Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Etats-Unis : Pour les Républicains, ‘Haïr l'Iran signifie qu'on n'aura jamais à s'excuser’

Trump. Screenshot from CNN broadcast.

Le candidat républicain Donald Trump a été le premier à attaquer l'Iran très tôt à l'occasion du débat du 15 décembre, l'appelant une “nation terroriste.”. Capture d'écran d'une émission de CNN.

La relation entre l'Iran et l'Amérique est au mieux précaire, et il n'y a pas de meilleure occasion d'exagérer cette relation difficile que les débats organisés à l'occasion de la primaire républicaine pour l'élection présidentielle.

Les peurs récentes de violences dans le sillage des attentats du 13 novembre à Paris et de la fusillade du 2 décembre à San Bernardino ont débouché sur une série de décisions politiques et de discussions aux Etats-Unis. Elles semblent s'orienter vers la diabolisation des pays musulmans qui ne seraient pas des alliés “naturels” des USA, comme l'Arabie Saoudite et la Jordanie.

Un exemple de ceci est la proposition de loi dite Visa Waiver Legislation (ou H.R. 158), qui est passée à l'Assemblée, mais requiert toujours l'agrément du Sénat et la signature du Président Obama (ou, dans le cas d'un veto présidentiel, un second vote à la majorité des deux tiers du Congrès) avant de devenir loi à part entière. La loi exigerait des citoyens des 38 pays membres aujourd'hui en capacité d'entrer aux Etats-Unis sans visa, de demander ce visa s'ils ont voyagé dans un de ces “zones sensibles terroristes” comme l'Irak et la Syrie, ou des pays qui “soutiennent le terrorisme” comme l'Iran et le Soudan.

Beaucoup d'Iraniens – et d'ailleurs de non-Iraniens – ont protesté sur les médias sociaux d'être pris pour cibles de même que l'Iran – de manière aussi agressive dans le contexte de la lutte contre Daech, le rejeton brutal d'Al Qaida qui contrôle des zones entières d'Irak et de Syrie. S'il est vrai que l'Iran maintient des liens étroits avec des groupes désignés comme terroristes par les gouvernements, comme le Hezbollah, il est aussi parmi les pays qui luttent contre Daech depuis le début du conflit.

Ce commentaire critique est devenu plus évident encore dans les tweets rapportant la rhétorique de diabolisation de l'Iran que les candidats rivaux à l'investiture du Parti Républicain (ou GOP – Grand Old Party) à l'occasion du débat télévisé du 15 décembre.

En effet, l'essentiel du débat tournait autour de problèmes en rapport avec le monde musulman.

Est-ce que le Président des Etats-Unis a d'autres responsabilités que de tuer des musulmans ? Ils discutent de ça depuis une heure.

Le débat a pris un virage notable anti-Iran quand le candidat Donald Trump a parlé de “nation terroriste.” Alors que je regardais le débat avec des amis iraniens, leur niveau d'indignation à ces propos était palpable :

Un ami, à la sortie de Trump sur “l'Iran, nation terroriste” : “Huh, quand est-ce qu'on a attaqué l'Amérique pour la dernière fois ?”

A un moment, George Pataki, l'ancien gouverneur de New York qui prétend aussi à l'investiture, était aussi prompt à lier le terme “terrorisme” aux Iraniens.

L'ancien gouverneur de NY appelle les Iraniens emprisonnés aux US pour non-respect des sanctions des “leaders terroristes”

Le candidat Marco Rubio, un jeune sénateur de Floride, n'a pas eu peur de tomber dans la franche polémique, en rejetant “les chiites d'Iran” (l'Iran est majoritairement un pays chiite) parmi les “ennemis mortels” des Etats-Unis.

“Les chiites d'Iran sont notre ennemi mortel” – est-ce que quelqu'un écoute cette merde ! Si vous pensiez que Trump était mauvais ; ce type est complètement taré.

A un moment, le modérateur du débat s'est lui-même mis à décrire l'Iran comme un adversaire menaçant pour les Etats-Unis, faisant allusion à l'accord sur le nucléaire du 15 juillet comme pouvant partir à vau-l'eau et permettre le développement d'armes nucléaires iraniennes.

Le modérateur de CNN dit que “l'Iran qui gagne sur tous les tableaux” va devenir un enjeu du leadership à Téhéran.

Si nous reculons l'Iran devient une nation nucléaire” dit le modérateur du débat Républicain. Chris Christie saute sur l'occasion pour dire qu'il faut se concentrer sur l'Iran.

Ted Cruz, le jeune sénateur du Texas, s'est trouvé un moment sur la même ligne que l'Iran en endossant l'opinion iranienne selon laquelle le président syrien Bachar al-Assad ne devrait pas être destitué. Cependant, il a plus tard (faussement) mis dans le même sac l'Iran et Daech comme ayant déclaré la guerre aux Etats-Unis.

Le sénateur Cruz est d'accord avec l'Iran. Renverser Assad est une mauvaise idée.

Ca A ETE dit : “Daech et l'Iran ont déclaré la guerre à l'Amerique.” Cruz

Quand ces clowns amalgament Daech et l'Iran, souvenez-vous juste que c'est ce parti [les Républicains] qui a envahi l'Irak quand les Saoudiens nous ont attaqué depuis l'Afghanistan.

Quand j'ai demandé à mes abonnés sur Twitter quel commentaire ils avaient trouvé le plus “barré” sur l'Iran, l'un d'entre-eux a pointé cette déclaration de Cruz, fabriquée de toute pièce, sur l'Iran en guerre contre les USA.

Et si c'était Ted Cruz quand il dit que l'Iran a déclaré la guerre aux USA  — :D

Un autre moment notable : quand Carly Fiorino, l'ancienne Directrice Générale de Hewlett-Packard, a expliqué son intention de défaire l'accord sur le deal nucléaire signé en juillet dernier entre l'Iran et les pays du P5+1, en demandant au leader suprême de l'Iran un “new deal.” Le journaliste de la BBC Bahman Kalbasi évoque ce que le leader suprême répondrait certainement :

Fiorina veut appeler le leader de l'Iran pour dire “New Deal” Je devine qu'il ne décrochera pas son téléphone, mais s'il le faisait, il dirait : NoDeal

Le journaliste iranien-américain Hooman Majd a eu la bonne formule pour résumer l'attitude négative des Républicains à l'égard de l'Iran :

Haïr l'Iran signifie qu'on n'aura jamais à s'excuser.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site