Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Un adolescent tunisien risque la suspension pour avoir dénoncé l'état déplorable de son lycée sur Facebook

Les déchets s'accumulent devant un lycée de Bizerte, en Tunisie. Photographie de Hamza Batti sur Facebook.

Un lycéen tunisien pourrait être suspendu pendant trois jours pour avoir dénoncé sur Facebook l'état déplorable de son établissement scolaire situé à Bizerte, au nord de la Tunisie. Le 30 septembre, Hamza Batti a posté quatre photographies montrant le terrain de basket en chantier et les tas d'ordures amoncelés à l'entrée de l'établissement.

Le commentaire suivant accompagne ces photos :

Voilà ce qu'on appelle à Bizerte un lycée «pionnier», un établissement où les conditions pour étudier sont censées être adéquates et où les élèves disposent soi-disant des éléments de base pour exceller.
[…]
… ce tas d'ordures est là tous les jours devant la seconde entrée, ce qui donne à notre établissement «pionnier» une image on ne peut plus formidable… L'insalubrité règne aussi sous d'autres formes à l'intérieur, dans la couche de poussière qui recouvre tout, les toilettes (que je ne décrirai même pas), dans les fenêtres et les portes cassées, et les murs repeints seulement tous les quatre ans ou pour les grandes occasions.
[…]
Enfin, vous trouverez tout cela et plus encore tous les jours au lycée pionnier, emblème de Bizerte, de la Tunisie et de l'Afrique du Nord.

Batti a déclaré à la radio privée MosaiqueFM qu'il avait été questionné le 5 octobre par le personnel administratif de son lycée, qui l'accusait d'avoir lancé contre celui-ci «une campagne de diffamation et de distorsion». Dans son témoignage à la radio, il a clarifié ses intentions:

Je n'ai fait que m'exprimer librement, et j'ai le droit de poster des photos dans le but d'améliorer la situation. C'était là mon intention.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site