Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Guyana: Le chanteur Akon dérape, une fois de plus

[Tous les liens pointent vers des sites en anglais] Akon  a fait une fois de plus parler de lui – et a créé une polémique dans les Caraïbes . Cette fois-ci, c'est au Guyana qu'il s'est illustré. C'est à un concert au National Stadium de Guyana, qui avait lieu dans le cadre des célébrations régionales du Carifesta , que le chanteur de hip-hop  a surfé sur la foule des fans pour atteindre la plateforme des caméras au milieu du public. Quelques fans en quête de célébrité y sont arrivés avant lui et il semblerait qu'il y ait eu une échauffourée alors qu'Akon tentait de grimper sur la plateforme. Une fois la tribune atteinte, il a giflé une des femmes si fort qu'il l'a envoyée rouler au pied du podium.

Les images vidéo de cet incident inondent internet et les blogueurs guyanais interprètent le dernier dérapage d'Akon comme une démonstration de sa misogynie. Le blog Living Guyana s'interroge sur les raisons pour lesquelles les média traditionnels ont choisi de ne pas mentionner l'incident dans leur couverture du concert:

Pourquoi les reportages des médias locaux…n'ont ils pas rendu compte du fait qu'Akon ait agressé physiquement deux femmes devant des milliers de Guyanais

Akon est connu pour diverses agressions. Il s'est frotté lascivement et sensuellement à une jeune femme de quinze ans à Trinité et a poussé un jeune garçon au bas d'une scène aux Etats-Unis. Ce gars est vraiment cinglé et doit être enfermé (“Locked up”, ça vous dit quelque chose ?) pour l'empêcher d'agresser des innocents.

Il est encore plus scandalisé en apprenant le cachet touché par Akon pour cette prestation; il nomme cette somme “des gifles à 160 00$ pour des Guyanaises”:

Ce nouvel incident impliquant Akon n'est qu'un exemple supplémentaire du mépris que les Guyanais doivent endurer et tolérer joyeusement. Imaginez-vous que 20 00 personnes étaient présentes et aucune ne s'est opposée à cette violence à l'égard d'une femme guyanaise. N'importe quel homme doté de principes aurait défendu cette femme.

Ceci n'est qu'une parodie ! Nous en appelons au Ministre de l'Intérieur Rohee pour qu'Akon soit condamné et interdit sur le territoire du Guyana. Qui que soit cette femme, elle doit engager un bon avocat et poursuivre cet idiot en justice. 

Il est intéressant de constater que Guyana911  attribue simplement le tort aux femmes concernées:

Un peu plus tôt, ces clowns ont essayé de monter sur scène…Ils ont été repoussés. On n'interrompt pas ainsi un concert ou un évément national. Lorsque de tels débordements se produisent, la force physique est nécessaire pour calmer les choses.

Que devait faire Akon, si ces deux plaisantins voulaient se faufiler sur la plateforme? Rester là, tenir le micro et les regarder? Ou alors devait-il faire son show et les ignorer pendant qu'ils se faisaient voir de tous? 

Il devait les frapper, leur apprendre à se maîtriser…. Tout le monde sait bien qu'Akon déteste, à juste titre, les femmes qui montrent leur derrière à tout le monde.

Je ne vois pas en quoi ce qu'a fait Akon est mal.

Quoi qu'il en soit, Signifyin’ Guyana pense qu'il existe des enjeux plus importants:

Selon moi, l'inconvénient le plus gênant du Carifesta, plus important encore que le manque de cohérence ( je me pose encore la question de la pertinence de certains événements, par exemple), et la présence d'Akon mise à part, était le manque d'implication des jeunes dans les discussions sur la situation de la région Caraïbes.

Publié par Janine Mendes-Franco

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site