Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Gaza : Mais où est Obama ?

Alors que l'armée israélienne continue à bombarder la bande de Gaza et le Hamas à lancer des missiles sur Israël [le 31/12], une petite cohorte de blogueurs a commencé à se demander (les liens de ce billet sont en anglais) ce qui a bien pu arriver au président élu Barack Obama.

A quelques semaines seulement de l'intronisation du président-élu à Washington, Barack Obama a été largement absent des manoeuvres diplomatiques qui tentent d'interrompre  l'incursion militaire d'Israël dans la bande de Gaza. Son absence, argumentent certains, ne fait qu'aggraver la situation.

Tel est au moins l'avis du blogueur juif américain Richard Silverstein, qui écrit sur Tikun Olmam :

Où est Barack Obama ? Je sais qu'il est à Hawaï, en train d'absorber les rayons d'un soleil magnifique. Mais ce n'est pas ce que je veux dire. Où EST-il ? Gaza est en flammes. Bush fait pire que rien. En fait il est en train d'aggraver la situation avec ses déclarations stupides, traitant le Hamas de [bande de] voyous et  affirmant que le mouvement palestinien a provoqué la violence israélienne et peut y mettre fin.

La réaction d'Obama devient de moins en moins satisfaisante à mesure que la tuerie prend de l'ampleur.

… Je suis conscient que le massacre de Gaza n'a de loin pas la même importance pour les Américains que l'effondrement de Wall Street. Mais quand l'économie a implosé on n'a pas vu les gens d'Obama s'en remettre à Bush. Il a conféré avec Bush. Ils ont élaboré une stratégie commune. Ils ont essayé chacun de paraître énergique, travailleur et sérieux.

Dans un billet intitulé Logique stupide Mr. Obama, le blog Ampal-American Palestinian avait ceci à dire sur la politique du futur président vis-à-vis de la Palestine :

Obama a dit : «Si quelqu'un envoyait des roquettes sur ma maison, où dorment mes filles, je ferais tout en mon pouvoir pour l'empêcher. Je ne suis pas surpris que les Israéliens en fassent de même.»

REPONSE : Si quelqu'un affamait ma famille, bombardait mes installations d'assainissement et d'électricité, traumatisait mes enfants en franchissant quotidiennement le mur du son, empêchait mes enfants malades de voir un médecin, privait mes enfants en âge d'étudier des bourses qu'ils méritent, rendaient anémiques la moitié de la population d'enfants, alors je lancerais sur eux tout ce qui me tomberait sous la main y compris le WC et le lavabo. Allons, Mr. Obama, montrez un peu plus de compréhension que l'administration actuelle.

Le «blog anti-sioniste» Jews Sans Frontières pense qu'Obama veut peut-être projeter une image différente de la puissance américaine.

… Le refus d'Obama de commenter cette nouvelle  accumulation de crimes de guerre peut être significatif, si ce n'est que pour suggérer qu'Obama veut projeter une image plus raisonnable que d'offrir un soutien ouvertement affirmé à un régime pour lequel la violence apparaît être une fin en soi.

Maintenant qu'Israël a visé une université palestinienne, on aurait pu croire que Engage dise enfin quelque chose, mais non, pas un mot.

Après avoir donné un lien vers un commentaire du porte-parole d'Obama, David Axelrod, qui argumentait qu'Israël ne fait que répondre aux obus lancés sur ses villes, VivirLatino a été rien moins qu'impressionné :

J'ai honte et je suis dégoûté, surtout si c'est ça le changement dans lequel croyaient et croient les électeurs américains. Je suis hanté par les mots et les images des hommes, femmes et enfants, et par la façon dont mes dollars de contribuable sont utilisés pour opprimer et rendre invisibles des gens que certains ne considèrent même pas dignes d'être des personnes, d'avoir une terre, un foyer.

Certains commentateurs ont reconnu qu'Obama doit faire attention de ne pas marcher sur les pieds du président sortant George Bush.

Alex Stein, qui a vécu en Israël et écrit le blog False Dichotomies, a défendu les actions du président élu :

Critiquer le silence d'Obama sur les hostilités est injuste. Il a raison d'affirmer qu'il n'y a qu'un seul président à la fois, et il a raison de prendre des vacances avant de s'embarquer das ce qui est sans doute le boulot le plus difficile du monde. Trop s'impliquer n'aurait guère d'intérêt ; il a peu d'impact tant qu'il n'est pas Président, et ça n'a pas de sens de compromettre son influence vis à vis d'un côté ou de l'autre en prenant parti.

De nombreux sites regardent bien-sûr cette situation à travers le prisme du type de changement qu'apportera l'administration Obama à la politique américaine au Proche-Orient.

Fayyad, qui écrit sur le blog (essentiellement) arabo-américain KABOBfest estime que ceci est un test pour l'approche qu'aura l'administration Obama du Moyen-Orient.

