Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les Russes sidérés et envieux après la victoire écrasante d'un humoriste à la présidentielle ukrainienne

Olga Skabeïeva et Evguéni Popov, le couple vedette de la télévision d’État russe, ont animé un direct de 6 heures sur le débat présidentiel ukrainien le 19 avril. Photo Rossiya 24, arrêt sur image par Runet Echo.

Le second tour de l'élection présidentielle en Ukraine s'est conclu par la défaite retentissante du sortant Petro Porochenko, battu avec une marge de 50 points par un humoriste de 41 ans dépourvu de toute expérience politique, Volodymyr Zelenskiy.

Zelenskiy semble avoir incarné un mécontentement généralisé contre le gouvernement Porochenko, notamment marqué par la guerre contre le séparatisme, soutenu par la Russie, dans les régions orientales, qui a coûté 13.000 vies de part et d'autre dans les cinq dernières années.

S'il est trop tôt pour prévoir quel chef d’État fera ce novice en politique, l'élection qui lui a offert la victoire a été attentivement suivie par un public se chiffrant en millions de part et d'autre de la frontière contestée avec la Russie.

Les Russes, scotchés à leurs écrans, ont regardé ce spectacle rare : une campagne électorale authentiquement imprévisible dans laquelle un président sortant peut débattre avec un outsider, perdre le scrutin, et concéder pacifiquement sa défaite.

Quand les deux candidats finalistes ont débattu devant un stade à moitié rempli de la capitale Kiev le 19 avril, tant les télévisions d’État que divers médias indépendants de Russie ont diffusé émissions en direct et streamings vidéos en ligne.

Le site web d'information indépendant Meduza a relevé que les débats télévisés de l'élection présidentielle russe de 2018 ont à peine reçu du temps d'antenne—et en l'absence du candidat de tête, Vladimir Poutine—à comparer avec la couverture médiatique intégrale des débats de stade en Ukraine :

Oui, la télé russe s'intéresse plus aux élections ukrainiennes qu'aux [élections] russes.

The Bell, un autre site indépendant d'information, a compté six millions de vues du débat de vendredi sur les plus grandes chaînes YouTubes russes.

Non contents de suivre les débats à la télévision ou sur internet, ou de lire un des nombreux blogs de direct, les Russes se sont aussi rués sur Twitter pour commenter et exprimer toute la gamme des émotions. Certes, la télévision d’État russe, violemment anti-ukrainienne, a tourné en dérision les débats, réduisant l'élection à un cirque, signe d'un écroulement imminent de l'Ukraine.

Pas sûr que ce soit la leçon retenue par la majorité des Russes. La télévision diffuse le “débat” parce que les directions le voit comme un cirque et un récit édifiant. Les preuves anecdotiques vont dans ces deux sens, sans doute, mais je ne parierais pas encore tout de suite sur la “réussite informationnelle” de l'Ukraine.

Les présentateurs de la télévision d’État ont passé une heure à tenter de convaincre les téléspectateurs que le débat d’aujourd’hui à Kiev était une farce vaine et cynique, naturellement sans mentionner la dernière fois que Poutine avait participé en tant que candidat à un tel débat. Euh, et c'était quand déjà ?

Beaucoup de Russes ont de fait suivi le débat avec un sentiment d'envie :

Les débats ukrainiens ont été suivis par près d'un million de personnes rien que sur la chaîne YouTube Navalny Direct. De nombreux autres l'ont regardé sur Dojd, RBC et beaucoup de médias en ligne avec des audiences favorables à l'Ukraine. Ne croyez pas que c'était pour le cirque.

Le débat ukrainien m'a incroyablement remonté le moral. Le jour viendra où nous Russes ferons les mêmes choses (avec de meilleurs résultats, j'espère). Zelensky a gagné l'élection : l'Ukraine a-t-elle gagné ? A vrai dire je ne pense pas, mais j'ai chanté l'hymne national avec eux. L'espoir meurt en dernier.

Il s'avère qu'on peut changer des présidents avec des élections. Incroyable. Vous le saviez seulement ?

Beaucoup ont souligné l'ironie d'une telle attention à un théâtre politique de la part d'un pays où de réels débats politiques ou élections n'ont pas eu lieu depuis des années :

J'espère que la télé russe va poursuivre sa tradition de copier des émissions ukrainiennes de folie et va montrer de pareils débats enflammés pour les élections présidentielles (non)

Les débats présidentiels en Ukraine omniprésents sur les médias d’État russes. Émissions en direct sur Rossiya 24, avec des commentateurs prêts en continu. Ne pas oublier que Poutine n'a jamais participé à un débat en tant que candidat à la présidence.

Scène révélatrice : Je suis dans un club fermé de discussion à Moscou organisé par une star des affaires. Un invité regarde le débat ukrainien sur son téléphone. L'orateur parle de la politique et des perspectives économiques en Russie en déplorant l'improbabilité de la libéralisation et de la croissance. Et termine par un toast “à la possibilité d'avoir un jour de tels débats ici”

Je ne comprends pas trop comment on peut soutenir sérieusement quelqu'un dans les élections d'un autre pays et pas comme son club favori de NHL, et dans un système comme celui-là il est difficile de ne pas soutenir Zelenski, évidemment. Mais pour moi c'est un show politique dont nous sommes privés depuis 25 ans, et j'ai le droit de m'étonner de ces débats et de tout le reste.

L'éminent journaliste Oleg Kashin a publié un mème dans lequel Poutine dit au célèbre humoriste russe Mikhaïl Galoustyan “N'y songe même pas !” — allusion au fait qu'une personnalité populaire de la télévision ait défié personnellement le président et remporté l'élection.

D'autres ont été emplis d'espoir et d'admiration devant l'exploit démocratique de l'Ukraine :

Ah, le rafraîchissant spectacle. Pas de problème, ça sera bientôt aussi en Russie, vous allez voir.

Brillant discours de Porochenko d'acceptation de sa défaite et de félicitations à Zelensky. Leur révolution a été surnommée la Révolution de la dignité, et ils se comportent avec dignité !

Et si les loyalistes à l’État ont été uniformément dédaigneux—la porte-parole des Affaires étrangères russes Maria Zakharova a qualifié les débats de “cirque sous chapiteau” tandis que Vladimir Poutine s'est abstenu lundi de téléphoner à Zelensky pour le féliciter, comme l'on fait les autres dirigeants de la planète—il ne fait pas de doute que les Russes s'intéressent plus à la vie politique de leur voisin qu'à la leur.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site