Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Inde : Safe Cities, un outil de cartographie du harcèlement de rue

Trouver une Indienne ayant réussi à éviter d'être harcelée dans la rue est un défi. Elsa Marie D’Silva est l'un de membres fondateurs de Safecity, un outil de cartographie participative pour “épingler les sales types”. Quand on lui demande si elle a déjà été victime de harcèlement de rue, elle répond : “Je n'ai jamais rencontré une femme indienne qui n'a jamais été victime de harcèlement de rue”. La plupart des femmes sont conditionnées pour s'enfuir discrètement sans faire de scène. 

Safecity strongly believes all women We strongly believes that 'all women have the right to live safely"

Safecity croit fermement que “toutes les femmes ont le droit de vivre en sécurité”

Le harcèlement de rue est généralisé en Inde et dans le monde, incitant de nombreuses organisations à mettre en place des actions pour lutter contre ce problème. En Inde, on trouve parmi ces organisations Freeze the Tease, et Hollaback India. Safecity utilise une approche différente, l'idée n'est pas de simplement de demander aux personnes de répondre à leurs agresseurs mais “d'épingler” le lieu de l'incident sur une carte. 

Part of a Safecity Bystander Campaign, courtesy of Safecity's Facebook page

Extrait de la campagne de Safecity Bystander Campaign, pour voir si  “les témoins interviendraient pour aider une victime”. Photo reproduite avec l'accord de la page Facebook de Safecity

Safecity (disponible aussi sur Twitter et Facebook), s'est inspiré d'un projet similaire en Egypte appelé Harassmap, et a été lancé suite aux énormes manifestations qui ont eu lieu après le viol collectif odieux de Delhi en décembre 2012. Ses créateurs ont souhaité mettre en place une plate-forme et un forum pour traiter le problème sur le long terme. Safecity est une plateforme d'informations pour aider à identifier des lieux sensibles dans la ville ou des agressions ont été signalées. Pour créer un espace sûr pour toute la population, Safecity demande aux utilisateurs “D'épingler les sales types !” en partageant les faits, les photos et/ou des vidéos, et le plus important, en signalant le lieu de l'agression. 

Jusqu'à maintenant,  plus de 2700 incidents ont été signalés.  L'accent est mis sur les tendances générales du harcèlement, plus que sur des affaires précises, Safecity travaille avec la police dans deux états de l'Inde pour voir si ces informations peuvent être partagées utilement avec les forces de police. 

 

A poster for schools available on the Safecity website

Un poster pour les écoles, disponible sur le site internet Safecity

Safecity pourrait aussi être un outil de prévention. Dans une affaire, appelée “l'affaire Shakti Mills” les accusés ont reconnu avoir violé quatre femmes au même endroit. D'après les créateurs de l'outil, cela signifie que d'autres tentatives peuvent avoir eu lieu, et comme le souligne les fondateurs D’Silva et Saloni, “si des personnes avaient déclaré cet endroit comme une zone potentiellement dangereuse, des actions de prévention auraient pu être mises en place. ”

Les fondateurs de Safecity constituent un petit groupe de citoyens qui croient tous au droit de vivre en sécurité dans la société. “Nous croyons également qu'une femme devrait être capable de se déplacer sans avoir peur ou se sentir en danger, sans avoir à calculer par quelle rue passer pour être en sécurité, sans avoir à se soucier des vêtements qu'elle porte, ni des gens avec qui elle est.”

Comme D’Silva et la co-fondatrice Saloni Malhotra l'ont écrit dans un email, “Les agresseurs font ça dans leur propre zone de confort. Le silence des victimes et des témoins les rend encore plus confiant et le harcèlement ne fait qu'augmenter.” Au lieu de se désespérer et se résigner, elles se demandent : “Que peut-on faire en tant que citoyen ordinaire pour faire évoluer la situtation ? N'est-ce pas la société elle-même qui a créé ce problème au départ ? Que peut-on faire pour apporter un réel changement ? ”

Screenshot of the Safecity map

Copie d'écran de la carte Safecity

En gardant ceci à l'esprit, Safecity travaille sur une série de vidéos sur l'importance pour les femmes de savoir comment être en sécurité. Parmi les suggestions que Safecity a rassemblées, on trouve : éviter de voyager seule, ne jamais accepter de nourriture ou de boisson d'une personne inconnue, toujours garder son verre lors d'une soirée. Le dernier conseil sur la liste actuelle est :  “investir dans une bombe lacrymogène”. Espérons que que ces listes ne soient bientôt plus nécessaires.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site