Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Des Australiens ont immortalisé les dégâts des incendies du “Black Summer”

Storm Sparks' partner and son Zeke at their burnt-out property

Al, compagnon de Storm Sparks, et leur fils Zeke devant leur maison anéantie – Photo de Storm, avec son aimable autorisation.

[Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des pages en anglais, ndlt]

Depuis septembre 2019, l’Australie fait face à une crise sans précédent avec de vastes parties du territoire en proie à des incendies [fr] d’une violence et d’une ampleur rares. Fin janvier 2020, on comptait quelque 20 millions d’hectares réduits en cendres, 3 000 habitations dévastées et 34 personnes tuées. Si la crise a été largement retransmise par les médias, les photos prises par des habitants témoins de la propagation des incendies et de leurs conséquences destructrices saisissent ces feux de brousse de façon encore plus poignante.

Ces photos ne sont qu'un échantillon des dizaines de milliers de clichés diffusés sur les réseaux sociaux pour pointer l’urgence de la question climatique. Certaines d’entre elles sont devenues virales au point d’être relayées par les médias grand public.

Flashback. Début novembre, Wytaliba, une petite ville de la Nouvelle-Galles-du-Sud, est ravagée par les flammes. Trois personnes perdent la vie et soixante-dix maisons, en plus de l’école primaire, sont détruites. La maison de Storm Sparks (dont le nom, composé de « storm » (tempête) et « sparks » (étincelles), résonne de façon singulière), son compagnon Al et leur bébé Zeke, en fait partie. Al est par ailleurs gravement brûlé alors qu'il lutte contre le feu pour sauver la maison de voisins. La photo, prise le 5 janvier, provient de la page Facebook de Stormy.

Depuis, Storm a participé à des interviews télévisées et à de nombreuses publications sur les répercussions des incendies.

Pendant le réveillon du Nouvel An, Mallacoota, ville côtière de la région de l'East Gippsland (État de Victoria), attire l’attention du monde entier quand locaux et vacanciers sont contraints de se réfugier sur la plage ; beaucoup ont ensuite dû être évacués par la Marine. L’un des habitants, qui préfère rester « Brendan » malgré son succès auprès de la presse, a pris des photos et tweeté tout au long de l’incendie responsable de la destruction d’une centaine de maisons dans la région. Voici une photo de famille prise la veille du Nouvel An :

La sœur de Brendan pendant l'incendie de Mallacoota – Photo de Brendan, avec son aimable autorisation.

Les conséquences de la baisse de la qualité de l'air due aux fumées sont une source d'inquiétude pour beaucoup d'habitants. Les deux plus grandes villes d'Australie, Sydney et Melbourne, ont, comme les régions incendiées, été fortement impactées par les nuages de fumée. La photo ci-dessous a été prise le 19 novembre 2019 par la célèbre Dr Kerryn Phelps, dans son quartier de Rushcutters Bay (centre-ville de Sydney).

Sydney bushfire smoke haze November 2019

Nuage de fumée provenant des feux de brousse, Sydney, novembre 2019 – Photo de Dr Kerryn Phelps, avec son aimable autorisation.

Cette photo de la Station Pier (Melbourne) date du 14 janvier 2020 :

Smoke haze over Melbourne's Station Pier January 2020

Un épais brouillard à Station Pier à Melbourne, janvier 2020 – Photo de Kevin Rennie

Elisabeth Goh, pompière volontaire au NSW Rural Fire Service, a très largement partagé ses interventions sur Twitter. Dans un fil du 1er février 2020, une citation accompagne l'une de ses images : « Quand je rentre à la maison, je serre mes enfants dans mes bras sans qu'ils ne sachent pourquoi. »

Rural Fire Service volunteers fight New South Wales blaze

Les volontaires du Rural Fire Service luttant contre les flammes en Nouvelle-Galles-du-Sud – Photo d'Elisabeth Goh, avec son aimable autorisation.

Le lendemain, après avoir été hors ligne pendant toute la journée, Elisabeth tweete une série de panoramiques :

Firefighting skylines in New South Wales 2 February 2020

Vues panoramiques pendant la lutte contre les incendies, Nouvelle-Galles-du-Sud, 2 février 2020 – Photo d'Elisabeth Goh, avec son aimable autorisation.

Tard dans la nuit du 30 décembre, Anthony Olssen, membre de la Maritime Union of Australia (MUA), évacue sa maison et s'installe dans un village à proximité, Cobargo, dont la rue principale sera en proie aux flammes dès le lendemain. Il se rend alors à Bermagui, à 25 km de là, où il trouve refuge sur la plage parmi d'autres personnes, plusieurs milliers selon ses estimations. Sa maison est miraculeusement épargnée alors que ce qui se trouve aux alentours, y compris les maisons de son père et de son frère, est réduit en cendres. Des photos, dont celle ci-après, accompagnent le texte qu'il a publié pour remercier la MUA de son aide.

