Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Aux femmes turques qui essaient de se libérer des violences, la réponse de leur président : Renoncez à l'égalité

8 March Night Walk, Istanbul

Le 8 mars, Journée internationale des Femmes, marche nocturne à Istanbul. Source image : 3.bp.blogspot.com.

A la veille de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, le président turc Recep Tayyip Erdoğan a de nouveau fait la une des médias mondiaux avec une de ces déclarations à l'emporte-pièce dont il est familier.

Devant une assemblée de l'Association Femmes et Démocratie (KADEM) et le Ministère de la Politique familiale et sociale, M. Erdoğan a déclaré que parler d'égalité entre hommes et femmes était impossible puisque les sexes diffèrent par structure physique et par nature.   

Bizim dinimiz kadına bir makam vermiş, annelik makamı. Anneye bir makam daha vermiş. Cenneti ayakları altına sermiş. Babanın değil annenin ayakları altına koymuş. Ama bunu anlayanlar olur anlamayanlar olur. Bunu feministlere anlatamazsın mesela, onlar anneliği kabul etmiyor.

Notre religion a donné aux femmes leur place, c'est la maternité. Elle a donné à la mère une autre place. Elle a mis le paradis à leurs pieds. Pas sous les pieds du père, sous ceux de la mère. Mais cela, il y en a qui ne peuvent le comprendre. On ne peut pas expliquer cela aux féministes. Elles n'acceptent pas la maternité.

Selon M. Erdoğan, le combat pour le droit des femmes est attaché depuis trop longtemps à des concepts rigides, parmi lesquels celui d'égalité. Au lieu de parler d'égalité, a-t-il suggéré, les femmes devraient se focaliser sur l’ “équivalence”. 

Kadınların ihtiyacı olan şey nedir? Burada bazen erkek kadın eşitliği diyorlar. Kadın kadına eşitlik doğru olandır. Erkek erkeğe eşitlik doğru olandır. Ancak kadının özellikle adalet karşısındaki eşitliği asıl olandır. Kadınların ihtiyacı olan eşitlikten ziyade eşdeğer olabilmektir. Yani adalettir. Buna ihtiyacımız var.

De quoi ont besoin les femmes ? Parfois elles affirment que ce qu'il faut, c'est l'égalité entre l'homme et la femme. Ce qui est légitime c'est l'égalité entre femme et femme. L'égalité entre homme et homme est juste. Quoi qu'il en soit, l'essentiel c'est l'égalité de toutes les femmes devant la loi. Les femmes ont besoin d'équivalence plus que d'égalité. C'est la justice. Voilà ce dont nous avons besoin.

Les propos de M. Erdoğan ont aussitôt allumé la controverse. Certains ont soutenu que la position du chef de l'Etat était précisément la raison de l'inégalité et de la violence de genre actuelles.

L'égalité est un droit de naissance, l'équivalence c'est pour favoriser les puissants. Les discussions sur l’ “équivalence” servent la continuation de l'inégalité. #Hommesetfemmessontégaux

Le soleil se lève à l'est. L'eau bout à 100 degrés. Deux fois deux quatre. #Hommesetfemmessontégaux

En Turquie, les violences contre les femmes sont un problème majeur. D'après la branche féminine du Parti populaire républicain, 255 femmes ont été tuées dans les dix premiers mois de 2014, tandis que les autres formes de violences contre les femmes — verbales, psychologiques et économiques — sont également répandues. Pour cette raison, la Journée internationale pour l'élimination des violences contre les femmes, reconnue par les Nations Unies, revêtait une signification particulière en Turquie.

Beaucoup ont déploré que les propos de M. Erdoğan paraissent saper cette signification et annoncer une détérioration supplémentaire de la condition féminine.

Dire que les femmes et les hommes ne sont pas égaux c'est une invitation là où chaque jour une femme est tuée, et où des milliers de femmes subissent la violence. #Cesserlesviolencescontrelesfemmes #Massacredesfemmes

Le 25 novembre, différentes organisations de droits des femmes se sont rassemblées à travers la Turquie pour des événements et manifestations, faisant la publicité de leurs actions sur les médias sociaux avec des mots-clés tels que #KadınaSiddeteHayır (#Cesserlesviolencescontrelesfemmes) et #KadınKatliamıVar (#Massacredesfemmes). Alors que les femmes de Turquie meurent de plus en plus de la violence liée au genre, ce qu'elles réclament c'est une législation et des réglementations meilleures et plus efficaces, et une protection étatique appropriée pour les femmes. 

Et ce n'est pas l'hostilité personnelle d'Erdoğan à l'égalité des sexes qui va les arrêter. 

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site