Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

#KuToo : la pétition japonaise contre les talons hauts au travail obtient un soutien mondial

kutoo ishikawa

“Chaussures + Douleur + MeToo = #KuToo. Abolissons l’idée que les hauts talons font partie d'une tenue professionnelle.” Image largement partagée sur les réseaux sociaux, auteur inconnu.

Sauf mention contraire, les liens de cet article renvoient vers des pages en japonais.

Une plainte d'une auteure japonaise sur Twitter s'est transformée en un mot-clic de portée internationale, une pétition en ligne, et plus récemment, un débat parlementaire au Japon, tout en apportant un nouvel éclairage sur la discrimination sexuelle dont les femmes souffrent sur leur lieu de travail.

En 2018, alors qu'elle travaillait à temps partiel comme ouvreuse dans un funérarium, l'ancienne modèle et actrice devenue écrivaine Yumi Ishikawa a noté [en] que son collègue masculin portait de confortables chaussures plates. Ainsi qu'elle l'explique dans la pétition en ligne qu'elle a lancé par la suite, porter de telles chaussures faciliterait grandement son travail.

Cependant son employeur, comme n'importe quelle autre entreprise au Japon, a le droit de lui imposer de porter des chaussures à talons aiguilles ou des escarpins. Les femmes qui en portent signalent régulièrement une douleur et un inconfort significatifs, et certaines ont même besoin d’opérations chirurgicales [en] pour réparer des problèmes [fr] causés par des chaussures inadéquates.

En janvier 2019, Yumi Ishikawa a twitté qu'il était injuste que le nouveau poste auquel elle candidatait dans un hôtel l'oblige aussi à porter des talons hauts. Son message sur l’inégalité des tenues professionnelles masculines et féminines a été rapidement partagé des dizaines de milliers de fois et a déclenché une véritable conversation en ligne.

Encouragée par les réactions, elle a créé le mot-clic #KuToo, grâce auquel les femmes actives du Japon puis du monde entier ont pu partager leurs propres histoires, elles aussi obligées de porter des talons aiguilles au travail.

#kutoo Je ne peux pas porter de talons hauts.
Non, écoutez-moi. Je ne peux pas. Je me suis foulé la cheville droite si sévèrement à 11 ans que j'ai eu besoin de rééducation pendant un mois. J'ai commenée à compenser avec ma jambe gauche, et j'ai fini par avoir plus de 15 entorses à la cheville gauche (j'ai arrêté de compter).

Bien que la Loi japonaise sur l’égalité des chances au travail [en] interdise la discrimination professionnelle basée sur le genre, les régulations n’empêchent pas les employeurs d'imposer des tenues de travail différentes pour les hommes et les femmes.

Dans une enquête récente, plus de soixante pour cent des femmes interrogées ont déclaré être obligées de porter des talons hauts ou des escarpins à leur travail ou dans leur recherche d'emploi.

Quant à la signification du mot-clic et son origine, Mme Ishikawa explique :

「#KuToo」とは、「靴(くつ)」・「苦痛(くつう)」・「#MeToo(みーとぅ)」を合わせて、センスの良い同じ思いを持った方が作ってくださったものです。

Quelqu'un (sur Twitter) qui ressent la même chose que moi et qui est doué avec les mots, a eu l’idée du mot-clic “#KuToo”, une combinaison de “chaussures” (kutsu), “souffrance” (kutsuu) et “MeToo”.

En février 2019, après le succès de #KuToo, Mme Ishikawa a décidé de lancer une pétition sur Change.org pour demander au ministère du Travail japonais d’empêcher les employeurs de forcer les femmes à porter des chaussures à talons hauts au travail.

A la fin du mois, la pétition avait déjà attiré au moins dix mille signatures.

Nous avons atteint 10.000 ! Tout ce que vous avez à faire est de donner votre nom et votre adresse e-mail.

Le problème :

1. Un code vestimentaire professionnel qui dépend du sexe [de l’employé.e.] est injuste.
2. Pourquoi une “tenue professionnelle” devrait-elle être nocive pour la santé ?

Légende : Soutenez cette campagne ! #KuToo : proscrire les règles qui imposent des talons hauts sur le lieu de travail !

L'autre thème des discussions autour de #KuToo et de la pétition est qu'exiger que les femmes portent des talons hauts au travail constitue un cas de “harcèlement [en] du pouvoir [en]” ou de harcèlement professionnel.

Début juin 2019 [en], Mme Ishikawa et ses supporteurs ont présenté leur pétition au ministère du Travail japonais, demandant que les lois du travail du pays soient modifiées pour interdire aux employeurs d'imposer un style de chaussures à leurs employées.

Kanako Otsuji [fr], militante pour les droits des personnes LGBTQ+ et députée à la Chambre des représentants du Japon pour le Parti démocrate (parti d'opposition) a soutenu la pétition de Mme Ishikawa.

Ainsi le 5 juin, pendant une réunion d'une commission de la Diète organisée pour discuter de la pétition, Mme Otsuji a croisé le fer avec le ministre du Travail Takumi Nemoto, dans un échange qui a fait les unes internationales [en] (la discussion en commission a été traduite en anglais).

Si le ministre a convenu que les talons hauts n'étaient nécessaires dans toutes les professions, il n'a pas voulu fermer aux employeurs la possibilité d'obliger leurs salariées à porter certains types de chaussures, déclarant que :

それぞれの業務の特性があるので、社会通念に照らして、業務上必要、かつ相当な範囲でということなんだろうと思う。パワハラにあたるかどうかは、その範囲を超えているかどうかがポイントだ。

Chaque profession a des exigences uniques, donc je pense [que permettre aux employeurs de demander le port de talons hauts] devrait demeurer dans le périmètre [des régulations du travail], si [les talons hauts] sont nécessaires et appropriés pour accomplir le travail.

Décider si cela constitue une forme de harcèlement au travail dépend de selon si [le port de talons hauts] dépasse le cadre [d'un travail donné].

Dans un entretien avec le Huffington Post Japon après cette réunion de commission, Mme Ishikawa a déclaré avoir subi du harcèlement en ligne (campagne de dénigrement, バッシング) après la publication sa pétition, à cause de son propre passé de pin-up. Cependant, elle pense que beaucoup soutiennent les objectifs de sa campagne #KuToo :

どうしてもバッシングの方に目がいってしまって、怖かったんですけど、これだけ集まってくれる人もいる。同じ思いの人がたくさんいてくれるということがわかるので、こういう集会を開いてくださってありがたいです。みんなで協力しあってやっていけたら嬉しいです

Bien que j'aie fait l’expérience de harcèlement en ligne et que ce soit effrayant, [la pétition] a aussi gagné de nombreux sympathisants. Je sais que beaucoup de gens comprennent la situation, et c'est vraiment bien qu'il existe maintenant un forum pour en discuter. Je serais très heureuse si nous pouvions tous travailler ensemble.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site