Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La guerre d'Ukraine en temps réel

 

A Ukrainian military helicopter flying over Ukrainian regular troops in the Donetsk region. YouTube screenshot.

Un hélicoptère militaire ukrainien survole des troupes régulières ukrainiennes dans la région de Donetsk. Capture d'écran YouTube.

L'Ukraine vient de tenir une élection présidentielle précipitée le 25 mai. Le milliardaire Petro Porochenko a été élu au premier tour, avec plus de 50 % des voix. La situation sur le terrain n'en est pas moins restée désespérée en Ukraine orientale tout au long du week-end, et semble continuer à dégénérer. La violence se manifeste sur les réseaux sociaux, comme toutes ces dernières semaines. Vendredi dernier elle est même devenue encore plus viscéralement évidente sur le compte Facebook d'une des armées cyber-punk, post-étatiques, viral-citoyennes opérant dans la région.

Semyon Semyontchenko, le chef du “Bataillon Donbass,” une organisation paramilitaire de volontaires, ostensiblement financée participativement par des Ukrainiens ordinaires, a publié des rapports de situation sur son compte Facebook (à l'instar du chef des séparatistes de Slaviansk, Igor Strelkov, qui publie des dépêches à l'aide d'un blog sur LiveJournal). Vendredi, Semyontchenko a donné plusieurs informations par téléphone, en commençant par celle-ci :

Только что в районе с.Карловки Донецкой области батальон “Донбасс” попал в засаду. Принял бой. Против батальон работают автоматчики, снайпера и РПГ. Есть раненые. Отойти не можем, потому, что часть людей находится в окружении. Просим подмоги находящихся поблизости воинских частей.

A l'instant, aux environs du village de Karlovka, oblast de Donetsk, le bataillon Donbass est tombé dans une embuscade. Un combat a suivi. Contre le bataillon il y a des tirs de fusils d'assaut, de snipers et de RPG [lance-roquettes]. Il y a des blessés. Nous ne pouvons pas décrocher car une partie des nôtres est encerclée. Nous demandons le soutien d'unités militaires proches.

Un commentateur a riposté :

Это жесть просить подмоги на фб, а что нет штаба, где координируются все передвижения? Удачи вам!

C'est raide de demander du soutien sur FB, il n'y a pas d'état-major où tous les mouvements sont coordonnés ? Bonne chance !

Le manque de commandement unifié est le talon d'Achille des troupes irrégulières ukrainiennes volontaires qui donnent un coup de main à l’ “opération anti-terroriste” dans l'est de l'Ukraine. Ce que les séparatistes ont pu exploiter en enlisement et victoires, même en l'absence pour eux de soutien aérien. Peu après le premier a suivi un autre billet, demandant un véhicule blindé de transport de troupes et affirmant que toutes les tentatives d'appel à l'aide des militaires ukrainiens sur place restaient ignorées des pouvoirs en place. Une autre note réitérant la demande est parue deux heures plus tard, quand la majeure partie du “bataillon” a échappé à l'embuscade, à fins d'évacuer les hommes encerclés et assiégés dans une bâtisse abandonnée. Les blogueurs russes ont relaté par la suite que Semyontchenko lui-même avait été fait prisonnier, avec un certain nombre de miliciens de “Donbass”, ce qu'il a plus tard démenti.

Après l'élection, le 26 mai, Semyontchenko a livré un compte-rendu exhaustif de la bataille sur son compte Facebook. A l'issue de cinq heures d'échange de tirs, “Donbass” a déploré 5 morts et 6 blessés sur un effectif de 25. Comme c'est l'usage dans ce genre de rapports, les pertes ennemies annoncées étaient élevées, 11 morts et 6 blessés, sur un effectif de 100. (le commandant séparatiste Igor Strelkov revendique aussi régulièrement des pertes ennemies plus élevées.) On ignore d'où Semyontchenko a tiré ces chiffres, ou l'information que le “bataillon Vostok” que “Donbass” était supposé combattre est composé de “commandos tchétchènes.” Quoi qu'il en soit, la propagande en temps de guerre reste ce qu'elle est, surtout sur Facebook. Semyontchenko a conclu son billet en criant victoire :

Легко вооруженное гражданское ополчение жителей Донецкой области – батальон “Донбасс”, без всякой поддержки со стороны госструктур, нанес значительный урон вооруженным до зубов, прошедшему спецподготовку подразделению террористов.

Une milice civile légèrement armée d'habitants de l'oblast de Donetsk – le bataillon Donbass, sans aucun support de la part des structures d'Etat, a porté des dommages importants à une unité de terroristes spécialement formés et armés jusqu'aux dents.

Il ressort que les responsables quels qu'ils soient du bataillon séparatiste “Vostok” — une dénomination qui porte à confusion évoquant un bataillon depuis longtemps dissous de forces spéciales tchétchènes — ne relèvent pas d'Igor Strelkov à Slaviansk. En tous cas, il n'a pas mentionné l'accrochage dans son compte-rendu de la journée. (Il a pourtant fait l'actualité ce week-end, d'une autre manière, en ordonnant l'exécution de deux miliciens séparatistes pour “maraudage.” Un exemplaire de son ordre, où il invoque l'autorité d'un réglement de l'époque soviétique datant de la 2e guerre mondiale, a émergé en ligne. Strelkov en a confirmé l'authenticité.) D'après certains analystes russes, Vostok pourrait être une milice contrôlée (financée) par l'oligarque Rinat Akhmetov, lequel a catégoriquement rejeté l'indépendance de l'Ukraine orientale. Aux dernières nouvelles, “Vostok” combattait les forces régulières ukrainiennes pour un aérodrome dans la ville de Donetsk, mais dans cette guerre confuse, où de multiples milices patrouillent le terrain, cela veut tout et rien dire. Une chose est claire, les élections n'ont pas évacué par magie le problème de l'Ukraine orientale.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site