Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

En mémoire des efforts oubliés de Kofi Annan au Timor-Leste

Portrait de Kofi Annan en 2015, image fournie par la Kofi Annan Foundation. Utilisée avec autorisation via Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0)

Les habitants du Timor-Leste (aussi connu sous le nom de Timor-Oriental) s'associent au reste du monde pour pleurer la perte du diplomate international Kofi Annan, décédé en Suisse le 18 août 2018 à l'âge de 80 ans.

C'est lors de crises internationales qui ont défini la période de l'après-guerre froide, que Kofi Annan a laissé un héritage en terme de rétablissement de la paix à l'échelle mondiale. Son action de maintien de la paix au Timor-Leste est souvent oubliée, mais dans la petite capitale côtière de Dili, des bougies ont été allumées en l'honneur de l'ancien secrétaire général des Nations-Unies. C'est lui qui avait négocié la paix pour cette nation au terme de deux décennies d'une violente occupation indonésienne débutée en 1975.

Le Timor-Leste fait partie d'un archipel d'Asie du Sud-Est, peuplé par environ un million de personnes qui ont obtenu leur indépendance par rapport à l'Indonésie en 1999 et rejoint les Nations Unies en 2002.

João Martins, un utilisateur de Facebook, a publié un message à propos de cette cérémonie à la chandelle :

Dozens of Timorese conducted candle light vigil in remembrance of former UN Secretary General Kofi Annan who passed away 2 days ago and his contribution to the Independence process of East Timor during his time at UN. Thank you Mr Kofi Annan and May his soul rest in peace in heavenly God’s Kingdom.

Des dizaines de Timorais ont organisé une veillée aux chandelles en souvenir du secrétaire général des Nations-Unies décédé il y a deux jours, Kofi Annan, et de sa contribution au processus d'indépendance du Timor-oriental lors de son mandat à l'ONU. Merci Mr. Kofi Annan et que votre âme demeure en paix au royaume céleste de Dieu.

En dehors du Timor-Leste, les hommages à M. Annan ont inondé les médias et les réseaux sociaux. Malgré tout, certains ont critiqué Kofi Annan pour ses erreurs de politique étrangère lors de son mandat à la tête du maintien de la paix de l'ONU, citant la guerre en Irak et les atrocités perpétrées au Rwanda et en Bosnie.

Kofi Annan et le rôle de négociateur de paix au Timor-Leste

En 1975, l'armée indonésienne envahit Ie Timor-Leste et occupa la région, imposant la culture et la langue indonésiennes. Ils ont fait taire tous les dissidents, conduisant à des atrocités telles que le massacre de Santa Cruz en 1991, au cours duquel 250 manifestants timorais pacifiques et favorables à l'indépendance furent tués.

Durant cette occupation, l'armée indonésienne a séparé environ 4 000 enfants des familles de la résistance, prenant les enfants comme un moyen “d'humilier et affaiblir” leurs adversaires.

Quinze années de pourparlers de paix n'ont abouti à rien jusqu'à ce que Kofi Annan prenne en charge les Nations Unies en 1997 et ne s'engage à résoudre la crise au Timor oriental. D'après de livre de l'historien Geoffrey Robinson, If You Leave Us Here, We Will Die: How Genocide Was Stopped in East Timor (Si vous nous laissez ici, nous mourrons : Comment le génocide a été stoppé au Timor oriental), Kofi Annan et le Président indonésien B.J. Habibie discutaient tous les jours dès août 1999.

Le 4 septembre 1999, M. Annan s'est entretenu jusque tard dans la nuit avec M. Habibie, ce dernier livrant une bataille avec Kofi Annan de l'autre côté de la planète.

La semaine précédente, les deux hommes ont négocié un référendum pour l'indépendance qui choqua et irrita l'armée indonésienne. Après 24 années d'une brutal eoccupation, quasiment 80% des électeurs du Timor-Leste ont voté pour une indépendance totale vis-à-vis de l'Indonésie.

M. Annan savait qu'il ne pourrait pas organiser de mission de maintien de la paix sans le consentement du Président Habibie, il a donc pris contact avec les dirigeants mondiaux afin de mettre la pression sur l'Indonésie. Kofi Annan s'est assuré du soutien de l'Australie pour intervenir le 12 septembre 1999.

B.J. Habibie a finalement accepté les résultats du référendum et a plaidé pour la paix et la sécurité. Cependant son gouvernement a perdu le contrôle de l'armée et des nouvelles de massacres se sont répandues à travers le Timor-Leste.

Trois cent mille personnes ont fui vers le Timor occidental, mais des milliers d'entre elles sont mortes lors d'attaques à travers le pays et notamment 200 civils  en une seule journée avec le massacre de l'église de Suai, dans le sud-ouest du pays.