Burnt-out home near Cobargo New South Wales

Maisons détruites par le feu près de Cobargo, Nouvelle-Galles-du-Sud – Photo d'Anthony Olssen, avec son aimable autorisation.

Aujourd'hui, la région Sud est toujours en proie aux assauts des flammes. En janvier 2020, plus de 2 millions d'hectares de l’île Kangourou, troisième plus grande île australienne, ont été ravagés par les feux de brousse. Un père et son fils y ont trouvé la mort alors qu'ils rentraient chez eux. Kailas Wild, un habitant de Sydney qui se trouve sur l'île depuis fin janvier pour venir en secours aux koalas, a régulièrement posté des photos et vidéos sur Facebook et Twitter, comme celle-ci, qui date du 4 février :

Mais il n'y a pas que des bonnes nouvelles, comme le montre cette photo prise le 7 février :

Koala starvation death on Kangaroo Island

Un koala mort de faim sur l'île Kangourou – Photo de Kailas Wild, avec son aimable autorisation.

L'une des volontaires, Melina Budden, est écologiste. Elle œuvre au sauvetage des espèces sauvages, mais aussi dans le cadre de plusieurs programmes de sauvegarde de la faune sauvage, comme l'installation de points de ravitaillement pour diverses espèces, la mise en place de traitements contre la gale pour les wombats ou encore l'évaluation de l'habitat post-incendies des espèces menacées. Le 8 février, elle postait sur Facebook une série de photos de la vallée de Wolgan, touchée par le « méga-incendie » de la zone montagneuse de Gospers au nord-ouest de Sydney. La photo qui suit montre un wallaroo endormi pour un contrôle médical.

Eastern Grey kangaroo receiving treatment

Auscultation d'un wallaroo – Photo prise par Josephine Ki

Melina explique que le pire reste à venir :

The unfortunate reality is that things aren't necessarily getting better, in some areas it's getting worse with the contamination of the dams and creeks from algae blooms and black sludge full of sediment and ash. These water holes are likely to become a whole new crisis for our wildlife if they don't get clean water.

Malheureusement, les choses ne vont pas forcément dans le sens d'une amélioration. Elles empirent même à certains endroits avec la prolifération d'algues et l'accumulation de boues noires pleines de sédiments et de cendres qui viennent contaminer les barrages et les ruisseaux. Cela risque d'être dramatique pour notre faune sauvage si les animaux n'ont pas accès à de l'eau potable.

Fin janvier, une fresque murale a été peinte au centre commercial de Black Rock (Victoria) en hommage à celles et ceux qui ont donné sans compter pour apporter leur aide partout où il y en avait besoin, y compris quand les animaux sauvages étaient menacés. La fresque a été réalisée par les artistes de Melbourne's Murals le 26 janvier, à l'occasion de l’Australia Day (fête nationale australienne).

Aussie Spirit mural - Black Rock, Victoria

Aussie Spirit, fresque murale – Black Rock, Victoria – Photo de Kevin Rennie

Le photographe Charles Dingo a pris ce panoramique le 2 février, à l'aube, depuis sa maison à Canberra, la capitale australienne. Le Territoire de la capitale australienne (Australian Capital Territory) avait déclaré l'état d'urgence le 31 janvier.

View of Canberra bushfire front 2 February 2020

Vue du front de l'incendie de brousse à Canberra, le 2 février 2020 – Photo de Charles Dingo, avec son aimable autorisation.

Pendant le réveillon, les pompiers de l'équipe de sauvetage de la caserne 509 dans la ville Wyoming en Nouvelle-Galles-du-Sud ont réalisé une vidéo, devenue virale, alors qu'ils parcouraient plus de 250 kilomètres pour intervenir près de Nowra :

Le très éloquent reportage Black Summer, diffusé le 3 février dans l'émission Four Corners de la chaîne télévisée ABC (Australian Broadcasting Corporation) relate le drame au travers de vidéos saisissantes et d'interviews, et comprend une séquence réalisée par la brigade de pompiers de Wyoming. Il est disponible en ligne jusqu'au 31 décembre 2020.

Depuis, des pluies plus que bienvenues sont venues soulager la côte sud-est. Malgré cette accalmie, les feux de brousse et la sécheresse qui sévissent dans tout le pays sont loin d'être terminés.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site