Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Croissance contre environnement : le Japon hypothèque son avenir

Inondation dans une station de métro à Nara en 2014, alors qu'un ouragan approchait. En 2018, le Japon a vécu pendant trois mois un nombre record d'ouragans, d'inondations et de tempêtes destructrices qui ont endommagé une grande partie de l'ouest du pays. Photographie de James Gochenouer (CC BY 2.0).

Sauf mention contraire, les liens de cet article renvoient vers des pages en anglais.

Au milieu des craintes, dans tout le Japon, que les températures estivales de 2018 atteignent le seuil sans précédent de 45 degrés, la course au pouvoir a poursuivi son approche conservatrice.

Pour le Premier ministre sortant Shinzo Abe [fr], le processus était nécessaire pour affirmer la loyauté du Parti libéral-démocrate (LDP). Il avait besoin de s'assurer que les allégeances des factions n'avaient pas changé suite aux nombreux scandales associés à son cercle proche pendant son second mandat. Mais apparemment, même le scandale Moritomo Gakuen, dans lequel le Premier ministre aurait apporté son soutien secret à la construction d'une école d'extrême-droite à Osaka, créée pour raviver le culte fanatique de l'empereur et une éducation militariste, aurait perdu son mordant. Et malgré les sondages et les enquêtes démontrant que le public suspectait que le Premier ministre avait compromis ses principes dans ce scandale et dans d'autres, M. Abe a remporté l'élection haut la main.

Quelques jours après sa victoire, il a publié un article dans le journal anglais Financial Times. Intitulé “Join Japan and act now to save our planet” [Rejoignez le Japon et agissez maintenant pour sauver notre planète, NdT], il invite les lecteurs à s'attaquer au changement climatique, alors même que son administration autorise paradoxalement l'établissement de dangereuses centrales thermiques au charbon.

Tsuruga Thermal Coal Power Station Hokuriku

Centrale thermique au charbon Hokuriku Denryoku, Tsuruga. Photographie de Nevin Thompson.

L'administration Abe a été critiquée aux niveaux national et international pour son manque de conscience environnementale et pour son exploitation impitoyable de ressources limitées. Pendant l'été 2018, alors que les collègues de M. Abe s'adressaient les uns aux autres dans un langage poliment codé, le reste du pays commençait à réclamer une réaction plus efficace aux catastrophes naturelles qui semblent maintenant courantes au Japon. En juin 2018, un tremblement de terre à Osaka a fait cinq morts et a marqué le début d'une saison record d'ouragans, de fortes inondations et de tempêtes destructrices qui ont endommagé une grande partie de l'ouest du pays. L’aéroport international du Kansai, le second du pays, a été hors d'état de fonctionner pendant plusieurs jours à cause d'une importante inondation des pistes d'envol et de l'effondrement d'un pont.

Faire du changement climatique une priorité

Même face à un indéniable changement climatique au Japon, l'agenda de l'administration Abe reste résolument fixé sur les Jeux Olympiques de Tokyo 2020, la réforme constitutionnelle, et bien entendu, la croissance économique. Bien que l'organisation des Jeux en août ait attiré de fortes critiques à cause des températures élevées et de l'humidité saisonnières, le LDP a juré de maintenir le statu quo car changer le calendrier des Jeux pourrait être défavorable à l'économie japonaise. C'est une décision ironique, puisque les Jeux d'été de Tokyo de 1964 s'étaient tenus en octobre, au moment où les festivals sportifs japonais (undokai) sont traditionnellement organisés.

“Changement climatique” (kiko hendo) et “réchauffement climatique” (ondanka) sont bien sûr des expressions japonaises familières, mais les causes de la hausse des températures n'ont pas été suffisamment associées à la croissance économique débridée et à l'avidité des entreprises. Le Japon s'était posé en nation responsable en proposant le Traité de Tokyo il y a vingt ans, mais quand M. Abe et son cercle néo-conservateur ont pris le contrôle du gouvernement, les priorités du parti ont une fois de plus tournées vers le libre-échange et moins de restrictions à la croissance économique. Malgré la vision du LDP de “Ramener le Japon (Nihon no torimodosu)” à son niveau d'ascendant économique d'avant la bulle, le fossé entre riches et pauvres devient de plus en plus difficile à ignorer.

La croissance économique favorisée au détriment de l'environnement

Les prédictions des conséquences du changement climatique sont variées, de la propagation plus rapide de la malaria et de la dengue une fois que la température se sera élevée de quelques degrés supplémentaires, à la possibilité bien plus dévastatrice que l’île de Honshu (la principale île du Japon) devienne inhabitable à moins de confiner la population à l'intérieur de bâtiments constamment climatisés. Pourtant, la réponse peut-être la plus courante consiste à conserver une réticence têtue ou à hausser les épaules en répétant le cliché shikataganai (on n'y peut rien).

Comme dans d'autres pays européens et nord-américains, de nombreux citoyens japonais semblent penser que la génération de bourreaux du travail maintenant à la retraite, les dankai sedai, ont accompli un véritable miracle économique en reconstruisant un pays totalement dévasté par la guerre. La réalité de ce “miracle”, sur laquelle peu s'attardent, est qu'il a finalement privilégié un mode de vie excessif d'hyper-consommation qui ne peut pas durer dans un monde où la population continue d'augmenter et où les ressources naturelles sont épuisées, endommagées ou détruites. On pourrait spéculer que le militarisme du début de l’ère Showa [fr] [1926-1989, NdT] a simplement été canalisé en une dévotion fanatique au principe de la croissance économique.

Que penseront les générations futures ?

Comment les générations futures jugeront-ils l’Abenomie [fr], qui a privilégié la croissance économique au détriment de l'environnement ? Les entreprises japonaises subiront-elles les conséquences de l'accroissement constant des inégalités économiques, alors qu'elles exigent simultanément de leurs employés hommes et femmes, célibataires ou en couple, indépendamment de leurs obligations familiales, de plus longues journées de travail pour un salaire minime ? La destruction de tant d’espèces animales et végétales en seulement quelques décennies sera-t-elle le prix acceptable de la croissance économique ?

Même une nation qui s'accroche à son statu quo proteste de temps en temps. De tels moments décisifs ont eu lieu pendant la Restauration de Meiji [fr] à la fin des années 1860, avant et après la Seconde Guerre mondiale : le public avait accusé les dirigeants et les magnats japonais d'avoir quasiment détruit le tissu social.

Viendra-t-il un moment où la jeune génération descendra dans les rues en colère et protestera contre les dangers de la sur-consommation ?

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site