Twitter ignore la demande de censure faite par le gouvernement malaisien

Vue aérienne de la zone inondée à Klang lors des inondations de décembre 2021 en Malaysie. Capture d'écran originellement téléversée sur YouTube par AiMediaMY sous licence (CC BY 3.0)

[Tous les liens de ce billet renvoient vers des pages web en anglais, ndt.]

Le gouvernement malaisien a demandé à Twitter de censurer les messages critiquant la réaction aux inondations record, au prétexte qu'ils violaient les lois du pays. La plateforme a accepté la requête tout en refusant de les effacer immédiatement, citant son engagement à défendre la liberté d'expression.

Le 17 décembre, des pluies torrentielles ont provoqué les pires inondations de ces dernières années. Elles ont causé quarante-et-un décès, et plus de 61 000 personnes ont été déplacées.

Le gouvernement a été accusé d'avoir tardé à réagir lors des opérations de sauvetage et d’aide humanitaire. Les internautes ont commenté le manque de préparation des agences gouvernementales en dépit d'une alerte rapide quant à la menace des inondations. En Malaisie, le hashtag #DoNotDonateToGovernment et la phrase « pas de dons pour le gouvernement » se popularisent sur Twitter, suite à la mise en place d'une collecte de fonds lancée par divers·es fonctionnaires afin de soutenir les opérations d'aide humanitaire. Utilisateurs et utilisatrices de Twitter remettent en question cette nécessité de faire un don alors que les citoyens et citoyennes payent déjà des impôts.

La Commission malaisienne des communications et du multimédia (MCMC, Malaysian Communications and Multimedia Commission) a réagi aux critiques en déclarant que les tweets « obscènes » évoquant les inondations violaient la section 233 de la Loi sur les communications et le multimédia 1998 (CMA), puisqu'ils nuisaient aux « intérêts nationaux ».

Nombre d'utilisateurs et utilisatrices de Twitter n'ont pas tardé à recevoir des messages, envoyés par l'équipe juridique du réseau social, les prévenant que leurs posts avaient fait l'objet d'une demande de suppression par le gouvernement malaisien et que, bien que ces posts ne soient pas supprimés pour le moment, il serait bon qu'iels prennent des mesures appropriées pour leur sécurité et leur protection juridique.

J'ai aussi reçu le même email de twitter legal. ça montre bien que le gouvernement est à la rue. il est temps que nous, rakyat, fassions entendre nos voix et nous battions pour nos droits. Ripostons ! #KerajaanBangsat #KitaJagaKita #KerajaanGagal #KerajaanPembunuh https://t.co/N5ikSh8L2t pic.twitter.com/sCI9yRMrPF

— Sriithar (@Sriithar_26) 22 décembre 2021

Ce tweet mentionne les rakyat, terme indonésien désignant les habitants et habitantes du pays.

La MCMC a dénoncé à Twitter les messages critiquant la campagne de dons ou fustigeant les commentaires gouvernementaux quant aux critères déterminant quelles victimes seraient éligibles à l'aide humanitaire.

Certains et certaines ont fini par supprimer leurs messages afin d'éviter tout problème avec la justice.

Certains et certaines d'entre vous se demandent peut-être où est passé mon tweet à propos des abris qui discriminent les étrangers. Je voulais juste vous dire que j'ai reçu un avertissement de Twitter et de la MCMC me demandant de le supprimer, car il contrevenait à la loi malaisienne.#KerajaanGagal #KitaJagaKita

— ✨ (@cheryltanxr_) 21 décembre 2021

Le Centre pour un journalisme indépendant (CIJ)  a critiqué la MCMC pour « se laisser utiliser comme un bouclier protégeant le gouvernement de ses échecs », ajoutant quelque mots à destination des autorités :

Focus public resources towards providing timely and accessible updates and information on the flood and ongoing flood relief work, instead of cracking down on those being critical or dissenting towards alleged flood mismanagement by the State.

Concentrez-vous sur l'utilisation des ressources publiques afin de fournir à temps des mises au point accessibles et des informations sur l'inondation et les activités d'aide humanitaires afférentes, au lieu de vous jeter sur vos détracteurs et détractrices et de refuser de reconnaître le potentiel ratage gouvernemental quant à la gestion de l'inondation.

Le CIJ a ajouté qu'il était temps de modifier de fond en comble la Loi sur les communications et le multimédia, usée et abusée par les autorités pour supprimer toute opinion dissidente.

Un parlementaire, Charles Santiago, a loué Twitter pour avoir refusé la requête du gouvernement malaisien :

Bravo Twitter pr avoir refusé 2 censurer les voix dissidentes légitimes envers le gvt pas à la hauteur. Des dizaines de personnes mortes dans 1 inondation kon aurait pu prévenir & la réation gvtl a tardé. Mais la MCMC + intéressée par montrer le gvt ss son bon jour ? La honte !

— Charles Santiago (@mpklang) 23 décembre 2021

Lim Kit Siang, un autre parlementaire, a poussé le Premier ministre à punir les fonctionnaires de la MCMC  pour avoir tenté de censurer des tweets :

The Prime Minister, Ismail Sabri should reprimand the MCMC and declare that he will not stop Malaysians from exercising their constitutional right to free speech to criticise the government and his Ministers.

In fact, Ismail should order a full inquiry into the MCMC action asking Twitter to remove posts critical of the government’s response to the recent flood disaster, and even remove the MCMC officials responsible.

Le Premier ministre, Ismail Sabri devrait réprimander la MCMC et déclaré qu'il n'empêcherait pas les Malaisiens et Malaisiennes d'invoquer leur droit à la liberté d'expression pour critiquer le gouvernement ministériel.

En fait, il devrait ordonner une enquête approfondie sur les actions de la MCMC qui a demandé à Twitter de supprimer les messages critiques envers la réponse gouvernementale aux récentes inondations, et même suspendre les fonctionnaires responsables.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Global Voices par e-mails

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français.

Non merci, je veux accéder au site