Nigéria : l'armée ouvre le feu sur des manifestants pacifiques à Lagos

Une foule de manifestants occupent une rue. L'un d'eux est juché sur un promontoire et agite un drapeau.

Les manifestant·e·s anti-SARS protestent à Lagos au Nigeria, le 13 octobre 2020. Photo prise par Kaizenify, partagée via Wikimedia sous licence CC BY-SA 4.0.

L’article d'origine a été publié en anglais le 20 octobre 2020.

Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des pages en anglais.

Depuis le 9 octobre, la jeunesse nigériane a été à l'origine de manifestations pacifiques dans tout le pays contre la brutalité policière instituée par la Brigade spéciale de répression des vols, plus connue sous le nom de SARS.

Cependant, aux premières heures du 19 octobre, les rassemblements ont sombré dans le chaos lorsque des voyous ont attaqué des manifestant·e·s devant le siège de la Banque centrale nigériane à Abuja, la capitale du Nigeria. L'attaque s'est déroulée lors d'une veillée pour les personnes tuées par cette brigade spéciale, dans le cadre du mouvement anti-SARS.

Des hommes armés non identifiés ont brûlé les voitures des manifestant·e·s, selon des témoins oculaires sur Twitter. 

Que tout le monde se réveille. La situation actuelle est critique. Les manifestant·e·s ne sont pas en sécurité à Abuja. En ce moment même, au siège de la Banque centrale du Nigéria, des coups de feu ont retenti, des voitures sont en train d'être brûlées et les voyous agressent physiquement et tabassent les manifestant·e·s. @EndSarsResponse nous avons besoin d'aide ! #MettezFinAuSARS

Les forces anti-émeutes ont ensuite été déployées dans la capitale.

Plus tard dans la journée, des voyous sont arrivés en nombre pour submerger les manifestant·e·s pacifiques anti-SARS, et ont également détruit les murs de la prison d'Oko à Benin city, dans l'État d'Edo, au sud du Nigeria, libérant ainsi des détenus.

Le vice-gouverneur de l'État d'Edo, Philip Shaibu, a confirmé que ces voyous avaient détourné la manifestation anti-SARS à Benin City. 

Le chaos, le chaos et encore le chaos #MettezFinAuSARS #ManifestationdeBenin[City]

Le gouvernement de l'État d'Edo a instauré un couvre-feu pour une durée de 24 heures, qui est entré en vigueur le 19 octobre à 16 heures, heure de l'Afrique de l'Ouest.

Le lendemain, le 20 octobre, le gouverneur de l'État de Lagos, Babajide Sanwo-Olu a instauré un couvre-feu pour une durée de 24 heures dans l'État, affirmant que « des criminels et des mécréants » avaient détourné la manifestation pour « semer le chaos ». De même, le commandement de la police de l'État de Lagos a également interdit toutes les manifestations dans l'État.

À Orile Iganmu (Lagos), des voyous ont lynché un officier de police après qu'il ait tué un jeune homme. Ils ont ensuite mis le feu à une station de police. Tous ces évènements doivent être condamnés sans aucune réserve, car ils relèvent de l'atrocité et de la barbarie.
Les manifestants pacifiques sont priés de se tenir à l'écart de ces zones #MettezFinAuSARS

Au premier abord, les incidents ayant eu lieu à Abuja, à Benin city et à Lagos ont un point commun : des voyous ont usé de la violence, ont forcé les manifestant·e·s pacifiques à quitter les lieux et immédiatement, les autorités nigérianes ont réprimé les actions de masse menées par les manifestant·e·s pour exprimer leur colère contre la brigade SRAS et la pratique générale des violences policières envers la jeunesse nigériane.

Les meurtres de Lekki

Dans un contexte de panique et de peur grandissantes au cours des dernières 24 heures [entre le 19 et le 20 octobre, ndlt], les agents de sécurité ont tiré sur des manifestant·e·s vers 19 heures, heure de l'Afrique de l'Ouest, le 20 octobre, au péage de Lekki, à Lagos, rapporte Bloomberg.

Des témoins oculaires rapportent que les agents de sécurité ont éteint les lumières du péage et ont tiré sans discernement.