Kofi Annan a assuré l'intervention des Nations Unies avec le support de troupes australiennes pour restaurer le calme sur l'île. Même après avoir établi la stabilité, M. Annan a insisté pour que les forces de maintien de la paix restent dans le pays pendant près de trois ans, retardant ainsi l'indépendance du Timor-Leste jusqu'au 10 mai 2002.

L'historien Geoffrey Robinson affirme que l'intervention humanitaire de Kofi Annan au Timor-Leste a été décisive pour assurer la stabilité et la sécurité de l'île.

Une réflexion sur la politique d'intervention

Pendant son mandat à la tête du maintien de la paix des Nations Unies, Kofi Annan a déclaré que le Timor-Leste et le conflit simultané au Kosovo (1998) demandaient une sérieuse réflexion sur la politique d'intervention. Dans ses mémoires, Interventions: A Life in War and Peace (en français : Interventions : une vie dans la guerre et dans la paix), il écrivait ainsi :

…the world had confronted two separate crises – Kosovo and East Timor – that had triggered a global debate on intervention and sovereignty, the rights of peoples and the responsibilities of states. I have combined my own intense diplomatic engagement on both crises – with the UN playing a central role in the case of East Timor – with a determination to reframe the question of intervention, and restore the United Nations to a central place in setting the boundaries of what states could do within their borders.

…Le monde est confronté à deux crises distinctes, le Kosovo et le Timor oriental, qui ont déclenché un débat mondial sur l'intervention et la souveraineté, le droits des peuples et les responsabilités des États. J'ai associé mon engagement diplomatique sur ces deux crises, l'ONU jouant un rôle central dans le cas du Timor oriental, avec la volonté de redéfinir la question de l'intervention et redonner aux Nations Unies une position centrale dans la délimitation de ce que les États peuvent faire à l'intérieur de leurs frontières.

Marianne Jago, une travailleuse humanitaire et experte universitaire sur le Timor-Leste, a déclaré que le rôle de Kofi Annan fut crucial et sans précédent :

Annan had determined to take an active role on the East Timor question. His predecessor Javier Pérez de Cuéllar had publicly indicated that he saw his role in the East Timor question as that of a ‘go-between’ rather than one of leadership and innovation.

By contrast, soon after he took office Annan contacted the governments of Portugal and Indonesia, and informed them of his desire to use his good offices to help find a solution to the question of East Timor.

Kofi Annan était déterminé à jouer un rôle actif sur la question du Timor oriental. Son prédécesseur, Javier Pérez de Cuéllar, avait publiquement indiqué qu'il voyait son rôle au Timor-Leste comme celui d'un intermédiaire plutôt qu'une position de leadership et d'innovation. Au contraire, peu après sa prise de fonction, M. Annan a contacté les gouvernements du Portugal et d'Indonésie et les a informés de son désir d'utiliser ses bons offices pour aider à trouver une solution à la question du Timor Oriental.

Elle insiste sur le fait que la gestion audacieuse de Kofi Annan au Timor-Leste s'est distinguée comme la plus grande réussite de sa carrière :

In contrast to Annan’s own much-regretted reticence during the Rwanda and Srebrenica massacres, when as Head of the UN Department of Peacekeeping Operations (DPKO), and then as secretary-general, he submitted to the ‘institutional tendency’ of the UN Secretariat to ‘follow rather than lead the Security Council’, the Secretary-General’s office was at the heart of intense international diplomatic efforts to coerce Habibie into accepting an international force in East Timor.

Contrairement à ses réserves très regrettées lors des massacres au Rwanda et à Srebrenica, alors qu'en tant que responsable du Département des opérations de maintien de la paix (DOMP), puis secrétaire général, il avait suivi la tendance à ‘suivre plutôt que d'orienter le Conseil de Sécurité’, les services du Secrétariat général étaient cette fois au cœur d'intenses efforts diplomatiques pour forcer le Président Habibie à accepter une force internationale au Timor oriental.

La semaine dernière, José Ramos-Horta, l'ancien Président du Timor-Leste et co-récipiendaire du Prix Nobel de la Paix de 1996, a loué Kofi Annan pour son oeuvre au Timor-Leste.

Le réseau d'Action pour le Timor oriental et l'Indonésie (The East Timor & Indonesia Action Network), une organisation qui continue de militer pour la réconciliation après des décennies de violence et d'occupation, a exprimé son insatisfaction persistante face aux conflits non-résolus :

L'ancien Secrétaire Général de l'ONU Kofi Annan est mort aujourd'hui. Le Prix Nobel de la Paix a cité ses efforts pour le Timor en 1999. Cependant, son engagement au nom de l'ONU pour la justice et la responsabilité des crimes contre l'humanité commis par l'Indonésie et d'autres reste inachevé.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site