, mais la religion est hors sujet. Il s'agit d'un exemple de violence ethnique envers les étrangers. 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site