Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Amérique latine : Appels pour la Paix à Gaza

Photo de Daquella Manera sous licence Creative Commons.

Des voix font entendre leur solidarité avec les habitants de Gaza dans toute l'Amérique latine. Un certain nombre de blogueurs latino-américains expriment leur déception, mais également leurs espoirs de paix pour cette partie du monde. Mais après ces bombardements ils ont le sentiment que la paix au Moyen-Orient est à présent plus éloignée que jamais.

Voces [en espagnol], de Cuba, écrit :

Se va el 2008 con las noticias de costumbre sobre los bombardeos en Gaza. Como si fuera posible perder la capacidad de asombro, de enojo e impotencia, de rabia concentrada ante los muertos, antes los médicos que se desesperan porque no alcanzan para aliviar tanta herida abierta, tanta sangre. Grito a la paz por Palestina, grito a la paz y a la esperanza, luto en medio de las fiestas de este mundo que poco tiene que festejar. Grito a la paz por Palestina… paz… paz… paz… PAZ… PAZ.. PAZ… PAZ… PAAAZ!!!… a ver si alguien escucha…

2008 se termine avec les nouvelles habituelles des bombardements à Gaza. Comme s'il était possible de perdre la capacité d'étonnement, de colère et d'impuissance, de rage concentrée devant les morts, devant les médecins qui se désespèrent parce qu'ils ne parviennent pas à soulager tant de blessures ouvertes, tant de sang. Je crie pour la paix pour la Palestine, je crie pour la paix et l'espoir, je suis en deuil au milieu des fêtes de ce monde qui n'a pas grand chose à fêter. Je crie pour la paix en Palestine… la paix… la paix… la paix… LA PAIX… LA PAIX… LA PAIX… LA PAIX !!! Voyons si quelqu'un écoute…

Giorgio Trucchi publie sur Barricada [en espagnol], un blog collectif du Nicaragua, ses inquiétudes concernant le deux poids deux mesures de la communauté internationale, qui alors qu'elle a sanctionné rapidement et réellement le Nicaragua, ne semble pas vraiment réagir pour la Palestine, aussi bien l'Union Européenne que les États-Unis :

La comunidad internacional parece estar observando con impotencia esos acontecimientos y lo que podría ser uno de los desenlaces más cruentos y feroces contra el pueblo palestino. Hasta el momento no se le mira ese fervor, demostrado en otras ocasiones, en exigir sin titubear el respeto de los tan declamados derechos humanos. Ni se está viendo ese mismo fervor, que por ejemplo en las semanas pasadas la Unión Europea y los Estados Unidos demostraron contra Nicaragua, con el congelamiento de fondos y proyectos y resoluciones parlamentarias, frente a las condiciones espantosas en que vive la población palestina en los territorios de Gaza.

La communauté internationale semble regarder impuissante les événements, et ce qui pourrait être un des dénouements les plus cruels et féroces contre le peuple palestinien. Jusqu'à présent on ne retrouve pas cette ferveur, qui s'exprime en d'autres occasions, pour exiger avec force le respect des droits humains tant mis en avant. On ne retrouve pas les mêmes convictions que celles exprimées par exemple il y a quelques semaines par l'Union Européenne et les États-Unis à l'encontre du Nicaragua, avec le gel de fonds et de projets, et des résolutions parlementaires, alors que la population palestinienne à Gaza se trouve dans une situation stupéfiante.

Susana Villarán [en espagnol], du Pérou, publie ses réflexions sur le contexte des événements de Gaza, et souligne qu'il y a d'autres problèmes en Palestine que le seul conflit armé, comme le manque de protection des civils et aussi l'impunité :

La contraparte de la negligencia con la que actúan las fuerzas israelíes es la impunidad: un mes antes de estos ataques, Yesh Din, una organización israelí defensora de los derechos humanos, publicó un informe sobre la materia. Según este entre el 2001 y el 2007 unos 2000 civiles palestinos murieron a manos del ejército israelí. Sin embargo esas 2000 muertes produjeron únicamente 78 cargos contra soldados israelíes, y solo cinco de ellos fueron condenados. Aún en esos casos, las penas fueron sensiblemente menores a aquellas que permitía la legislación israelí.

La contrepartie de la négligence avec laquelle agissent les forces armées israéliennes est l'impunité : un mois avant ces attaques, Yesh Din, une ONG israélienne qui défend les droits humains, a publié un rapport sur ce sujet. Selon celui-ci, entre 2001 et 2007, environ 2000 civils palestiniens sont morts aux mains de l'armée israélienne. Mais sur ces 2000 décès, il n'y a eu que 78 poursuites contre des soldats israéliens, et seulement cinq d'entre eux ont été condamnés. Et même dans ces cas, les peines ont été sensiblement inférieures à celles que permettait la législation israélienne.

Morsa [en espagnol], du Pérou, se demande pourquoi il est nécessaire de bombarder une université, et appelle également ses lecteurs à agir contre la guerre, tout en prévenant que l'antisémitisme ne sera pas toléré sur son blog :

Continúa la barbarie en Gaza. Para que no quede dudas que el ataque no es selectivo (o por lo menos, militarmente selectivo), la Universidad Islámica de Gaza también ha sido bombardeada. El pretexto ha sido que en dicho centro de estudios se encontraban fuerzas extremistas, lo cual, como señala Akram Habeeb (profesor de literatura, becario Fulbright, de dicha universidad), es mentira.

La barbarie continue à Gaza. Afin qu'il ne subsiste aucun doute sur le fait que l'attaque n'est pas sélective (ou tout du moins militairement sélective), l'Université Islamique de Gaza a été également bombardée. Le prétexte en a été qu'il y avait des forces extrémistes dans ce lieu d'études, ce qui est mensonger, comme l'affirme Akram Habeeb, professeur de littérature, titulaire d'une bourse Fulbright, dans cette université).

Alta Hora de la Noche [en espagnol], du Salvador, fait part de ses réflexions sur cette situation compliquée :

Es un problema complejísimo, que desborda lo que yo pueda decir en unas líneas. Pero si no puedo decir que no me toca la barbarie, que no resiente mi corazon ver que una vez más la solución a los problemas de esa región del mundo en que vivo se vé más lejana.

Il s'agit d'un problème très compliqué, qui dépasse ce que je peux dire en quelques lignes. Mais je ne peux pas dire que la barbarie ne me touche pas, que mon cœur ne ressent rien en voyant qu'une fois de plus la solution aux problèmes de cette région du monde dans lequel je vis semblent plus lointaines.

Enfin beaucoup d'intellectuels ont signé au Chili un appel public contre les attaques, en solidarité avec les Palestiniens, qu'on peut trouver sur différents blogs, comme “Poesia para Alentar Coraje” (Poésie pour Encourager le Courage) [en espagnol].

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site