Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Une Philippine raconte comment elle s'est retrouvée dans le couloir de la mort en Indonésie pour trafic de drogue

Mary Jane (right) is reunited with her mother (left) during a prison visit in 2013. Photo from Migrante

Mary Jane (à droite) et sa mère (à gauche), réunies lors d'une visite en prison en 2013. Photo de Migrante

Condamnée à la peine de mort en Indonésie pour trafic de drogue, une travailleuse philippine raconte comment elle a fini en prison.

Mary Jane Veloso a été arrêtée en 2010 en Indonésie lorsque les autorités aéroportuaires ont trouvé 2,6 kilos d'héroïne dans ses bagages. La Cour suprême indonésienne l'a condamnée à mort. Elle dit avoir accepté de transporter la valise sans en connaitre le contenu.

Ces cinq dernières années, son histoire n'a reçu que très peu d'attention de la part de la presse philippine mais cela a changé lorsqu'une association de migrants a demandé le réexamen de son dossier et que d'autres associations ont demandé à l'Indonésie de revenir sur sa décision de maintenir la peine de mort pour toutes les affaires liées à la drogue.

La soeur de Mary Jane a publié une transcription de la lettre manuscrite de cette dernière. Dans un anglais maladroit, elle explique pourquoi elle a quitté le pays en 2010 :

Je travaille à Dubaï aux Émirats Arabes Unis. Je travaille comme domestique pour un contrat de deux ans. Mais je suis ici depuis dix mois car on a essayé de me violer et j'ai décidé de rentrer aux Philippines le 31 décembre 2009, mais je n'avais pas assez d'argent car mon fils va déjà à l'école. Je dois encore travailler…

Christine, sa voisine, lui a promis un travail en Malaisie. Mais lorsqu'elles arrivent en Malaisie, Christine dit à Mary Jane qu'elle doit d'abord rencontrer quelqu'un en Indonésie avant de pouvoir travailler :

Elle m'a dit  que je devais aller en Indonésie dans sept jours pour Holiday In, que je devais rencontrer un ami et que si je revenais à Kuala Lumpur en Malaisie, je commencerai à travailler.

Je n'avais donc pas d'autre choix que d'aller là-bas… Et une fois terminé en Indonésie, je commencerai à travailler, parce que c'est important que je travaille car j'ai un enfant…

Mary Jane a été arrêtée en Indonésie après que les autorités ont trouvé de la drogue dans ses bagages. Sa réaction :

Mon corps est froid… Je n'arrive pas à parler… Tout ce que je fais… c'est pleurer encore et encore !!! Parce que je sais que ma vie est finie. Parce que la drogue est au sommet de l'illégalité. Je me déteste d'avoir cru Christine… Pourquoi est-ce que j'ai pas eu de mauvais pressentiment à son égard… Et maintenant je suis là… Mais je ne sais rien du tout.

La famille de Mary Jane, qui affirme qu'elle a quitté le pays pour travailler et non pour faire passer de la drogue, a été interviewée dans cette vidéo :

Après avoir appris son histoire et étudié son dossier, des associations de migrants pensent que Mary Jane est victime d'un trafic d'êtres humains. Ils demandent donc au gouvernement indonésien de réexaminer son dossier. Le groupe Migrante a envoyé cette lettre au Président indonésien :

Nous pensons que Mary Jane a été victime de grands réseaux de drogue qui profitent de l'ignorance, de la vulnérabilité et du désespoir de notre population. Nous sommes déçus qu'elle soit condamnée à mort alors que les vrais grands trafiquants et réseaux de drogue continuent leur activité en toute impunité.

L'Association internationale des juristes démocrates, accréditée auprès de l'ONU, pense également que Mary Jane n'a pas eu le droit à un procès équitable car on ne lui a pas attribué immédiatement des représentants légaux et des traducteurs professionnels :

Ce sont les circonstances économiques qui ont contraint Mme Veloso à chercher du travail à l'étranger. Son intention n'était pas de faire passer de l'héroïne en Indonésie. Elle n'a découvert qu'elle avait été utilisée pour faire passer la drogue qu'après son arrivée et son arrestation.  Son seul but était de trouver un emploi. Mme Veloso n'a pas reçu de services juridiques suffisants ni eu droit à un traducteur et n'a eu aucun représentant légal tout au long de son procès.

Mary Jane's parents appeal for clemency during a visit to the Indonesian Embassy in Manila. Photo from Facebook

Les parents de Mary Jane appellent à la clémence lors d'une visite à l'ambassade indonésienne à Manille. Photo de Facebook

L'Indonésie rejette toutes les demandes d'annulation de condamnations à mort pour les crimes liés à la drogue. Elle déclare qu'il est nécessaire de gagner la guerre contre les cartels de drogue qui ont fait de l'Indonésie leur plaque tournante.

Pendant ce temps, des mouvements de défense des migrants de tous les coins du monde, des avocats des droits de l'Homme et des civils indonésiens intensifient leurs efforts pour sauver la vie de Mary Jane.

[Note de l'éditeur, 29 avril : L'exécution de Mary Jane a été reportée à la dernière minute suite à une demande du président philippin liée à une délinquante soupçonnée de trafic humain qui s'est rendue (à la police) aux Philippines]

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site