Peut-on rendre ceci viral??????

S'IL VOUS PLAÎT!!! ILS TIRENT SUR TOUT CE QUI BOUGE À LEKKI. DES GENS MEURENT!!! #MettezFinAuSARS

Les soldats ont bloqué les issues et auraient déjà tué trois personnes, selon un témoin oculaire qui a publié l'information sur Twitter : 

Les militaires ont tué 3 personnes au péage de Lekki et ont transporté leurs cadavres jusqu'à leur front. Ils demandent à tout le monde de rentrer chez eux tout en bloquant les issues !!! C'est une chambre d'exécution sanglante. #MettezFinAuSARS

L'organisation de la société civile Enough is Enough a décrit cet événement comme une déclaration de guerre aux citoyens :

Le gouvernement nigérian, sous la férule de @MBuhari @ProfOsinbajo @jidesanwoolu a declaré une guerre aux personnes qu'il avait juré de protéger. #MettezFinAuSARS

Nicholas Ibekwe, un utilisateur de Twitter, a tweeté que les meurtres lui semblaient prémédités [tweet supprimé] :

Répression des jeunes sòrò sókè — « Élevez la voix »

Les manifestations de la jeunesse nigériane contre les violences policières de la SRAS ont défié toute attente. Tous les efforts visant à affaiblir le mouvement ont échoué lamentablement.

Organisé en groupe, le mouvement a présenté un front commun qui a empêché le gouvernement de faire taire les leaders ou de les soudoyer.

Malgré la brutalité des agents de sécurité nigérians à l'égard des manifestants, les jeunes n'ont pas reculé, ils ont plutôt organisé leur propre sécurité pour se protéger pendant la manifestation.

L'aspect le plus convaincant de ces manifestations #MettezFinAuSARS ont été les images puissantes, et celle-ci est ma préférée. Elle est retentissante et capture le mouvement – deux jeunes femmes insouciantes fuyant un char de police, l'une d'entre elles posant avec défi. Regardez le dôme de la NASS en arrière-plan.

Leur organisation, très réussie à travers le pays, a reçu des éloges des chefs religieux qui ont soutenu ces manifestations.

Le mouvement pacifique « sòrò sókè » ou « élevez la voix » contre les brutalités policières a dévoilé les dessous nauséabonds de la mauvaise gouvernance du Nigeria. 

Les autorités nigérianes, plutôt que de céder aux demandes des manifestants, ont décidé de réprimer avec violence les protestations contre l'injustice.

Malgré les diverses provocations, les manifestant·e·s n'ont pas usé de la violence. Par exemple, le manifestant Anthony Onome est mort à Abuja le 18 octobre après avoir été poignardé par des voyous. Amnesty International a également rapporté que des manifestant·e·s et des journalistes  avaient été agressé·e·s physiquement par la police.

Avec vos voyous, vous avez truqué votre accès au pouvoir en intimidant les électeurs et en détournant les urnes.
Avec vos voyous, vous blessez et tuez des manifestant·e·s #EndSARS innocent·e·s.

Pouvez-vous vraiment faire quelque chose sans vos voyous ? Que feriez-vous sans eux ?

Cela a alimenté les soupçons selon lesquels l'invasion de voyous dans des manifestations pacifiques à Abuja, Lagos et Benin city aurait été initiée par des acteurs étatiques pour discréditer les manifestations #EndSARS.

#StopALaMauvaiseGouvernanceAuNigeria
— #STOPAUXVIOLENCESPOLICIERES 🇳🇬 (@DONJAZZY)

Par conséquent, le couvre-feu est une ruse pour soumettre le mouvement. Qu'est-ce qui est plus facile, céder aux revendications des manifestant·e·s ou endiguer la violence perpétrée par les responsables de l'État

Le couvre-feu à Lagos était l'objectif final de la stratégie du gouvernement.
Le scénario et la mise en scène des acteurs ont été bien exécutés par le gouvernement. Bien joué👏 Mais vous n'avez pas gagné.

La prochaine manifestation pour lutter contre les violences policières pourrait ne pas être aussi pacifique que celle du mouvement anti-SRAS.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site