Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

COP 21: les amérindiens du Rio Negro au Brésil ont présenté leur calendrier des cycles climatiques

cycles annuels des peuples indigènes du Rio Tiquié

.

L'institut socio-environnemental du Brésil (ISA), en partenariat avec InfoAmazonia, a présenté à Paris, pendant la COP 21, le  calendrier indigène des cycles du rio Tiquié. Ce travail est le résultat d'une recherche menée par des communautés locales et des associations amérindiennes vivant sur le cours supérieur du Rio Negro dans le nord ouest de l'état d'Amazonas, au coeur de la forêt amazonienne, à la frontière colombienne.

En collaboration avec l'ISA, les peuples indigènes du rio Tiquié ont présenté les résultats de leurs découvertes inédites permettant d'identifier sur ce bassin fluvial, les cycles de pêche, de chasse, de fructification et de culture. Ces cycles sont en relation avec des éléments naturels précis comme le cycle de l'eau et les constellations astronomiques. Ces données ont été collectées entre 2005 et 2008 par une équipe de chercheurs et d'agents de liaison choisis par chaque communauté .

Cette recherche, basée sur des connaissances de cette culture, est susceptible de fournir des éléments indiquant un changement climatique local au travers d'impacts infligés à l'écosystème du Rio Tiquié et  son bassin. Un des objectifs de ce travail  est la préservation de la biodiversité dans la zone du haut Rio Negro.

Le site en langue portugaise et anglaise peut-être visité ici.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site