Où est Noof Al-Maadeed, défenseuse qatarie des droits humains?

Capture d'écran de Noof Al-Maadeed provenant de sa vidéo Youtube intitulée عودة #نوف_المعاضيد الى قطر ٢٠٢١ (Le Retour de #Nof_AlMaadeed au Qatar 2021), publiée le 6 octobre 2021.

[Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des pages en anglais, ndlt.]

Ce post a été rédigé par Khalid Ibrahim, directeur exécutif du Gulf Center for Human Rights (GCHR), une organisation indépendante à but non lucratif qui promeut la liberté d'expression, d'association et de rassemblement pacifique dans la région MENA (ANMO).

Noof Al-Maadeed est une jeune qatarie de 23 ans pleine d'ambitions et d'espoir. Après avoir subi des violences conjugales de la part de sa famille, notamment de son père, et qu'aucune protection ne lui ait été fournie par les institutions gouvernementales, elle a fui son pays pour l'Angleterre après avoir utilisé le téléphone de son père à son insu pour obtenir une autorisation de voyager. Le 4 août 2020, lors d'une interview télévisée, elle évoque son exil du 26 novembre 2019, du Qatar à l'Angleterre en passant par l'Ukraine.

À son arrivée au Royaume-Uni, elle demande l'asile. Durant son séjour, Al-Maadeed se présente comme défenseuse des droits des femmes qataries et explique que le système de tutelle sur les femmes les empêche de travailler et de voyager sans le consentement d'un membre de leur famille de sexe masculin. De ce fait, les femmes victimes de violences conjugales ne bénéficient que d'une infime protection.

Après avoir reçu la garantie des autorités qataries qu'elle bénéficierait de leur protection si elle rentrait au pays, Al-Maadeed a retiré sa demande d'asile. Le 6 octobre dernier, Al-Maadeed a publié une vidéo sur son compte Instagram dans laquelle elle évoque les détails de son retour de Londres le 30 septembre à la capitale Doha où elle est arrivée le jour suivant.

La suite des événements est incompréhensible. Les autorités qataries, qui ont fait le serment de la protéger, tout comme ils se doivent de le faire pour tous les citoyens, n'ont pas honoré leur parole et l'ont abandonnée à son sort tandis qu'elle tentait d'échapper aux violences de sa famille.

Dans une vidéo postée sur son compte Twitter le 12 octobre, Al-Maadeed révèle avoir échappé à trois tentatives d'assassinat commises par sa famille. Elle raconte également la venue de son père au sein du hall de l'hôtel dans lequel elle séjournait, bien qu'il soit la raison de sa fugue et un de ses principaux rivaux. Son tweet suivant, publié en date du 12 octobre, résume les tourments auxquels elle a été confronté lors de son retour:

Ma famille, et ceux que je considère comme tel, veulent m'assassiner.

Peu après, elle publie le tweet suivant:

« Sheikh Tamim est le seul qui puisse mettre fin de ses propres mains aux dangers que j'encours. »

Le 13 octobre, Al-Maadeed disparaît des réseaux sociaux, et à ce jour, on ne sait toujours pas ce qu'elle est devenue. L'émir du Qatar, Sheikh Tamim ben Hamad [fr], sur qui Al-Maadeed comptait pour assurer sa protection et dont elle a imploré l'aide, n'a pas été en mesure de garantir la protection d'une citoyenne qui n'a commis aucune infraction, et qui est retournée volontairement dans son pays suite aux nombreuses promesses des autorités concernant la protection qu'ils lui fourniraient. 

Depuis sa disparition, différents récits contradictoires sont apparus quant à ce qu'il serait arrivé à la jeune militante. Selon certaines sources, Al-Maadeed aurait été assassinée [ar] par sa famille, tandis que d'autres rapportent qu'elle serait détenue dans un hôpital psychiatrique contre son gré sous sédatifs lourds. Cependant, le gouvernement qatari refuse de fournir les documents détenant les informations qui prouvent qu'elle est en vie, soulevant ainsi de nombreux soupçons.

Le Gulf Center for Human Rights n'a pu confirmer aucun de ces rapports mais tient néanmoins pour responsables, les autorités qui n'ont pas respecté leur serment de protection vis-à-vis de Noof Al-Maadeed, pour tout tord qui lui serait causé. À ce jour, toutes les informations recueillies indiquent que Noof Al-Maadeed fait face à de graves risques quant à sa vie et à sa liberté. Si celle-ci n'a pas été assassinée, elle risque très certainement la détention au secret pour une longue durée, la plaçant ainsi dans une position où sa vie court un danger imminent.

Le GCHR fait de nouveau appel à la communauté internationale, et plus particulièrement aux institutions de l'ONU ainsi qu'aux gouvernements entretenant de bonnes relations avec le Qatar, dont certains sont membres de l'Union européenne, afin de prendre des mesures immédiates pour faire pression aux autorités qataries et s'assurer qu'Al-Maadeed soit en sécurité et qu'elle puisse vivre au Qatar librement.

Le gouvernement du Qatar ne peut continuer à ignorer l'opinion internationale qui souhaite établir la vérité, et son silence absolu lui vaudra condamnation, car la responsabilité de préserver la sécurité de ses citoyens lui revient entièrement, y compris celle de Noof Al-Maadeed.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site