Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les conseils des Palestiniens aux manifestants de Ferguson pour se protéger des lacrymogènes, balles en caoutchouc et violences policières

Photos tweeted by Missouri based journalist @CassFM "Police fire tear gas near Al Jazeera crew, then disassemble the gear after they flee. #Ferguson"

Photos tweetées par le journaliste du Missouri @CassFM “Les policiers tirent du gaz lacrymogène près de l'équipe d'Al Jazeera, puis démontent le matériel après leur fuite. #Ferguson”

[Article d'origine publié le 14 août 2014 – liens en anglais]

Le meurtre de Michael Brown, ce jeune Afro-Américain de 18 ans sans armes à Ferguson (Missouri) par un policier au nom gardé secet a déclenché plusieurs jours de troubles dans cette petite balieue de Saint-Louis où la police locale a anvoyé des agents en attirail anti-émeute de niveau militaire ‘pacifier’ les manifestants.

Les récits de brutalités policières contre les manifestants et les journalistes dans cet Etat du Middle-West américain émergent également depuis ces derniers jours. La population de Ferguson est noire à près de 70 %, alors que la police locale est essentiellement blanche. Les défenseurs de droits disent que les Américains de couleur, et surtout les jeunes hommes noirs, sont ciblés et accusés de délinquance de façon disproportionnée par les agents du maintien de l'ordre. 

Lorsque les médias sociaux ont fait savoir que les policiers de Ferguson employaient les gaz lacrymogènes et les balles en caoutchouc contre les manifestants, les Palestiniens ont aussitôt réagi par des conseils sur l'attitude à avoir, en se prévalant de leur expérience acquise des forces d'occupation israéliennes.

Mariam Barghouti, une militante palestinienne et étudiante à l'Université Bir Zeit, a rassuré les manifestants de Ferguson que la douleur quand on est aspergé de gaz lacrymogène était passagère. Elle a aussi tweeté comment avoir moins mal sur le moment :

Solidarité avec #Ferguson. Pensez à ne pas vous toucher le visage ni le mouiller quand vous avez reçu du gaz lacrymogène. Mettez plutôt du lait ou du coca !

Veillez à toujours courir contre le vent et à rester calmes quand vous êtes aspergé de lacrymogène, la douleur va passer, ne vous frottez pas les yeux !

Je me souviens quand je me faisais asperger de lacrymogène, je me rappelais seulement que cette douleur va passer pour ne pas m'effondrer. Ça aide !

Rajai Abu Khalil, un médecin palestinien, co-fondateur de Médecins pour la Palestine, a tweeté :

Amis de #Ferguson. Le gaz lacrymogène utilisé contre vous a probablement été testé d'abord sur nous par Israël. Ce n'est pas grave, Restez forts. Amicalement, #Palestine

Ne vous éloignez pas beaucoup de la police, si vous êtes près d'eux ils ne peuvent pas tirer de gaz lacrymogène. A #Ferguson de la part de la #Palestine

C'est toujours les opprimés qui aident les opprimés. Partout dans le monde. #Palestine solidaire de #Ferguson

Le présentateur d'Al-Jazeera Wajahat Ali voit dans la solidarité palestinienne la preuve que la situation à Ferguson est perturbante.

Vous savez que ça va mal quand les gens de #Gaza compatissent avec vous et voient des similitudes

Le rapprochement avec la Palestine a certes de quoi surprendre. L'essayiste et militant Iranien-Américain Trita Parsi, qui dirige le Conseil National Iranien-Américain, a publié une déclaration du chef de la police de Ferguson indiquant avoir été formé à la ‘prévention des attentats terroristes’ en Israël.

Vous vous demandez pourquoi la violence policière excessive ? Un indice : le chef de la police de #Ferguson a suivi une formation en Israël…

La solidarité palestinienne avec les gens de Ferguson n'est pas passée inaperçue. Le militant américain de Twitter ‘Faithful Black Man’ [‘Noir fidèle’] a tweeté deux images montrant la similitude entre les manifestants à Gaza et Ferguson. Il a ensuite dit sa joie d'entendre un rassemblement de Ferguson scander “Libérez Gaza”.

Gaza tweeter aux gens de Ferguson comment arrêter le gaz lacrymogène et une foule de Ferguson scander “Libérez Gaza”, c'est incroyable

La journaliste Dalia Hatuqa, en Palestine, a tweeté une vidéo qui nourrit la comparaison :

Un manifestant de #Ferguson crie aux flics, “Vous allez nous tirer dessus ? On est dans la bande de #Gaza ?

Il faut préciser que beaucoup d'images supposées montrer des Gazaouis renvoyer les grenades lacrymogènes sur les policiers/soldats d'occupation ont été en fait prises en Cisjordanie. Comme l'a noté le correspondant d'Al Jazeera Mohammad Alsaafin, les grenades lacrymogènes sont généralement le cadet des soucis des habitants de Gaza :

Je doute que quiconque à Gaza tweete à Ferguson sur la façon de gérer le gaz lacrymogène. C'est sans doute plutôt la Cisjordanie. Les Gazaouis peuvent vous conseiller sur les F16 et l'artillerie.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site