L'évaluation de la réaction [d'Obama] à l'opération [tant qu'il est] en-dehors de la Maison-Blanche donnera le ton de ce qu'Israël tirera de lui. Avec un chef d'état-major ancien engagé volontaire de Tsahal, on a du mal à imaginer comment il pourrait avoir une vision des choses différente de celle de Tsahal. Et la position américaine de demander à la victime du viol d'arrêter d'égratigner le violeur va continuer à être le mode opératoire de Washington.

Window into Palestine soutient qu'Obama n'est en fait rien d'autre qu'un loup en costume d'agneau quand il s'agit des droits des Palestiniens.

Obama n'étant plus obligé d'apaiser les électeurs pro-israéliens, y compris bon nombre de sionistes chrétiens, son absence de commentaires sur le massacre prémédité des Palestiniens à Gaza devrait donc nous envoyer un message – une administration Obama poursuivra la politique américaine bien ancrée consistant à laisser Israël tuer sans raison les Palestiniens et à payer généreusement le gouvernement israélien pour ce faire.

… Les Démocrates qui ont cru qu'une administration Obama équilibrerait quelque peu le conflit israélo-palestinien sont probablement attristés par le manque apparent de préoccupation d'Obama pour le meurtre de masse qui a lieu en ce moment. Mais au fond à quoi s'attendaient-ils ? Obama n'est rien d'autre qu'un décor de vitrine pour le Nouvel Ordre Mondial qui exige à l'évidence que le carnage continue en Palestine. Certes, l'élite mondiale n'a pas d'amour particulier pour Israël, et les Israéliens seront sacrifiés le moment venu.

2 commentaires

  • solange djoumali sienne

    Le conflit Israélo-Palestinien a usé et usera encore les présidents Américains. Combien de Présidents américains ont mis ce conflit au centre de leurs préoccupations, multiplié des voyages, dépêché des Sécretaires d’tat aux Affaires Etrangères, combien de fois Condolisa Rice a multiplié des rencontres entre les béligérants?
    Laissons Monsieur Obama prendre quelques de repos, de toute façon, il l’a dit pour l’instant il n’ y a qu’un SEUL président. Ensuite on verra bien.
    Qu’on arrête de financer cette GUERRE, qu’on arrêter de subventionner ce conflit, peut-être qu’un jour les les 2 parties trouveront une solution pour leur Avenir.

  • Pourquoi doit on comprendre où est OBAMA ? A dire vrai , le nouveau Président des Etats UNis malgré toutes ses promesses éléctorales , ne doit en aucun sortir du cadre stratégique de l’Amérique , celui d’imposer avec la force sa suprématie totale sur le monde , et additivement à ce programme qui date des années 1900 lorsque M’ckinley en grand impérialiste instaura cette nouvelle ligne de conduite iméprialiste . OBAMA n’en fera rien , tout est dicté d’avance . On oublie jamais que l’Amérique avec sa démocratie de façade fonctionne selon des ordres militaires si un Président Américain s’amuse à négliger un iota des régles irrevocables de ce programme extentionniste et bélliqueux , subira le même sort que JFK . Donc , on attend ce Mec là , rien que pour faire emplir le bureau de la maison blanche . OBAMA soutiendra même avec dégout tous les actes terroristes d’Israél . C’est noté dans le calepin Présidentiel et il doit en appliquer le principe . Gaza ne compte pas pour lui , il a déjà annoncer la couleur Jerusalem ” Capitale Sioniste ” Pensez vous que si ce MOnsieur là , comptait vraiment dans l’échiquier impérialiste , il n’aurait jamais du dire que l’Amérique a un seul Président – Histoire d’en faire profiter Israél de cette interméde d’avant investiture . En réalite , il est l’élu et devrait être consulté avant chaque action durant cette soi disant passation de consignes . Par contre OBAMA en un Président si timide car il ne s’attendait jamais à son éléction se voit déjà impréssionné par sa propre présence à la Maison Blanche . En ce qui concerne Gaza , il a été bel et bien avisé de l’attaque sur Gaza . D’ailleurs , il est clair que la constitution américaine par ses lois conférent au Président élu le droit d’être interrogé durant la période d’avant investiture et c’est ce qui a eu lieu réellement Bush ne pouvait en aucun cas , decider d’autoriser au titre de président sortant l’attaque sur Gaza sans que le président élu ne soit entiérement d’accord sur le principe . OBAMA savait que Israél va attaquer Gaza et a béni cette action macabre et a bien menti avant qu’il soit président .Enfin , OBAMA est de passage , il a quatre années à circuler avec protocole dans le monde entier sans jamais en regler le moindre conflit dans le monde . Aprés avoir dit que Guatanamo sera fermée . Aujourd’hui , il se retracte et dit autre chose : Il me faut plus de temps encore et encore où tout va exister encore ….

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site